Présentation / Actualités Recherche Tableaux de bord Approche nationale FAQ Glossaire Liens Contactez-nous

Base de données BASOL sur les sites et sols pollués
(ou potentiellement pollués) appelant
une action des pouvoirs publics, à titre préventif ou curatif

Région : Normandie
Département : 76
Site BASOL numéro : 76.0064
Situation technique du site : Site traité avec restrictions d'usages, travaux réalisés, restrictions d'usages ou servitudes imposées ou en cours Site traité avec restrictions d'usages, travaux réalisés, restrictions d'usages ou servitudes imposées ou en cours
Date de publication de la fiche : 09/03/2015
Auteur de la qualification : DREAL UTLH

Localisation et identification du site
Nom usuel du site : ANCIEN SITE TOTAL EUROTECH DU HAVRE - Amiral Mouchez

Localisation  :
Commune : Le Havre
Arrondissement :
Code postal : - Code INSEE : 76351 (179 751 habitants)
Adresse : Angle du boulevard de l'Amiral Mouchez et du boulevard de Graville
Lieu-dit : Quartier de l'Eure
Agence de l'eau correspondante : Seine - Normandie
Code géographique de l'unité urbaine : 76701 : Le Havre (244 745 habitants)


Géoréférencement :

Référentiel Coordonnée X Coordonnée Y Précision Précision (autre)
LAMBERT93

Référentiel Coordonnée X Coordonnée Y Précision Précision (autre)
LAMBERT II ETENDU 441300 2501100 Adresse (rue)

Parcelles cadastrales :

Cadastre Section cadastrale N° de parcelle Précision parcellaire Source documentaire Observations
Nom Arrondissement Date
Le Havre NL 26
Le Havre NL 27

Plan(s) cartographique(s) :

Aucun plan n'a été transféré pour le moment.

Responsable(s) actuel(s) du site : EXPLOITANT (si ICPE ancienne dont l'exploitant existe encore ou ICPE en activité)
vente à la CCI du Havre le 14 octobre 2009

Nom : TOTAL RAFFINAGE MARKETING
   il s'agit DU DERNIER EXPLOITANT

Qualité du responsable :
PERSONNE MORALE PRIVEE


Propriétaire(s) du site :

Nom Qualité Coordonnées
TOTAL PERSONNE MORALE PRIVEE


Caractérisation du site à la date du 22/07/2011

Description du site :
Le site de 3,6 hectares se trouve dans le quartier de l’Eure, au Havre, dans un secteur mi-industriel et mi-résidentiel. Il est entouré de voies de circulation au-delà desquelles on trouve :
- les anciens entrepôts des Docks situés en bordure du bassin Vétillard,
- le dépôt de bus géré par la Communauté d'Agglomération Havraise (CODAH) (réaménagé il y a quelques années),
- une salle de sport,
- l’usine LEGAL, quelques ateliers de mécaniques et l’ancienne usine GEC-ALSTHOM actuellement occupée par FOURE LAGADEC,
- des immeubles d’habitations.

Entre 1888 et 1968, le terrain est la propriété de la famille DESMARAIS qui y pratique principalement du stockage, de la transformation et du conditionnement de produits pétroliers raffinés. Lors de la seconde guerre mondiale, les bombardements ont touché les stockages d’huiles et de carburants, éventrant les cuves et provoquant des incendies.

Par ailleurs, la société fut également le siège d'une ancienne corderie.

L’arrêté préfectoral du 6 avril 1962 autorisait une capacité de stockage totale de 28 731 m3 répartis sur de nombreux réservoirs aériens. Les produits stockés étaient du FOD (Fuel Oil Domestique) , du gazole, des carburants pour automobiles et avions, des huiles diverses et des additifs pour huiles spéciales et carburants. En complément de ces cuves de stockages, le dépôt comportait un bâtiment utilisé comme atelier de conditionnement des huiles et comme magasin de stockage. Enfin, le dépôt était desservi par une voie ferrée, sur laquelle s’effectuaient des opérations de chargement et de déchargement.

Les fûts usagés utilisés pour la commercialisation des huiles étaient lavés sur le site afin d’être réutilisés. Jusqu’en 1962, ces fûts étaient nettoyés à la soude caustique et par d’autres produits sans que les eaux résiduelles issues de ces lavages ne soient recyclées ni épurées. Même si ces eaux étaient normalement mises directement à l’égout, il semble qu’une partie des effluents ait pu imprégner les sols au droit de l’extrémité sud-est du quai de déchargement notamment (une sorte de caillebotis en bois laissait passer les eaux de lavages vers le sol). Après 1962, des machines de lavages ont été installées et les eaux étaient alors recyclées.

