Présentation / Actualités Recherche Tableaux de bord Approche nationale FAQ Glossaire Liens Contactez-nous

Base de données BASOL sur les sites et sols pollués
(ou potentiellement pollués) appelant
une action des pouvoirs publics, à titre préventif ou curatif

Région : Nouvelle-Aquitaine
Département : 47
Site BASOL numéro : 47.0043
Situation technique du site : Site en cours de traitement, objectifs de réhabilitation et choix techniques définis ou en cours de mise en oeuvre Site en cours de traitement, objectifs de réhabilitation et choix techniques définis ou en cours de mise en oeuvre
Date de publication de la fiche : 15/10/2016
Auteur de la qualification : DREAL UT Lot et Garonne – Agen

Localisation et identification du site
Nom usuel du site : TOTAL station service Agen

Localisation  :
Commune : Agen
Arrondissement :
Code postal : - Code INSEE : 47001 (33 863 habitants)
Adresse : 131, avenue Jean Jaurès
Lieu-dit :
Agence de l'eau correspondante : Adour-Garonne
Code géographique de l'unité urbaine : 47501 : Agen (78 517 habitants)


Géoréférencement :

Référentiel Coordonnée X Coordonnée Y Précision Précision (autre)
LAMBERT93 510473 6347830 Adresse (rue)

Référentiel Coordonnée X Coordonnée Y Précision Précision (autre)
LAMBERT II ETENDU 463335 1912890 Adresse (rue)

Parcelles cadastrales :

Cadastre Section cadastrale N° de parcelle Précision parcellaire Source documentaire Observations
Nom Arrondissement Date
Agen 29/06/2013 AM1 438 Parcellaire parfait actuel Cadastre.gouv.fr

Plan(s) cartographique(s) :

Responsable(s) actuel(s) du site : EXPLOITANT (si ICPE ancienne dont l'exploitant existe encore ou ICPE en activité)
plan-cartographique-47.0043--1.pdf : cartes des teneurs dans les eaux souterraines (emplacement des piézomètres)
plan-cartographique-47.0043--2.pdf : zone d'étude
plan-cartographique-47.0043--3.pdf : plan de localisation du site

Nom : TOTAL FRANCE SA
   il s'agit DU DERNIER EXPLOITANT

Qualité du responsable :
PERSONNE MORALE PRIVEE


Propriétaire(s) du site :

Nom Qualité Coordonnées


Caractérisation du site à la date du 06/07/2016

Description du site :
Station service exploitée par la société ELF FRANCE puis TOTAL France au 131, avenue Jean Jaurès 47 Agen.
Depuis 2007, la station est exploitée sous l'enseigne Elf. Sa superficie est d'environ 1600 m2.
L'environnement de la station service est essentiellement constitué d'habitations.

Les installations sont classées sous le régime de la déclaration par les récépissés du 9 mai 1989 et du 30 novembre 2004.

Le 04/10/2010, l'exploitant déclare la cessation d'activité de la station-service.

 

Description qualitative :
1 - MISE EN SECURITE
Suite à la cessation d'activité déclarée le 04/10/2010, l'exploitant précise que les travaux de mise en sécurité suivants ont été effectués en juin 2010 et que les opérations de démontage commenceront en novembre 2010 :
- ferraillage et d'élimination des déchets,
- rapport de suivi environnemental,
Les justificatifs et les conditions d'inertage ou d'enlèvement des cuves restent à fournir.

2 - DIAGNOSTIC
En avril 2002, suite à la perte de carburant sans plomb et de gazole, le diagnostic environnemental du site est réalisé. L'étude permet de mettre en évidence la présence d'hydrocarbures volatils et dissous dans les sols.
En juin 2002, la campagne de mesure piézomètrique permet de constater l'apparition d'une phase libre à la surface de la nappe.

Suite à la plainte de l'hôtel riverain de la station-service, l'arrêté préfectoral du 2 mars 2004 prescrit, dans le délai maximum de 1 mois, le diagnostic pollution, le contrôle trimestriel des Composés Organiques Volatils (COV) dans l'hôtel et la surveillance semestrielle des eaux souterraines.

On constate, depuis l'arrêt du traitement de sols en 2005, et au vu des résultats des campagnes d'analyses des eaux souterraines et des sols de mars 2006 à mars 2010, la remobilisation des hydrocarbures dissous au niveau des anciennes zones de pompage (PZ8 et PZ9).

