Présentation / Actualités Recherche Tableaux de bord Approche nationale FAQ Glossaire Liens Contactez-nous

Base de données BASOL sur les sites et sols pollués
(ou potentiellement pollués) appelant
une action des pouvoirs publics, à titre préventif ou curatif

Région : Bourgogne-Franche-Comté
Département : 71
Site BASOL numéro : 71.0016
Situation technique du site : Site traité avec restrictions d'usages, travaux réalisés, restrictions d'usages ou servitudes imposées ou en cours Site traité avec restrictions d'usages, travaux réalisés, restrictions d'usages ou servitudes imposées ou en cours
Date de publication de la fiche : 10/05/2019
Auteur de la qualification : DREAL

Localisation et identification du site
Nom usuel du site : REXAM SMT

Localisation  :
Commune : Tournus
Arrondissement :
Code postal : - Code INSEE : 71543 (5 941 habitants)
Adresse : Quai Georges Bardin
Lieu-dit : Rive Gauche
Agence de l'eau correspondante : Rhône - Méditerranée - Corse
Code géographique de l'unité urbaine : 71202 : Tournus (5 941 habitants)


Géoréférencement :

Référentiel Coordonnée X Coordonnée Y Précision Précision (autre)
LAMBERT93 846581 6609028 Adresse (rue)

Référentiel Coordonnée X Coordonnée Y Précision Précision (autre)
LAMBERT II ETENDU 797508 2177278 Adresse (rue)

Parcelles cadastrales :

Cadastre Section cadastrale N° de parcelle Précision parcellaire Source documentaire Observations
Nom Arrondissement Date
Tournus 03/01/2013 AL 72 Parcellaire parfait actuel cadastre.gouv.fr
Tournus 03/01/2013 AL 47 Parcellaire parfait actuel cadastre.gouv.fr
Tournus 03/01/2013 AL 88 Parcellaire parfait actuel cadastre.gouv.fr
Tournus 03/01/2013 AL 89 Parcellaire parfait actuel cadastre.gouv.fr
Tournus 03/01/2013 AL 92 Parcellaire parfait actuel cadastre.gouv.fr

Plan(s) cartographique(s) :

Responsable(s) actuel(s) du site : EXPLOITANT (si ICPE ancienne dont l'exploitant existe encore ou ICPE en activité)

Nom : REXAM SMT
   il s'agit DU DERNIER EXPLOITANT

Qualité du responsable :
PERSONNE MORALE PRIVEE


Propriétaire(s) du site :

Nom Qualité Coordonnées
REXAM SMT PERSONNE MORALE PRIVEE


Caractérisation du site à la date du 09/05/2019

Description du site :
Le site de REXAM SMT se situait en rive gauche de la Saône, au nord-est de la commune de Tournus. L'exploitation des installations était régulièrement autorisée par l'arrêté préfectoral du 9 novembre 1977.

On trouve au nord et à l'est du site des surfaces agricoles ou naturelles (cultures, forêt), au sud des habitations, et à l'ouest un quai de la Saône. Le bâtiment principal repose sur des remblais d'environ 3 mètres d'épaisseur au-dessus du sous-sol naturel, constitué ici d'alluvions de la Saône. Une nappe d'eaux souterraines reliée à la Saône est présente dans les terrains au droit du site, à environ 4 mètres sous le niveau du sol ; le sens d'écoulement général est normalement dirigé du nord-est vers le sud-ouest en direction de la Saône.

► HISTORIQUE

Depuis 1934 et sous plusieurs dénominations, diverses activités industrielles ont été exercées simultanément sur ce site :
- de 1934 à 1964, la fabrication de pièces métalliques variées ainsi que, jusqu'en 1948, de bouteilles thermos ;
- de 1952 à 1975, la fabrication de plastiques thermodurcissables ("bakélite") ;
- de 1952 à 2008, la fabrication de pièces moulées par injection (thermoplastiques) ;
- de 1966 à 1985, la fabrication de pièces plastiques métallisées.