En 1968, la société TOTAL RAFFINAGE DISTRIBUTION S.A. devient propriétaire du site suite à la cession commerciale, à son bénéfice, de la majorité des parts de la société DESMARAIS Frères.

Les activités de stockage et de transformation de produits pétroliers perdurent jusqu’en 1980. Le 31 janvier 1980, le site est fermé. Le parc de stockage avait alors une capacité de 38 000 m3.

Deux stations-service étaient également installées en bordure du dépôt, implantées boulevard de l’Amiral Mouchez pour l’une et rue Marcel Toulouzan (ancienne rue de Châteaudun) pour la seconde.

En 1980, le démontage des installations a commencé. Les cuvettes de rétention ainsi que les bureaux ont été démolis.

A partir de 1982, les parcelles constituant le site ont été divisées et remaniées, TOTAL RAFFINAGE MARKETING restant le propriétaire du site.

Les parcelles cadastrales NL n°26 et NL n°27 sont la propriété de TOTAL RAFFINAGE MARKETING; les lots B1, B2, B3 et A sont à la copropriété de TOTAL RAFFINAGE MARKETING et de la commune du Havre; la rue et son terre-plein sont la propriété de la commune du Havre ou du port autonome.

A partir de 1983, le site a été loué à CITROEN S.A. Pendant une dizaine d’année, CITROEN stocke sur ce site des véhicules neufs destinés à l’exportation.

En 1992, une nouvelle station-service a été construite à l’angle des boulevards de Graville et de l’Amiral Mouchez.

En 1993, une copropriété est créée sur le site, dans le but de construire une pépinière d’entreprises, appelée « Le Vaisseau » au nord-ouest du site.

Le bâtiment de conditionnement n’a été démoli qu’en 1994.

 

Description qualitative :
De nombreuses études, basées sur une recherche documentaire mais aussi des sondages, forages et autres prélèvements d’échantillons d’eaux souterraines (1993 - BRGM et 1997 - KREBS) ont montré que des zones de pollution aux hydrocarbures et aux PCB subsistaient après la cessation d’activité et le démontage des installations.
Toutefois, à l’époque de ces études, le guide méthodologique pour la gestion des sites et sols potentiellement pollués (édité par le ministère) n’était pas paru.

Des discussions lors de réunion de validation de cette dernière étude ont été menées avec la DREAL, TOTAL RAFFINAGE MARKETING et le BRGM en 1998 et 1999. Des compléments ont été demandés par l’administration ; TOTAL a repris les conclusions de l’étude par le bureau ANTEA : en juillet 1999, l’étude recommandait de dépolluer la zone contaminée aux polychorobyphéniles (PCB) et les terres souillées aux hydrocarbures. La qualité de la nappe était surveillée également en parallèle.

Pour cadrer avec les guides de méthodologie de gestion des sites pollués édités par le ministère chargé de l’environnement, TOTAL RAFFINAGE MARKETING a entrepris de réaliser des diagnostics approfondis :

- en juin 2001 : Diagnostic initial réalisé par la société HPC Envirotec (rapport HPC-F 2/2.01.3165a) ;

- en février 2002 : Investigations complémentaires sur les mâchefers en surface (rapport
HPC-F 2/2.01.3165a) et rangement du site selon les grilles de calcul de l'Evaluation Simplifiée des Risques (ESR) dans le cadre de son usage futur (rapport HPC-F2/2.01.3165c) réalisé également par la société HPC Envirotec.

- en 2003 : une synthèse historique et récente du site a été réalisée.

- en avril 2004 : Un arrêté préfectoral prescrit pour fin juin la réalisation d'une ESR et d'une EDR pour fin mars 2005 si nécessaire. Il est précisé que pour fin août 2004, une étude de sols doit être réalisée et que l'élimination des déchets sur le site devra être effective.

- en mai 2005 : Diagnostic approfondi et Évaluation Détaillée des Risques sanitaires (EDR) du terrain en friche de l’Amiral Mouchez - Rapport RPE.4830c réalisé par BURGEAP.