La synthèse de la surveillance depuis 2004 montre l'apparition d'un impact en 2006 et qui semble pérenne depuis.
Dans ces conditions, il apparaît indispensable de rechercher l'origine des hydrocarbures remobilisés et de poursuivre la surveillance prescrite.
Il y a lieu de prescrire le complément de diagnostic et la proposition de solutions de traitement sol et nappe.

Le 30/12/2010, la DREAL demande à l'exploitant de réaliser le diagnostic approfondi du site et de fournir le plan de gestion permettant de déterminer les sources à l'origine de la pollution recrudescente et de mettre en oeuvre les solutions de traitement adaptées dans le délai de 3 mois.

L'arrêté préfectoral du 16 janvier 2014 prescrit, dans le délai de 6 mois, la réalisation d'un diagnostic approfondi du site et de son environnement permettant d'identifier l'origine de la pollution et la proposition d'un plan de gestion correspondant.

Suite à l'arrêté préfectoral prescrit en janvier 2014, une délimitation de la contamination a pu être identifiée. Il apparaît suite au maillage réalisé que la contamination se situe dans l'intervalle 5-6m. En dessous de 6m de profondeur, la quasi totalité des ouvrages ont montré un atténuation radicale des teneurs. La pollution résiduelle est localisée dans la zone de battement de nappe soit entre 4.5 et 6m de profondeur, 5m étant la profondeur la plus impactée par la pollution (teneurs en Composés Organiques Volatils les plus élevées).

La contamination est essentiellement composée d'Hydrocarbures Totaux (HCT) seulement dans les zones V9, V11 et V13 et de COV pour toutes les zones concernées.

Au vu du type de pollution, Total sélectionne, début 2016, l'oxydation chimique in situ par procédé CHP (Catalyzed Hydrogen Peroxide) afin de poursuivre les démarches de dépollution efficacement.

3 - TRAVAUX
Suite au diagnostic ci-dessus, les travaux de réhabilitation par pompage-traitement des eaux souterraines et par venting des gaz du sol sont mis en place de septembre 2002 à janvier 2005.

Le rapport du 5 juillet 2004 de surveillance des travaux atteste de l'enlèvement des cuves et de canalisations et récapitule les 4 phases de traitement suivantes :
- du 20/09/2002 au 14/05/2003 : traitement par stripping et pompage-écrémage,
- du 14/05 au 20/10/2003 : traitement par stripping, pompage-écrémage et venting,
- du 20/10/2003 au 12/02/2004 : traitement par pompage-écrémage et stripping,
- du 12/02 au 06/09/2004 : traitement par pompage-écrémage et filtration au charbon actif.

L'arrêt du traitement intervient le 06/09/2004 suite aux résultats des 3 campagnes de surveillance des eaux souterraines d'août, septembre et novembre 2004 et sans l'aval de l'administration.

L'information d'achèvement des dits travaux est portée à la connaissance du Parquet le 7 février 2005. Le 16/11/2005, la DRIRE précise que cette information ne vaut pas procès-verbal de récolement.

Du 02/11/15 au 06/11/15 : Réalisation de 32 sondages, équipement des ouvrages, réalisation d'un prélèvement de terres à chaque sondage.
Du 09/11/15 au 10/11/15 : Réalisation de tests en laboratoire.
Le 18/11/15 : Réalisation d'un prélèvement d'eaux souterraines dans tous les ouvrages.

Des travaux de dépollution complémentaire sont envisagés en 2016 en raison du changement de technique de dépollution ( Oxygel précédemment et Oxydation In-Situ à venir en 2016).

4 - SURVEILLANCE DE L'AIR AMBIANT ET DES GAZ DU SOL
L'arrêté préfectoral du 2 mars 2004 prescrit le contrôle trimestriel des Composés Organiques Volatils (COV) dans l'hôtel riverain.
Une demande d'autorisation de prélèvement d'air a été faite le 5 juillet 2004.
Sur rapport de la DRIRE du 16/11/2005, le Préfet a demandé à l'exploitant, le 31/01/2006, de poursuivre le contrôle trimestriel des COV dans l'hôtel.
Les mesures de gaz de l'air ambiant réalisées en mars 2008 au niveau de la cage d'ascenseur de l'hôtel mettent en évidence un marquage résiduel qui reste toutefois inférieurs aux valeurs de références pour la santé humaine.
Les mesures de gaz de l'air ambiant réalisées en mars 2009 permettent de relever l'absence d'impact en alcanes volatils C5-C10 et BTEX dans l'air ambiant au niveau de la cage d'ascenseur de l'hôtel.
Ceci est confirmé par la campagne du 24/03/2010.