La société REXAM SMT exploitait ces installations depuis 1991 ; elle a cessé toute activité sur le site du Quai Bardin depuis le mois de septembre 2008.
Depuis 2009 le site est devenu propriété de la ville de Tournus, qui l'utilise à des fins de stockage de matériel pour ses services techniques.

 

Description qualitative :
► HISTORIQUE ENVIRONNEMENTAL

En 1992, des solvants chlorés (COHV) ont été décelés dans des puits de captage occasionnellement utilisés pour la distribution d'eau. Bien que située à 300 mètres en aval hydraulique des puits, la société REXAM a été considérée comme source la plus probable de cette contamination. Suite à la caractérisation de la pollution au droit du site, la société REXAM a alors mis en place un dispositif de pompage permettant de confiner les polluants sur place ; l'eau récupérée est utilisée pour les besoins de l'entreprise.

En 1994 ont été détectés au droit du site des hydrocarbures, conséquence d'une fuite de fioul ancienne dûe à la rupture d'une canalisation vers 1985. Une opération de dépollution a été entreprise par bioventing et air-sparging, poursuivie jusqu'à fin 1996.

Une analyse de l'eau des puits publics, effectuée par la direction départementale de l'action sanitaire et sociale de Saône-et-Loire le 12 février 1996, y a détecté la présence de composés organo-halogénés volatils (COHV) mais en teneurs inférieures aux normes de l'OMS (Organisation Mondiale pour la Santé) relative aux eaux potables.

Au vu de cet historique, une étude simplifiée des risques (ESR) a été demandée dans le cadre de la circulaire du 3 avril 1996. Le rapport correspondant a été remis le 2 octobre 2000 et conduisait au classement du site en "classe 2" c'est à dire "site à surveiller", conformément à l'ancienne réglementation en vigueur.


► SURVEILLANCE

Par arrêté préfectoral du 10 Avril 2001, ont été imposées à l'exploitant les prescriptions techniques suivantes :
- le suivi de la qualité de la nappe au moyen de 3 piézomètres, par l'analyse trimestrielle des COVH, des métaux (Al, Cd, Cr, Cu, Ni) et des hydrocarbures totaux (HCT) ;
- le suivi dans les mêmes conditions des puits de captage ;
- un maintien du pompage dans le puits de l'usine, assurant un rôle de rabattement et de confinement des COHV ;
- réalisation pendant un an d'analyses semestrielles des eaux de la Saône pour les paramètres COHV, chrome, plomb et aluminium (ces analyses ont été arrêtées courant 2003).

Le 10 décembre 2008, la société REXAM SMT a déclaré la cessation définitive de l'ensemble des activités du site.

Le 4 mars 2009, le dossier de cessation d'activité a été transmis à l'inspection des installations classées. Celui-ci s'est vu complété d'une étude d'évaluation des risques sanitaires, remise au même service de l’État le 11 mai 2009. Un plan de surveillance environnementale avait alors été proposé par la société REXAM :
- mise en œuvre pendant un an d'un suivi de la qualité des eaux souterraines hors site, via des puits privés situés en aval ;
- poursuite du suivi de la qualité des eaux souterraines sur site.

L'arrêté préfectoral du 11 janvier 2010 a reconduit les prescriptions de l'arrêté de 2001 concernant la surveillance des eaux souterraines. L'ancien exploitant REXAM SMT était dès lors tenu à :
- la réalisation pendant 1 an d'un suivi trimestriel des eaux souterraines hors site dans les puits privés, portant sur les composés organo-halogénés volatils (COHV) ;
- la réalisation jusqu'à fin 2013 d'un suivi trimestriel des eaux souterraines au droit du site, sur la base de 4 piézomètres et des captages d'alimentation en eau publics.