Ce diagnostic approfondi a permis d’affiner la connaissance de la pollution de la friche : un maillage de 20 m x 20 m (soit 84 mailles) a été effectué avec au milieu de chaque maille un sondage de 3 à 4 m de profondeur. Pour les 13 mailles ayant présenté des indices forts de pollution, 5 sondages supplémentaires ont été réalisés. Des piézairs ont été installés également pour prélever les gaz du sol. Enfin, la nappe a été analysée par des piézomètres de 8 m de profondeur. Des structures enterrées ont été découvertes lors de ces travaux : canalisations, câbles, dalles en béton et surtout une galerie technique.

Ce diagnostic approfondi de 2005 révèle :
- une pollution des sols aux hydrocarbures avec une teneur maximale de 93 000 mg/kg, de la surface jusqu’à 5 m de profondeur,
- les teneurs en métaux et HAP sont supérieures au bruit de fond local,
- les PCB sont présents sur l’ensemble du site, avec une teneur maximale en « arochlor 1260 » de 3,4 mg/kg,
- la nappe contient des hydrocarbures dissous, des HAP ainsi que du benzène et des métaux (As, Ni, Pb) avec des teneurs supérieures aux seuils de potabilité,
- des vapeurs de xylène (BTEX), de naphtalène et d’acénaphtène (HAP) polluent l’air du sol.
En parallèle et à la demande de la DREAL, des études sont réalisées pour définir le périmètre de pollution réel, au-delà de la simple friche : les maisons d’habitation au sud du site, la station-service, le Vaisseau (pépinière d’entreprises), ainsi que les rues adjacentes sont étudiées.

A la suite, un diagnostic approfondi et Évaluation Détaillée des Risques sanitaires (EDR) des habitations voisines du terrain en friche de l’Amiral Mouchez sont également réalisés - Rapport RPE.4878b réalisé par BURGEAP - Cette EDR concernent les habitations situées rue Marcel Toulouzan, en limite sud de la friche.

Une visite d'inspection effectuée en juin 2005 par l'inspection des installations classées a permis de confirmer la découverte de nouvelles zones de terres polluées au sein de la raffinerie lors des prospections réalisées auparavant (sondages de sols, ajout de piézomètres avec recherche de polluants) préalables à des travaux de génies civils. L'observation sur le terrain a permis de mettre en évidence l'avancement du nettoyage de la décharge interne trouvée le 7 juin dernier à proximité de l'enceinte du Centre Européen de Recherches et de Techniques (CERT).

- en janvier 2006 : Réalisations d’investigations complémentaires :
« hors friche » sur le site de la pépinière d’entreprises dite « Le Vaisseau » - Rapport RPE.05423a réalisé par BURGEAP,
« hors friche » sur le site de la station service - Rapport RPE.05422a réalisé par BURGEAP,
« hors site » au droit de la rue Marcel Toulouzan - Rapport RPE.05421a réalisé par BURGEAP ;

- en août 2006 : Rapport d’investigations eau/air sur le site de la pépinière d’entreprises dite « Le Vaisseau » - Rapport RPE05804 réalisé par BURGEAP.

Des études environnementales ont été réalisées, pour le compte de la Ville du Havre, sur le site voisin « Normandie Entrepôts » situé à l’ouest du terrain de Total France, au numéro 15 de la rue Marcel Toulouzan.

L’excavation des terres les plus polluées (les mailles où la concentration en hydrocarbures dépassait 25 000 mg/kg) a été envisagée de manière plus poussée. En effet, l’objectif de dépollution retenu par TOTAL RAFFINAGE MARKETING était d’aller au-delà de l’acceptable strict au sens de l' EDR, c'est à dire : ne garder que des terres pouvant être manipulées sans protection spécifique et éventuellement être évacuées en décharge de déchets inertes. Ne subsisterait que l’interdiction d’utiliser ces terres en remblai banal sur un site non contrôlé.

En ont découlés des objectifs concrets pour les hydrocarbures totaux, le benzène, les HAP, les PCB et les métaux exprimés en termes de seuils maximums. Pour atteindre ces objectifs, 16 000 m3 de terres ont été excavées / traitées sur les mailles dépassant ces seuils.