La campagne de septembre 2010 confirme cette tendance.

Les campagnes de février 2011 et juillet 2012 n'ont pas fait l'objet de prise de mesure au niveau de l'air ambiant à l'intérieur de l’hôtel "Atlantic".

La campagne de mesures effectuée en octobre 2012 n'a toujours pas fait l'objet de prise de mesure au niveau de l'air ambiant à l'intérieur de l’hôtel voisin. Toutefois, entre juin 2011 et août 2011, un réseau de 4 piézairs a été installé sur l'ancienne station-service ainsi que sur la propriété de l'hôtel.

La campagne de janvier 2013 porte sur 2 piézairs.
Les piézairs sont les suivants :
Pa2 : ancienne station-service
Pa3 : hôtel

Les analyses réalisées montrent:
- des valeurs non satisfaisantes en Toluène, p et m-Xylène, Xylènes et en hydrocarbures aromatique (>C7-C8) (valeurs limites de 0.26 mg/m3 en toluène pour une semaine d'exposition et 4.8 mg/m3 en xylènes pour une exposition sur 24h) pour les deux piézairs: Pa2 avec respectivement 0.006 mg/m3, 0.009 mg/m3, 0.009 mg/m3 et 0.006 mg/m3 et Pa3 avec respectivement 0.023 mg/m3, 0.005 mg/m3, 0.005 mg/m3 et 0.023 mg/m3;
- des valeurs non satisfaisantes en Ethylbenzène et hydocarbures aromtiques (>C8-C10) sur Pa2 avec respectivement 0.004 mg/m3 et 0.106 mg/m3;
- des valeurs satisfaisantes sur les deux piézairs pour les autres composés analysés.

La campagne de mars 2013 porte sur les 2 mêmes piézairs.
Les analyses réalisées montrent:
- des valeurs non satisfaisantes en Toluène, Ethylbenzène, p et m-Xylène, o-Xylène, Xylènes et en hydrocarbures aromatique (>C7-C8) pour les deux piézairs: Pa2 avec respectivement 0.017 mg/m3, 0.003 mg/m3, 0.007 mg/m3, 0.002 mg/m3 , 0.009 mg/ m3 et 0.017 mg/m3 et Pa3 avec respectivement 0.033 mg/m3, 0.005 mg/m3, 0.012 mg/m3, 0.004 mg/m3, 0.017 mg/m3 et 0.033 mg/m3;
- des valeurs satisfaisantes sur les deux piézairs pour les autres composés analysés.

La campagne de mars 2013 révèle des teneurs similaires par rapport à celles obtenues lors des campagnes précédentes depuis juillet 2012.
Au droit du piézair Pa3, les substances détectées dans les gaz du sol de cet ouvrage sont globalement les mêmes que la campagne précédente (janvier 2013) à l'exception de l'éthylbenzène et de l'o-xylène qui ont été identifiés au cours de cette campagne, contrairement à celle de janvier 2013.
Au droit du piézair Pa2, les résultats sont également, dans leur globalité, les mêmes que la campagne précédente (janvier 2013). Seuls les hydrocarbures aromatiques C8-C10 n'ont pas été identifiés. La présence d'o-xylène est à nouveau observée au cours de cette campagne.

Les mesures effectuées sur les piézairs en mars 2013 mettent en évidence des teneurs globalement similaires par rapport à celles qui avaient été observées lors des dernières campagnes depuis juillet 2012 pour Pa2 et Pa3.

L'arrêté préfectoral du 16/01/2014 rappelle la réalisation de campagnes de mesures de l'air ambiant conformément aux prescriptions de l'article 3 de l'AP du 2 mars 2004.


5 - SURVEILLANCE DES EAUX SOUTERRAINES

L'arrêté préfectoral du 2 mars 2004 prescrit la surveillance semestrielle des eaux souterraines par 3 piézomètres dans lesquels on mesure les en teneurs en Hydrocarbures Volatils et Hydrocarbures Totaux (HCTX) et en Benzènes, Toluènes, Ethylbenzène, Xylènes (BTEX). L'air interstitiel du sous-sol de la station service est également contrôlé.

