Présentation / Actualités Recherche Tableaux de bord Approche nationale FAQ Glossaire Liens Contactez-nous

Base de données BASOL sur les sites et sols pollués
(ou potentiellement pollués) appelant
une action des pouvoirs publics, à titre préventif ou curatif

Région : Nouvelle-Aquitaine
Département : 40
Site BASOL numéro : 40.0065
Situation technique du site : Site en cours de traitement, objectifs de réhabilitation et choix techniques définis ou en cours de mise en oeuvre Site en cours de traitement, objectifs de réhabilitation et choix techniques définis ou en cours de mise en oeuvre
Date de publication de la fiche : 12/01/2015
Auteur de la qualification : DREAL UT Landes - St Pierre-du-Mont/Subdivision Landes 4

Localisation et identification du site
Nom usuel du site : CEM-DIP

Localisation  :
Commune : Lesperon
Arrondissement :
Code postal : - Code INSEE : 40152 (968 habitants)
Adresse : 1960 route des Plages
Lieu-dit : Laouson
Agence de l'eau correspondante : Adour-Garonne
Code géographique de l'unité urbaine : 40000 : (155 185 habitants)


Géoréférencement :

Référentiel Coordonnée X Coordonnée Y Précision Précision (autre)
LAMBERT93

Référentiel Coordonnée X Coordonnée Y Précision Précision (autre)
LAMBERT II ETENDU 325274 1891480 Autre

Parcelles cadastrales :

Cadastre Section cadastrale N° de parcelle Précision parcellaire Source documentaire Observations
Nom Arrondissement Date
Lesperon 03/06/2014 P 358 Parcellaire parfait actuel Date cadastre à vérifier
Lesperon 03/06/2014 P 69 Parcellaire parfait actuel Date cadastre à vérifier
Lesperon 03/06/2014 P 356 Parcellaire parfait actuel Date cadastre à vérifier
Lesperon 03/06/2014 P 663 Parcellaire parfait actuel Date cadastre à vérifier

Plan(s) cartographique(s) :

Responsable(s) actuel(s) du site : EXPLOITANT (si ICPE ancienne dont l'exploitant existe encore ou ICPE en activité)

Nom : CEM-DIP
   il s'agit DU DERNIER EXPLOITANT

Qualité du responsable :
PERSONNE MORALE PRIVEE



Caractérisation du site à la date du 31/12/2014

Description du site :
Ancienne usine de fabrique de charpentes en bois (85 % de fermettes industrialisées en épicéa)et de traitement des bois par trempage exploitée par la société CEM-DIP (ex SNAC) sur la commune de Lesperon (40).
Les produits fabriqués étaient des fermettes industrielles (85 % de la production), des charpentes traditionnelles (13%) et des poutres composite (2%). Le matériau utilisé était l’épicéa en provenance de France et d’Allemagne.
Les installations étaient autorisées par l'arrêté préfectoral du 20 avril 1994.

En 2004 la société devient CEM-DIP Usine SNAC.

Cette société a cessé ses activités sur le site de Lesperon en 2009. L'information a été portée à la connaissance de l'inspection le 16/06/2014.

Le site est localisé au 1964, route des Plages à LESPERON. Il se situe à l’Ouest du bourg et se trouve à + 79 m NGF. Il est bordé :
- au Nord, par une parcelle agricole ;
- au Sud, par des habitations et un entrepôt ;
- à l’Est, par des parcelles boisées et une carrière de sable ;
- à l’Ouest, par la société CAZENAVE (scierie).
Pour une superficie totale de 17 469 m2.

Le 07/04/2014, le site est occupé par trois bâtiments industriels et deux habitations, dont la première est utilisée comme réfectoire par les membres du personnel de la société ARBA (fabrication de charpentes de bois depuis 2010), et la seconde est abandonnée.

 

Description qualitative :
1 - HISTORIQUE
Avant 1973 Le site était occupé par une usine de distillation de colophane
De 1973 à 1975 La scierie AQUITAINE CHARPENTE exploite le site : fabrication de charpentes en bois
De 1975 à 2004 Le site est exploité par la Société Nouvelle AQUITAINE CHARPENTE (SNAC) : fabrication de charpentes et traitement du bois
En 2004 La société BMSO rachète la holding MI LANDES qui détenait la société SNAC.Après réorganisation dans le Groupe, la société est intégrée à CEM DIP
Fin 2008 La société CEM DIP procède au curage, puis à l’évacuation du bac de traitement du bois
Fin 2009/début 2010 La société CEM DIP cesse ses activités locales
Depuis 2010 La société CEM DIP sous loue le site dans son intégralité (terrain et bâtiments industriels) à la société ARBA 40 : fabrication de charpentes en bois