Suite aux recommandations des études de risques et à l’arrêté préfectoral du 26 octobre 2006, le terrain a été réhabilité, sur 1,2 mètres minimum par rapport au niveau moyen du terrain
selon les objectifs suivants :
teneur en benzène inférieure à 1 mg/kg de matière sèche (MS),
teneur globale en Hydrocarbures Polycycliques Aromatiques (somme des 16 HAP) inférieure à 20 mg/kg de MS,
teneur globale en Polychlorobiphényles (somme des arochlors 1242, 1254 et 1260) inférieure à 3 mg/kg de MS,
excavation des parties de sols présentant les plus fortes concentrations en métaux (plomb et arsenic).
une teneur en HCT inférieure à 1 000 mg/kg MS.

Les excavations de terres sur les mailles en bordures de site se sont arrêtées à 1m environ des clôtures pour éviter de les déstabiliser. Cette zone périphérique non traitée a néanmoins été terrassée sur 30 cm d’épaisseur et remblayée avec de la terre végétale.

Le contrôle analytique externe de la réhabilitation a été effectué en plusieurs phases entre décembre 2006 et octobre 2007 (Rapport BURGEAP RPE.6330d du 29/10/2007), pour suivre la dépollution. Ce rapport a montré que les teneurs résiduelles après les travaux de réhabilitation sont conformes à l’arrêté préfectoral du 26 décembre 2006 et aux hypothèses des études de risques.

La visite de l'inspection des installations classées du 5 décembre 2007, a permis de constater la fin des travaux de réhabilitation et donc la signature du procès-verbal de récolement.

En août 2008, la totalité des piézomètres qui étaient présents sur le site ont été démantelés.

Par arrêté préfectoral du 26 octobre 2006, l’exploitant TOTAL RAFFINAGE MARKETING était aussi tenu de déposer un dossier de demande de servitude d’utilité publique (SUP) pour protéger l’usage de l’ensemble du secteur impacté par l’ancienne activité vis-à-vis de la pollution résiduelle. Ainsi, le 6 novembre 2008, des SUP ont été mises en place par arrêté préfectoral.

Les servitudes préconisent à présent :
> pour les sols :
sur les parcelles B1 et B2 du lot B et sur les parcelles NL n° 26 et 27 : un usage industriel, commercial, portuaire, tertiaire, de parkings ou d'espaces verts avec des constructions sur terre-plein ou sur sous-sol semi enterré ouvert et ventilé de manière naturelle;
sur la parcelle du lot A : la zone est actuellement occupé par une pépinière d'entreprise;
sur la parcelle B3 du lot B : la zone est actuellement occupée par une station service ;
sur le terre plein sud de la rue Marcel Toulouzan : il s'agit toujours d'un terrain vague non utilisé.
Pour les 3 dernières parcelles, tout changement au profit d’un usage autre que ceux autorisés dans les servitudes nécessitera une couverture par un revêtement protecteur (bitume, béton ou les 30 premiers centimètres devront être constitués de terre végétale).D’une manière générale, tout nouvel usage autre que ceux autorisés dans les servitudes nécessitera la prise en compte et la gestion des terres impactées et la réalisation d’une étude des risques sanitaires.
> pour les eaux souterraines :
l'interdiction de tous les usages des eaux souterraines excepté les prélèvements éventuels pour la surveillance des eaux;
des prescriptions particulières : toute personne susceptible d’utiliser les eaux souterraines devra être informée par l’exploitant du site des règles d’usages des eaux.
Dans le cadre de travaux souterrains, les eaux de nappe pompées devront faire l’objet d’un contrôle et d’un traitement éventuel avant leur rejet vers le milieu naturel ou le réseau d’assainissement public.


Description du site

Origine de l'action des pouvoirs publics : AUTRE

Date de la découverte : 01/01/1980


Origine de la découverte :

Recherche historique Travaux
Transactions Dépôt de bilan
cessation d'activité, partielle ou totale Information spontanée
Demande de l'administration Analyse captage AEP ou puits ou eaux superficielles
Pollution accidentelle Autre :

 

Types de pollution :

Dépôt de déchets Dépôt aérien
Dépôt enterré Dépôt de produits divers
Sol pollué Nappe polluée
Pollution non caractérisée

 

Origine de la pollution ou des déchets ou des produits :

Origine accidentelle
Pollution due au fonctionnement de l'installation
Liquidation ou cessation d'activité
Dépôt sauvage de déchets
Autre


Année vraisemblable des faits : 1890
Activité : Dépôts de pétrole, produits dérivés ou gaz naturel
Code activité ICPE : D13


Situation technique du site
Evénement Prescrit à la date du Etat du site Date de réalisation
Travaux de traitement  26/10/2006  Site traité avec restrictions d'usages, travaux réalisés, restrictions d'usages ou servitudes imposées ou en cours  24/10/2008 

23 août 2004 : arrêté préfectoral d'études de sol (ESR à remettre pour fin juin 2004; EDR si nécessaire à remettre fin mars 2005, élimination des déchets banals).