Les La surveillance n'a réellement commencé qu'en mars 2006 et s'est poursuivie par campagnes semestrielles jusqu'en 2010 sur les piézomètres Pz9, Pz10, Pz11, Pz12 et Pz13.
Les résultats montrent en mars 2010:
. des teneurs en HCTX dissous importantes en PZ9, 40 360 µg/l,
. des teneurs en Benzène importantes en PZ9, 990 µg/l,
. pas d'irisation en aval hydraulique (PZ8 et Pz9).
. absence de fraction volatile dans les gaz du sol.

A l'issue des opérations de traitement en 2005, on constate une remobilisation des HCTX dissous au niveau des anciennes zones de pompage. ON ne mesure plus de volatils dans la gage d'ascenseur de l'hôtel.

Le site était équipé de 6 piézomètres de contrôle (Pz8, Pz9, Pz10, Pz11, Pz12 et Pz13) et de deux anciens puits de pompage (F1 et F2).
De mars 2004 à mars 2008, la surveillance des eaux souterraines a été menée à partir des quatre piézomètres présents sur le site (Pz8, 9, 10 et 11) et de l'ancien puits de pompage F2. Suite à la mise en place de deux nouveaux piézomètres de contrôle (Pz12 et Pz13), la surveillance de la qualité des eaux souterraines a été recentrée sur les cinq piézomètres localisés en limite extérieure de la station-service (Pz9, 10, 11, 12 et 13). Suite aux travaux de démantèlement les ouvrages Pz8 et F1 ont été détruits. L'ouvrage restant (F2) fait uniquement l'objet d'un contrôle associé à un écrémage si nécessaire.
En juin, juillet et août 2011, cinq piézomètres supplémentaires (Pz 14, 15, 16, 17 et 18) ont été réalisées.

La campagne de janvier 2013 porte sur 10 piézomètres.
Les piézomètres sont les suivants :
Pz9 : aval hydraulique de la station
Pz10, 12 et 13 : positionnés latéralement à l’ancien site
Pz11 : amont hydraulique
Pz14 : ancien parc à cuves
Pz15 : zone des anciennes structures pétrolières
Pz16 : derrière l’ancienne boutique
Pz17 : aval du site au niveau de l’hôtel « Atlantic »
Pz18 : en aval hors site

Les résultats d'analyse permettent de constater des irisations sur l'ouvrage référencé Pz9.
Les analyses réalisées montrent:
- des valeurs non satisfaisantes en HCT sur : Pz14 avec 1.251 mg/l (valeur guide : 1 mg/l);
- des valeurs non satisfaisantes en Benzène sur : Pz14 avec 1.56 mg/l, Pz15 avec 0.049 mg/l, Pz16 avec 0.056 mg/l, Pz17 avec 0.479 mg/l (valeur guide : 0.001 mg/l);
- des valeurs non satisfaisantes en Toluène sur : Pz14 avec 1.57 mg/l (valeur guide : 0.7 mg/l);
- des valeurs non satisfaisantes en Ethylbenzène sur : Pz14 avec 1.44 mg/l (valeur guide : 0.3 mg/l);
- des valeurs non satisfaisantes en Xylènes sur : Pz14 avec 7.47 mg/l (valeur guide : 0.5 mg/l);
- des valeurs satisfaisantes sur Pz10, Pz11, Pz12, Pz13 et Pz18 pour tous les composés analysés;
- des valeurs satisfaisantes en HCT, Toluène, Ethylbenzène et Xylènes pour Pz15, Pz16 et Pz17.

La campagne de mars 2013 porte sur les 10 mêmes piézomètres.
Les résultats d'analyse permettent de constater des irisations sur l'ouvrage référencé Pz9.
Les analyses réalisées montrent:
- des valeurs non satisfaisantes en HCT sur : Pz11 avec entre 2.67 mg/l et 2.73 mg/l d'HCT (valeur guide : 1 mg/l);
- des valeurs non satisfaisantes en Benzène sur : Pz14 avec 0.002 mg/l, Pz15 avec 0.015 mg/l, Pz16 avec 0.027 mg/l, Pz17 avec 0.329 mg/l (valeur guide : 0.001 mg/l);
- des valeurs satisfaisantes sur Pz10, Pz12, Pz13 et Pz18 pour tous les composés analysés;
- des valeurs satisfaisantes en HCT, Toluène, Ethylbenzène et Xylènes pour Pz14, Pz15, Pz16 et Pz17;
- des valeurs satisfaisantes en Toluène, Ethylbenzène et Xylènes pour Pz11.