Le 14 mars 2011, le syndicat intercommunal des eaux du Tournugeois a informé l'inspection des installations classées qu'il refusait l'accès à deux captages lui appartenant, en raison de la vétusté de leurs accès. Le plan de suivi trimestriel prescrit à la société REXAM s'est alors vu réorganisé en conséquence.
En l'absence d'amélioration sensible de la qualité des eaux de la nappe, malgré le pompage en place, les services de l'État ont sollicité REXAM quant à une meilleure caractérisation des pollutions, et la mise en œuvre de mesures de réduction (voire suppression) de celles-ci.

En mai et août 2012, de nouvelles investigations environnementales ont été conduites à cet effet sur les eaux et sols du site. Elles ont notamment permis de caractériser les polluants en présence (HCT, COHV, BTEX, métaux lourds, PCB) et les zones sources de pollution, avérées ou suspectées (ateliers divers, zones de stockage de produits, fosses favorisant l'infiltration...)

Le 21 janvier 2013, l'entreprise REXAM a transmis à l'inspection des installations classées un diagnostic de l'état environnemental et un plan de gestion de la pollution pour son ancien site du Quai Bardin. Les principales substances mises en évidence étaient :
- dans les remblais, un impact en mercure, cuivre etc. et un impact modéré par des COHV et le tétrachloroéthylène (PCE) ;
- dans un puits d'infiltration, des sédiments chargés en polluants variés (métaux lourds, hydrocarbures, COHV, hormis BTEX) à l'origine de la contamination de la nappe ;
- dans les eaux souterraines, principalement des solvants chlorés (COHV), ainsi que la présence d'hydrocarbures et ponctuellement de BTEX (toluène) ;
- toujours dans la nappe, des composés attestant d'un début de biodégradation des solvants chlorés.
Le schéma conceptuel joint au rapport identifiait les voies d'exposition à ce composés, à savoir l'inhalation de vapeurs issues des sols (sur site : mercure et COHV) ou de la nappe (sur et hors site : COHV, BTEX, HCT) ainsi que la consommation de produits végétaux arrosés avec les eaux souterraines (contaminées aux COHV).


Un arrêté préfectoral complémentaire du 11 juillet 2013 fixe un nouveau programme de surveillance des eaux souterraines à fréquence trimestrielle pendant les nouveaux travaux de réhabilitation envisagés et devant se poursuivre jusqu'à un an après l'arrêt du confinement. La surveillance est maintenue ensuite à une fréquence semestrielle.

Le rapport de suivi des eaux souterraines de janvier 2019 indique en conclusions :

• Le sens d’écoulement général des eaux de la nappe alluviale au droit du site est interprété en
direction de la Saône et dirigé de l’est vers l’ouest ;
• L’absence de dépassement des valeurs seuils de potabilité pour tous les composés recherchés
au droit du puits privé Bonin ;
• Les PCB n’ont été détectés au droit d’aucun des piézomètres lors de cette campagne ;
• Les solvants chlorés (PCE, TCE et/ou produits de dégradation) ont été détectés à des
concentrations supérieures aux valeurs de référence (VR) au droit de sept ouvrages sur les quatorze prélevés.
• La tendance à la diminution des concentrations se confirme au droit des ouvrages PZ01bis
(PCE et TCE) et PZ02 (1,2-DCE) ;
• Une stabilité des concentrations a été observée au droit des ouvrages BH1, BH2, BH4,
PZ03, PZ07, PZ11 ;
• Le piézomètre PZ14 (proche de l’ancienne fosse mécanique) présente des teneurs
relativement élevées et qui restent dans la même gamme de valeur depuis juillet 2018 ;
• Des fluctuations ont été observées au droit des ouvrages PZ06 et PZ12 depuis 2017 ;
• Une augmentation des concentrations a été observée au droit des ouvrages PZ04 et PZ05
lors de cette campagne et depuis décembre 2017 ;
• La présence ponctuelle d’arsenic et de nickel à des concentrations supérieures à la VR au droit
de PZ02, PZ07, PZ11 et BH2.