26 octobre 2006 : par arrêté préfectoral, l’exploitant TOTAL RAFFINAGE MARKETING était tenu de remettre en état le site de l’Amiral Mouchez selon un objectif de dépollution fixé puis de déposer un dossier de demande de servitude d’utilité publique pour protéger l’usage de l’ensemble du secteur impacté par l’ancienne activité vis-à-vis de la pollution résiduelle.





Rapports sur la dépollution du site : Aucun document n'a été transféré pour le moment.


Caractérisation de l'impact

Déchets identifiés (s'il s'agit d'un dépôt de déchets) :

Déchets non dangereux
Déchets dangereux
Déchets inertes

Produits identifiés (s'il s'agit d'un dépôt de produits) :

Ammonium Arsenic (As)
Baryum (Ba) BTEX (Benzène, Toluène, Ethyl-benzène et Xylènes)
Cadmium (Cd) Chlorures
Chrome (Cr) Cobalt (Co)
Cuivre (Cu) Cyanures
H.A.P. Hydrocarbures
Mercure (Hg) Molybdène (Mo)
Nickel (Ni) PCB-PCT
Pesticides Substances radioactives
Plomb (Pb) Sélénium (Se)
Solvants halogénés Solvants non halogénés
Sulfates TCE (Trichloroéthylène)
Zinc (Zn)
Autres :

Polluants présents dans les sols :

Ammonium Arsenic (As)
Baryum (Ba) BTEX
Cadmium (Cd) Chlorures
Chrome (Cr) Cobalt (Co)
Cuivre (Cu) Cyanures
H.A.P. Hydrocarbures
Mercure (Hg) Molybdène (Mo)
Nickel (Ni) PCB-PCT
Pesticides Plomb (Pb)
Sélénium (Se) Solvants halogénés
Solvants non halogénés Substances radioactives
Sulfates TCE
Zinc (Zn)
Autre(s) polluant(s) présent(s) dans les sols :
Aucun

Polluants présents dans les nappes :

Aluminium (Al) Ammonium
Arsenic (As) Baryum (Ba)
BTEX Cadmium (Cd)
Chlorures Chrome (Cr)
Cobalt (Co) Cuivre (Cu)
Cyanures Fer (Fe)
H.A.P. Hydrocarbures
Mercure (Hg) Molybdène (Mo)
Nickel (Ni) PCB-PCT
Pesticides Plomb (Pb)
Sélénium (Se) Solvants halogénés
Solvants non halogénés Substances radioactives
Sulfates TCE
Zinc (Zn)
Autre(s) polluant(s) présent(s) dans les nappes :
Aucun

Polluants présents dans les sols ou les nappes :

Ammonium Arsenic (As)
Baryum (Ba) BTEX (Benzène, Toluène, Ethyl-benzène et Xylènes)
Cadmium (Cd) Chlorures
Chrome (Cr) Cobalt (Co)
Cuivre (Cu) Cyanures
H.A.P. Hydrocarbures
Mercure (Hg) Molybdène (Mo)
Nickel (Ni) PCB-PCT
Pesticides Plomb (Pb)
Sélénium (Se) Solvants halogénés
Solvants non halogénés Sulfates
TCE (Trichloroéthylène) Zinc (Zn)
Autres :

Risques immédiats :

Produits inflammables
Produits explosifs
Produits toxiques
Produits incompatibles
Risque inondation
Risque inondation
Fuites et écoulements
Accessibilité au site

Importance du dépôt ou de la zone polluée :

Tonnage (tonne) :
Volume (m3) : 16000
Surface (ha) : 3.6

Informations complémentaires :
Aucune

Environnement du site

Zone d'implantation :
Habitat : DENSE

 

 

Hydrogéologie du site  :

Absence de nappe.

Présence d'une nappe.

Utilisation de la nappe :
Aucune utilisation connue
A.E.P.
Puits privés
Agriculture, industries agroalimentaires
Autres industries
Autre :

 

 

Utilisation actuelle du site :

Site industriel en activité.

Site industriel en friche.