Les campagnes de surveillance de la qualité des eaux souterraines et notamment la dernière réalisée en mars 2013 ont permis de :
- constater une hausse du niveau d'eau, 28 cm en moyenne, sur l'ensemble des ouvrages. Le toit de la nappe est situé entre 3.02 et 4.47m sous la surface;
- observer pour cette campagne de mars 2013, que les niveaux d'eau au droit des ouvrages Pz 9, Pz 14, Pz 15, Pz 16, Pz 17 et Pz 18 sont les plus hauts jamais observés. Ces niveaux d'eau s'expliquent par une pluviométrie importante au cours des quatre mois précédents cette campagne;
- noter le maintien du sens d'écoulement des eaux souterraines vers le Sud-Ouest en direction de la Garonne avec un gradient hydraulique moyen de l'ordre de 1% en mars 2013;
- mettre en évidence des irisations sur le Pz 9;
- noter l'absence d'impact en mars 2013 en hydrocarbures dissous C5-C10, C10-C40 et en BTEX au droit de Pz 10, Pz 12, Pz 13 et Pz 18;
- identifier un panache de dissous essentiellement caractérisé par du benzène et localisé au droit des ouvrages Pz 15, Pz 16 et Pz 17;
- noter que l'impact remarquable en hydrocarbures dissous et BTEX sur les eaux prélevées au droit de Pz 14 en janvier 2013 était un impact ponctuel qui n'est pas confirmé par les dernières analyses de mars 2013.

Pour rappel, les eaux (destinées à l'alimentation de la piscine) issues du puits privé localisé sur le site de l'hôtel en aval ne présentaient aucun impact remarquable en hydrocarbures lors de la campagne de prélèvement de mai 2011. Aucun autre captage sensible n'a été relevé en aval du site. Actuellement, les eaux souterraines au droit et à l'aval sont donc compatibles avec leurs usages.

Lors de la campagne de juin 2014, une phase flottante est observée au droit du PZ18.

Les campagnes d'octobre et décembre 2014 ont permis de constater une absence d'impact de pollution en Benzène au droit du PZ14, une baisse homogène des teneurs en Hydrocarbures Totaux (HCT) et en BTEX au niveau des PZ16-PZ17-PZ18 ainsi que la disparition de la phase flottante au niveau du PZ18.

La campagne de juillet 2015 permet de constater des impacts en Benzènes et en Xylènes au droit du PZ14 (poursuivre les prélèvements),des niveaux de pollutions les plus hauts sur le paramètre HCT depuis 2011 au droit du PZ9 (zone source). Cependant, cette campagne met également en évidence une constante baisse des teneurs en HCT au droit des PZ16, PZ17 et PZ18 (depuis décembre 2014).


La campagne d'octobre 2015 montre une baisse des teneurs en Benzène et en Xylènes au droit du PZ14 par rapport à la campagne de juillet 2015. L'impact semble à présent négligeable mais il reste tout de même à surveiller lors de la prochaine campagne. Cependant, cette campagne permet également de constater une hausse des teneurs en HCT au droit du PZ14. Enfin, cette campagne démontre une forte diminution des teneurs en HCT au droit du PZ9 depuis juillet 2015.

L'évolution des teneurs en HTC et en BTEX aux différents points du site montre un impact de pollution en amont hydraulique du site c'est-à-dire en zone V11, V12 et V13 et une variation temporelle des teneurs en HCT due à la fluctuation des niveaux des eaux. En effet, des poches ponctuelles d'hydrocarbures concentrées seraient encore présents au niveau de la zone de battement de la nappe et continuent de polluer les eaux souterraines de manières prolongées par phénomène de relargage.

6 - RESTRICTIONS D'USAGES

Un impact non maîtrisé demeure sur ce site. Il convient de revenir sur le diagnostic et l'action de dépollution complémentaire à mettre en œuvre. Il convient de proposer au maire de Agen de prendre un arrêté municipal restreignant l'usage de la nappe au droit et probablement aux alentours du site.