Hors site , les concentrations détectés sont en dessous des seuils.

En décembre 2017 , des prélèvements des eaux superficielles de la Saône ont mis en évidence une absence d'impact significatif.



► RÉHABILITATION DU SITE

Une mise en sécurité du site a été effectuée suite à la cessation d'activité de 2008 :
- les transformateurs et condensateurs ont été évacués vers une filière d'élimination agréée ;
- la cuve enterrée a été nettoyée, dégazée et remplie de béton maigre ;
- les groupes frigorifiques ont été vidés de leur contenu de fréon et d'huile par une société spécialisée ;
- la fosse septique a été vidée.

L'usage futur du site évoqué par REXAM dans son mémoire de cessation d'activité de 2009 consistait en une réutilisation par les services techniques de la mairie de Tournus. Dans ce contexte, le bureau d'études en charge de cette étude préconisait :
- la non-utilisation des eaux souterraines du site ;
- le maintien de leur pompage de confinement (suppression de couloir hydraulique potentiel).

Suite aux investigations environnementales de mai et août 2012, un plan de gestion transmis par REXAM le 21 janvier 2013 proposait des mesures de dépollution du site, permettant entre autres l'arrêt du pompage de confinement de la nappe polluée, ainsi qu'une réduction de 80 à 90% de la pollution à terme.
Les mesures retenues sur la base d'un bilan coût-avantages sont :
- élimination ciblée des sources de pollution des sols (excavation ponctuelle, forage au niveau du puits d'infiltration) ;
- injections en milieu souterrain visant à stimuler la biodégradation des solvants chlorés déjà active ;
- mise en place de restrictions d'usage sur les sols, et éventuellement les eaux souterraines ;
- surveillance pendant 6 à 8 ans.
D'autre part une analyse de risques résiduels (ARR) prévisionnelle mentionnait l'absence de risque inacceptable (sur site) et de risque sanitaire (hors site) une fois les travaux menés à bien.

L'arrêté préfectoral du 11 juillet 2013 vient encadrer la réalisation de ces mesures de gestion. Outre les travaux de dépollution ci-dessus à mettre en œuvre ou adapter le cas échéant, les prescriptions ont trait à :
- la mise en place d'une surveillance de la qualité des eaux souterraines pendant et après les travaux, a minima trimestrielle pour 13 ouvrages dont 2 puits, et semestrielle pour les autres ;
- la remise d'un mémoire de fin de travaux, et d'un bilan quadriennal de surveillance des eaux souterraines ;
- l'institution si nécessaire de restrictions d'usage après travaux : servitudes d'utilité publique, restrictions en cas de cession du site.

En juin 2015 , réalisation d'investigations complémentaires préparatoires aux travaux de réhabilitation à réaliser.

Les travaux débutent en novembre 2015.

Au droit de la zone source-sol, 75 m2 de terres ont été excavées jusqu’à une profondeur de 5 m autour de l’ancienne fosse et envoyées en biocentre. En complément de l’excavation, un malaxage à la pelle mécanique et injection de péroxyde d’hydrogène a été réalisé dans les sols du fond de la fosse (procédé de traitement par soil mixing) afin de traiter la zone saturée entre 5 et 7 m de profondeur. L’objectif d’extraction de masse dans la zone source a donc été atteint pour la plupart des substances.
Au total, les travaux d’excavation ont généré environ 860 tonnes de déchets comprenant les
bétons, de l’enrobé, et des terres impactées. Ces déchets ont été acheminés vers des centres de gestion de déchets agréés.