Site ancien réutilisé

  Zone résidentielle
  Zone agricole
  Zone naturelle
  Espace vert accueillant du public
 Équipements sportifs
  Commerce, artisanat
  Parking
 École
  Autres établissements recevant du public (ERP)
  Autre : vierge mais projet d'activité tertiaire

 

 

Impacts constatés :
Captage AEP arrêté (aduction d'eau potable)
Teneurs anormales dans les eaux superficielles et/ou dans les sédiments
Teneurs anormales dans les eaux souterraines
Teneurs anormales dans les végétaux destinés à la consommation humaine ou animale
Plaintes concernant les odeurs
Teneurs anormales dans les animaux destinés à la consommation humaine
Teneurs anormales dans les sols
Santé
Sans
Inconnu
Pas d'impact constaté après dépollution

maintien d'une pollution en-dessous de l'épaisseur traitée.


Surveillance du site

Milieu surveillé  :
Eaux superficielles, fréquence (n/an) :
Eaux souterraines, fréquence (n/an) :

 

Etat de la surveillance :
Absence de surveillance justifiée
Raison : Autre

Surveillance différée en raison de procédure en cours
Raison :

Début de la surveillance :
Arrêt effectif de la surveillance :

Résultat de la surveillance à la date du  :  

Résultat de la surveillance, autre : La mise en place d’un suivi de la qualité de la nappe superficielle au droit du site n’est pas nécessaire pour les raisons suivantes : aucun captage et donc aucune utilisation de la nappe superficielle n’a été recensé sur le site et dans un rayon de quelques kilomètres, l’eau de la nappe est saumâtre et désignée comme inexploitable selon l’Atlas Hydrogéologique de la Seine Maritime, pour les besoins d’alimentation en eau potable, les mouvements de la nappe sont très restreints, elle est stagnante. - les travaux réalisés sont de nature à améliorer la qualité chimique de la nappe au droit du site par rapport au passé.


Restrictions d'usage et mesures d'urbanisme

Restriction d'usage sur :
L'utilisation du sol (urbanisme)
L'utilisation du sous-sol (fouille)
L'utilisation de la nappe
L'utilisation des eaux superficielles
La culture de produits agricoles

Un changement d'usage est envisagé sur ce site :
Zone résidentielle
Zone agricole
Zone naturelle
Espaces verts accueillant du public
Équipements sportifs
Commerce, artisanat
Parking
École
Autres établissements recevant du public
Si autre : tertiaire


Mesures d'urbanisme réalisées :
Servitude d'utilité publique (SUP)
Date de l'arrêté préfectoral : 06/11/2008
Document : arrete-prefectoral-sup-76.0064.pdf

Porter à connaissance risques, article L121-2 du code de l'urbanisme
Date du document actant le porter à connaissance risques L121-2 code de l'urbanisme :

Restriction d'usage entre deux parties (RUP)
Date du document actant la RUP :

Restriction d'usage conventionnelle au profit de l'Etat (RUCPE)
Date du document actant la RUCPE :

Projet d'intérêt général (PIG)
Date de l'arrêté préfectoral :

Inscription au plan local d'urbanisme (PLU)

Acquisition amiable par l'exploitant

Arrêté municipal limitant la consommation de l'eau des puits proche du site


Informations complémentaires :


Traitement effectué

Mise en sécurité du site
  Interdiction d'accès
  Gardiennage
  Evacuation de produits ou de déchets
  Pompage de rabattement ou de récupération
  Reconditionnement des produits ou des déchets
 Autre :

 

Traitement des déchets ou des produits hors site ou sur le site
  Stockage déchets dangereux
  Stockage déchets non dangereux
  Confinement sur site
  Physico-chimique
  Traitement thermique
 Autre : incinération

 

Traitement des terres polluées
  Stockage déchets dangereux
  Stockage déchets non dangereux
  Traitement biologique
  Traitement thermique
  Excavation des terres
  Lessivage des terres
  Confinement
  Stabilisation
  Ventilation forcée
  Dégradation naturelle
 Autre : excavation puis ségrégation des terres selon le degré de pollution, adaptée aux filières possibles

 

Traitement des eaux
Rabattement de nappe
Drainage
Traitement :
Air stripping
Vapour stripping
Filtration
Physico-chimique
Biologique
Oxydation (ozonation...)
Autre :

Imprimer la fiche Pour tout commentaire Contactez-nous