Description du site

Origine de l'action des pouvoirs publics : AUTRE


Origine de la découverte :

Recherche historique Travaux
Transactions Dépôt de bilan
cessation d'activité, partielle ou totale Information spontanée
Demande de l'administration Analyse captage AEP ou puits ou eaux superficielles
Pollution accidentelle Autre :

 

Types de pollution :

Dépôt de déchets Dépôt aérien
Dépôt enterré Dépôt de produits divers
Sol pollué Nappe polluée
Pollution non caractérisée

 

Origine de la pollution ou des déchets ou des produits :

Origine accidentelle
Pollution due au fonctionnement de l'installation
Liquidation ou cessation d'activité
Dépôt sauvage de déchets
Autre


Année vraisemblable des faits : 2002
Activité : Dépôts de pétrole, produits dérivés ou gaz naturel
Code activité ICPE : D13


Situation technique du site
Evénement Prescrit à la date du Etat du site Date de réalisation
Travaux de traitement  20/09/2002  Site en cours de traitement, objectifs de réhabilitation et choix techniques définis ou en cours de mise en oeuvre  07/02/2005 
Diagnostic initial  02/03/2004  Site en cours de traitement, objectifs de réhabilitation et choix techniques définis ou en cours de mise en oeuvre  18/08/2008 
Surveillance du site  02/03/2004  Site en cours de traitement, objectifs de réhabilitation et choix techniques définis ou en cours de mise en oeuvre  29/06/2009 

doc-depollution-47.0043--1.pdf : Arrêté préfectoral du 16/01/2014
doc-depollution-47.0043--2.pdf : Arrêté préfectoral du 02/03/2004


Rapports sur la dépollution du site :


Caractérisation de l'impact

Déchets identifiés (s'il s'agit d'un dépôt de déchets) :

Déchets non dangereux
Déchets dangereux
Déchets inertes

Produits identifiés (s'il s'agit d'un dépôt de produits) :

Ammonium Arsenic (As)
Baryum (Ba) BTEX (Benzène, Toluène, Ethyl-benzène et Xylènes)
Cadmium (Cd) Chlorures
Chrome (Cr) Cobalt (Co)
Cuivre (Cu) Cyanures
H.A.P. Hydrocarbures
Mercure (Hg) Molybdène (Mo)
Nickel (Ni) PCB-PCT
Pesticides Substances radioactives
Plomb (Pb) Sélénium (Se)
Solvants halogénés Solvants non halogénés
Sulfates TCE (Trichloroéthylène)
Zinc (Zn)
Autres :

Polluants présents dans les sols :

Ammonium Arsenic (As)
Baryum (Ba) BTEX
Cadmium (Cd) Chlorures
Chrome (Cr) Cobalt (Co)
Cuivre (Cu) Cyanures
H.A.P. Hydrocarbures
Mercure (Hg) Molybdène (Mo)
Nickel (Ni) PCB-PCT
Pesticides Plomb (Pb)
Sélénium (Se) Solvants halogénés
Solvants non halogénés Substances radioactives
Sulfates TCE
Zinc (Zn)
Autre(s) polluant(s) présent(s) dans les sols :
Aucun

Polluants présents dans les nappes :

Aluminium (Al) Ammonium
Arsenic (As) Baryum (Ba)
BTEX Cadmium (Cd)
Chlorures Chrome (Cr)
Cobalt (Co) Cuivre (Cu)
Cyanures Fer (Fe)
H.A.P. Hydrocarbures
Mercure (Hg) Molybdène (Mo)
Nickel (Ni) PCB-PCT
Pesticides Plomb (Pb)
Sélénium (Se) Solvants halogénés
Solvants non halogénés Substances radioactives
Sulfates TCE
Zinc (Zn)
Autre(s) polluant(s) présent(s) dans les nappes :
Aucun

Polluants présents dans les sols ou les nappes :

Ammonium Arsenic (As)
Baryum (Ba) BTEX (Benzène, Toluène, Ethyl-benzène et Xylènes)
Cadmium (Cd) Chlorures
Chrome (Cr) Cobalt (Co)
Cuivre (Cu) Cyanures
H.A.P. Hydrocarbures
Mercure (Hg) Molybdène (Mo)
Nickel (Ni) PCB-PCT
Pesticides Plomb (Pb)
Sélénium (Se) Solvants halogénés
Solvants non halogénés Sulfates
TCE (Trichloroéthylène) Zinc (Zn)
Autres :

Risques immédiats :

Produits inflammables
Produits explosifs
Produits toxiques
Produits incompatibles
Risque inondation
Risque inondation
Fuites et écoulements
Accessibilité au site

Importance du dépôt ou de la zone polluée :

Tonnage (tonne) :
Volume (m3) :
Surface (ha) :

Informations complémentaires :
Aucune

Environnement du site

Zone d'implantation :
Habitat : DENSE

 

 

Hydrogéologie du site  :

Absence de nappe.