Un traitement de l'eau par voie biologique aérobie avec apport de peroxyde d’hydrogène au droit de l’ancienne fosse, et un traitement par voie biologique anaérobie avec apport de lactate de sodium au droit de l’ancienne chaufferie ont été mis en place à partir de novembre 2015 au moyen de douze aiguilles d’injection. Il s'est poursuivi jusqu'à mai 2016.
Les résultats d'analyses des eaux souterraines de janvier 2019 au droit de la zone de traitement témoignent d’une poursuite de l’efficacité du traitement in-situ (déchloration réductive du PCE et du TCE et transformation en 1,2-DCE et CV) avec une tendance à la stabilisation des teneurs en 2018.

Des travaux de démolition et démontage des bâtiments du site ont été réalisés en 2016 par la ville de Tournus.

Compte tenu du maintien de la surveillance trimestrielle des eaux souterraines durant plusieurs années et de l’absence d’augmentation des concentrations suite à l’arrêt du puits de confinement , il est proposé , en juillet 2018 , de procéder au démantèlement et au rebouchage définitif du puits de confinement (P&T Well).


Description du site

Origine de l'action des pouvoirs publics : AUTRE
CIRCULAIRE DU 3 AVRIL 1996

Date de la découverte : 17/02/1992


Origine de la découverte :

Recherche historique Travaux
Transactions Dépôt de bilan
cessation d'activité, partielle ou totale Information spontanée
Demande de l'administration Analyse captage AEP ou puits ou eaux superficielles
Pollution accidentelle Autre : Cessation totale d'activité en 2008.

 

Types de pollution :

Dépôt de déchets Dépôt aérien
Dépôt enterré Dépôt de produits divers
Sol pollué Nappe polluée
Pollution non caractérisée

 

Origine de la pollution ou des déchets ou des produits :

Origine accidentelle
Pollution due au fonctionnement de l'installation
Liquidation ou cessation d'activité
Dépôt sauvage de déchets
Autre



Activité : Tansformation des matières plastiques
Code activité ICPE : D72


Situation technique du site
Evénement Prescrit à la date du Etat du site Date de réalisation
Evaluation simplifiée des risques (ESR)  01/09/1998  Site mis à l'étude, diagnostic prescrit par arrêté préfectoral  01/09/1998 
Surveillance du site  10/04/2001  Site traité avec surveillance, travaux réalisés, surveillance imposée par AP ou en cours (projet d'AP présenté au CODERST)  10/04/2001 
Mise en sécurité du site  10/12/2008  Site traité avec surveillance, travaux réalisés, surveillance imposée par AP ou en cours (projet d'AP présenté au CODERST)  10/12/2008 
Schéma conceptuel  04/03/2009  Site traité avec surveillance, travaux réalisés, surveillance imposée par AP ou en cours (projet d'AP présenté au CODERST)  04/03/2009 
Analyse des risques résiduels (ARR)  11/05/2009  Site traité avec surveillance, travaux réalisés, surveillance imposée par AP ou en cours (projet d'AP présenté au CODERST)  11/05/2009 
Surveillance du site  11/01/2010  Site traité avec surveillance, travaux réalisés, surveillance imposée par AP ou en cours (projet d'AP présenté au CODERST)  11/01/2010 
Plan de gestion  21/01/2013  Site en cours de traitement, objectifs de réhabilitation et choix techniques définis ou en cours de mise en oeuvre  21/01/2013 
Travaux de traitement  21/01/2013  Site en cours de traitement, objectifs de réhabilitation et choix techniques définis ou en cours de mise en oeuvre  17/11/2015 
Rapport de fin de travaux  21/01/2013  Site traité avec restrictions d'usages, travaux réalisés, restrictions d'usages ou servitudes imposées ou en cours  12/04/2016 



Rapports sur la dépollution du site :


Caractérisation de l'impact

Déchets identifiés (s'il s'agit d'un dépôt de déchets) :

Déchets non dangereux
Déchets dangereux
Déchets inertes

Produits identifiés (s'il s'agit d'un dépôt de produits) :

Ammonium Arsenic (As)
Baryum (Ba) BTEX (Benzène, Toluène, Ethyl-benzène et Xylènes)
Cadmium (Cd) Chlorures
Chrome (Cr) Cobalt (Co)
Cuivre (Cu) Cyanures
H.A.P. Hydrocarbures
Mercure (Hg) Molybdène (Mo)
Nickel (Ni) PCB-PCT
Pesticides Substances radioactives
Plomb (Pb) Sélénium (Se)
Solvants halogénés Solvants non halogénés
Sulfates TCE (Trichloroéthylène)
Zinc (Zn)
Autres :

Polluants présents dans les sols :

Ammonium Arsenic (As)
Baryum (Ba) BTEX
Cadmium (Cd) Chlorures
Chrome (Cr) Cobalt (Co)
Cuivre (Cu) Cyanures
H.A.P. Hydrocarbures
Mercure (Hg) Molybdène (Mo)
Nickel (Ni) PCB-PCT
Pesticides Plomb (Pb)
Sélénium (Se) Solvants halogénés
Solvants non halogénés Substances radioactives
Sulfates TCE
Zinc (Zn)
Autre(s) polluant(s) présent(s) dans les sols :
Aucun

Polluants présents dans les nappes :

Aluminium (Al) Ammonium
Arsenic (As) Baryum (Ba)
BTEX Cadmium (Cd)
Chlorures Chrome (Cr)
Cobalt (Co) Cuivre (Cu)
Cyanures Fer (Fe)
H.A.P. Hydrocarbures
Mercure (Hg) Molybdène (Mo)
Nickel (Ni) PCB-PCT
Pesticides Plomb (Pb)
Sélénium (Se) Solvants halogénés
Solvants non halogénés Substances radioactives
Sulfates TCE
Zinc (Zn)
Autre(s) polluant(s) présent(s) dans les nappes :
tétrachloroéthylène (PCE)

Polluants présents dans les sols ou les nappes :

Ammonium Arsenic (As)
Baryum (Ba) BTEX (Benzène, Toluène, Ethyl-benzène et Xylènes)
Cadmium (Cd) Chlorures
Chrome (Cr) Cobalt (Co)
Cuivre (Cu) Cyanures
H.A.P. Hydrocarbures
Mercure (Hg) Molybdène (Mo)
Nickel (Ni) PCB-PCT
Pesticides Plomb (Pb)
Sélénium (Se) Solvants halogénés
Solvants non halogénés Sulfates
TCE (Trichloroéthylène) Zinc (Zn)
Autres :

Risques immédiats :

Produits inflammables
Produits explosifs
Produits toxiques
Produits incompatibles
Risque inondation
Risque inondation
Fuites et écoulements
Accessibilité au site

Importance du dépôt ou de la zone polluée :

Tonnage (tonne) : 860
Volume (m3) : 0
Surface (ha) :

Informations complémentaires :
le plan de gestion de janvier 2013 estime les sols et sédiments pollués à proximité de la fosse d'infiltration à 500 T (surface de 50 m²). 860 T de terres , bétons , DIB et d'enrobé ont finalement été excavés.

Environnement du site

Zone d'implantation :
Habitat : DENSE
Industrie : LOURDE

 

 

Hydrogéologie du site  :

Absence de nappe.

Présence d'une nappe.

Utilisation de la nappe :
Aucune utilisation connue
A.E.P.
Puits privés
Agriculture, industries agroalimentaires
Autres industries
Autre :

 

 

Utilisation actuelle du site :

Site industriel en activité.

Site industriel en friche.