Présence d'une nappe.

Utilisation de la nappe :
Aucune utilisation connue
A.E.P.
Puits privés
Agriculture, industries agroalimentaires
Autres industries
Autre :

 

 

Utilisation actuelle du site :

Site industriel en activité.

Site industriel en friche.

Site ancien réutilisé

 

 

Impacts constatés :
Captage AEP arrêté (aduction d'eau potable)
Teneurs anormales dans les eaux superficielles et/ou dans les sédiments
Teneurs anormales dans les eaux souterraines
Teneurs anormales dans les végétaux destinés à la consommation humaine ou animale
Plaintes concernant les odeurs
Teneurs anormales dans les animaux destinés à la consommation humaine
Teneurs anormales dans les sols
Santé
Sans
Inconnu
Pas d'impact constaté après dépollution




Surveillance du site

Milieu surveillé  :
Eaux superficielles, fréquence (n/an) :
Eaux souterraines, fréquence (n/an) : 2
Autre : Air ambiant: 4/an

 

Etat de la surveillance :
Absence de surveillance justifiée
Raison :

Surveillance différée en raison de procédure en cours
Raison :

Début de la surveillance : 01/08/2004
Arrêt effectif de la surveillance :

Résultat de la surveillance à la date du 08/01/2016  :  1 LA SITUATION RESTE STABLE

Résultat de la surveillance, autre : Voir caractérisation du site Campagne octobre 2015 : Baisse de la teneur en HCT et en BTEX au droit des piézomètres 16, 17 et 18. Baisse des teneurs en HCT au droit du piézomètres 11. Teneur en benzène et en xylènes à surveiller au droit du piézomètre 14. Variations temporelles des teneurs (toujours non satisfaisantes) en Hydrocarbures au niveau des PZ14 et PZ9 dues à la fluctuations du niveau des eaux.


Restrictions d'usage et mesures d'urbanisme

Restriction d'usage sur :
L'utilisation du sol (urbanisme)
L'utilisation du sous-sol (fouille)
L'utilisation de la nappe
L'utilisation des eaux superficielles
La culture de produits agricoles



Mesures d'urbanisme réalisées :
Servitude d'utilité publique (SUP)
Date de l'arrêté préfectoral :

Porter à connaissance risques, article L121-2 du code de l'urbanisme
Date du document actant le porter à connaissance risques L121-2 code de l'urbanisme :

Restriction d'usage entre deux parties (RUP)
Date du document actant la RUP :

Restriction d'usage conventionnelle au profit de l'Etat (RUCPE)
Date du document actant la RUCPE :

Projet d'intérêt général (PIG)
Date de l'arrêté préfectoral :

Inscription au plan local d'urbanisme (PLU)

Acquisition amiable par l'exploitant

Arrêté municipal limitant la consommation de l'eau des puits proche du site


Informations complémentaires :


Traitement effectué

Mise en sécurité du site
  Interdiction d'accès
  Gardiennage
  Evacuation de produits ou de déchets
  Pompage de rabattement ou de récupération
  Reconditionnement des produits ou des déchets
 Autre :

 

Traitement des déchets ou des produits hors site ou sur le site
  Stockage déchets dangereux
  Stockage déchets non dangereux
  Confinement sur site
  Physico-chimique
  Traitement thermique
 Autre :

 

Traitement des terres polluées
  Stockage déchets dangereux
  Stockage déchets non dangereux
  Traitement biologique
  Traitement thermique
  Excavation des terres
  Lessivage des terres
  Confinement
  Stabilisation
  Ventilation forcée
  Dégradation naturelle
 Autre :

 

Traitement des eaux
Rabattement de nappe
Drainage
Traitement : SUR SITE
Air stripping
Vapour stripping
Filtration
Physico-chimique
Biologique
Oxydation (ozonation...)
Autre :

Imprimer la fiche Pour tout commentaire Contactez-nous