Site ancien réutilisé

 

 

Impacts constatés :
Captage AEP arrêté (aduction d'eau potable)
Teneurs anormales dans les eaux superficielles et/ou dans les sédiments
Teneurs anormales dans les eaux souterraines
Teneurs anormales dans les végétaux destinés à la consommation humaine ou animale
Plaintes concernant les odeurs
Teneurs anormales dans les animaux destinés à la consommation humaine
Teneurs anormales dans les sols
Santé
Sans
Inconnu
Pas d'impact constaté après dépollution




Surveillance du site

Milieu surveillé  :
Eaux superficielles, fréquence (n/an) : 2
Eaux souterraines, fréquence (n/an) : 4
Autre : Suivi trimestriel sur plusieurs ouvrages pendant les travaux et jusqu'à un an après l'arrêt du dispositif de confinement du panache de pollution. Semestrielle ensuite. Suivi semestrielle des eaux superficielles après l'arrêt du confinement.

 

Etat de la surveillance :
Absence de surveillance justifiée
Raison :

Surveillance différée en raison de procédure en cours
Raison :

Début de la surveillance : 11/01/2010
Arrêt effectif de la surveillance :

Résultat de la surveillance à la date du 01/01/2019  :  1 LA SITUATION RESTE STABLE

Fin envisagée de la surveillance : 01/01/2023

Résultat de la surveillance, autre : depuis le début de la surveillance imposée (année 2000), la qualité des eaux souterraines s'est nettement améliorée malgré une persistance des COHV jusqu'en 2008. Biodégradation des COHV dans la nappe constatée en août 2012.


Restrictions d'usage et mesures d'urbanisme

Restriction d'usage sur :
L'utilisation du sol (urbanisme)
L'utilisation du sous-sol (fouille)
L'utilisation de la nappe
L'utilisation des eaux superficielles
La culture de produits agricoles

Un changement d'usage est envisagé sur ce site :
Zone résidentielle
Zone agricole
Zone naturelle
Espaces verts accueillant du public
Équipements sportifs
Commerce, artisanat
Parking
École
Autres établissements recevant du public
Si autre : à définir par la commune


Mesures d'urbanisme réalisées :
Servitude d'utilité publique (SUP)
Date de l'arrêté préfectoral :

Porter à connaissance risques, article L121-2 du code de l'urbanisme
Date du document actant le porter à connaissance risques L121-2 code de l'urbanisme :

Restriction d'usage entre deux parties (RUP)
Date du document actant la RUP :

Restriction d'usage conventionnelle au profit de l'Etat (RUCPE)
Date du document actant la RUCPE :

Projet d'intérêt général (PIG)
Date de l'arrêté préfectoral :

Inscription au plan local d'urbanisme (PLU)

Acquisition amiable par l'exploitant

Arrêté municipal limitant la consommation de l'eau des puits proche du site


Informations complémentaires :


Traitement effectué

Mise en sécurité du site
  Interdiction d'accès
  Gardiennage
  Evacuation de produits ou de déchets
  Pompage de rabattement ou de récupération
  Reconditionnement des produits ou des déchets
 Autre : Le site est propriété de la ville de Tournus

 

Traitement des déchets ou des produits hors site ou sur le site
  Stockage déchets dangereux
  Stockage déchets non dangereux
  Confinement sur site
  Physico-chimique
  Traitement thermique
 Autre :

 

Traitement des terres polluées
  Stockage déchets dangereux
  Stockage déchets non dangereux
  Traitement biologique
  Traitement thermique
  Excavation des terres
  Lessivage des terres
  Confinement
  Stabilisation
  Ventilation forcée
  Dégradation naturelle
 Autre : bioventing (injection d'air dans les sols afin de stimuler la faune bactérienne).
En complément de l’excavation, un malaxage à la pelle mécanique et injection de péroxyde
d’hydrogène a été réalisé dans les sols du fond de la fosse

 

Traitement des eaux
Rabattement de nappe
Drainage
Traitement :
Air stripping
Vapour stripping
Filtration
Physico-chimique
Biologique
Oxydation (ozonation...)
Autre : pompage de la nappe permettant le confinement des eaux souterraines.
Traitement des eaux souterraines par voie biologique aérobie avec apport de peroxyde d’hydrogène et apport de lactate de sodium

Imprimer la fiche Pour tout commentaire Contactez-nous