2 - MISE EN SECURITE
Le stockage extérieur de bois était d’environ 150 m3.
A l’intérieur des bâtiments, étaient stockés des charpentes et des poutres en cours de fabrication et du bois en attente de traitement, ou traité et en cours de stabilisation (volume < 150 m3).
Le sol des aires extérieures de stockage et des voies de circulation était goudronné.
Avant la mise en fabrication, les bois faisaient l’objet d’un traitement fongicide - insecticide par immersion dans un bain composé de 10 % de produit actif et 90 % d’eau.
Le bois, plongé dans le bain pendant 3 mn, était ensuite mis à égoutter au dessus de la cuve pendant une dizaine de minutes. Après égouttage, le bois traité était repris et déposé sur des racks sur une aire spécifique. Le sol était étanché (béton), et permettait de récupérer les égouttures éventuelles dans un caniveau, puis dans un puisard étanche équipé d’une pompe de relevage.
L’activité de traitement de bois a définitivement été arrêtée en fin d’année 2008. Le produit de traitement pur (Xilix Gold 800) a été repris par la société CECIL.
Le bac a été curé nettoyé et éliminé par la société spécialisée (SANITRA) pour destruction en centre agréé.
La fosse de rétention qui contenait le bac de traitement a été vidangée. Les résidus de liquide et de boues ont également été évacués par une société spécialisée (SANITRA).

Au regard des éléments présentés dans le point précédent, les risques incendie et explosion ont été supprimés, dans la mesure où :
- toutes les matières combustibles ont été évacuées : bois, produits connexes de sciages, produits finis, hydrocarbures …
- les installations et machines de travail de bois ont été démantelées pour être évacuées vers d’autres sites.

Une cuve de fuel domestique était implantée dans le bâtiment où était effectué le traitement du bois. Elle assurait l’alimentation en carburant de deux chariots élévateurs au moyen d’une pompe de distribution. L’aire de distribution était étanche.


2 - DIAGNOSTIC
On note un accident intervenu e 1999/2000 ? mettant en cause le débordement du bac de trempage, 7 à 8 m3 aurait été répandus sur le sols.
L'arrêté du 2 avril 2003 prescrit le diagnostic initial et l'évaluation simplifiée des risques (ESR) du site.
Les études remises les 30 juin 2005 et 31 déc. 2005 montrent la présence :
pour les sols :
- de xylène à une valeur inférieure à la limite de quantification (0,1 mg/kg) - sondage S3 ;
- de cypermethrine (6,3 mg/kg), propiconazole (2 mg/kg) et tébuconazole (0,18 mg/kg – sondage S1) ;
pour les eaux :
- de tébuconazole (58 µg/l) et propiconazole (16 µg/l) - PZ1 (en aval de la zone de traitement) ;
- de propiconazole (0,31 µg/l - PZ3 : amont).


On note l'impact de la nappe en propiconazole et en tébuconazole en PZ1 situé à l'aval hydraulique de l'installation de traitement des bois, à des teneurs supérieures à la valeur de constat d'impact pour un usage sensible (référence abandonnée depuis le 08/02/2007).
Le site est toutefois classé en 2 "à surveiller" pour les eaux souterraines non AEP et l'usage du moment.

Il était recommandé à l’exploitant de mettre en œuvre :
- des investigations complémentaires sur le forage d’irrigation ;
- une surveillances des eaux souterraines (2 fois/an : 1 en hautes eaux et 1 en basses eaux) pour le contrôle des paramètres suivants : IPBC, cypermethrine, propiconazole, tébuconazole et indice HCT.

Le prélèvement du 29/04/2008 sur les eaux du forage ne révèle pas d'impact sur ce forage. Le relevé piézométrique n'a pas été relevé.

En juillet 2012, sur la base de l’étude historique, des investigations (sondages de sol et campagne d’analyses sur les eaux souterraines) ont été menées et mettent en évidence :

pour les sols mettent :
- la détection de propiconazole et de tébuconazole jusqu’a 10 m de profondeur, au droit du bâtiment où fut installé le bac de traitement de bois. Par ailleurs, en fonction des horizons prélevés, les échantillons comportaient des pesticides (sondages sols F1, F3, F4, F5, F6, F7) ;
- une teneur en HCT au droit du sondage F 15 (dans le bâtiment principal I) de 680 mg/kg/MS. Il est à noter qu’au regard de l’arrêté du 28 octobre 2010 relatif aux installations de stockage de déchets inertes, la valeur limite à respecter pour l’admission des déchets inertes dans les installations de stockage, est fixée à 500 mg/kg pour les hydrocarbures (C10 à C40).
Ainsi, cette teneur témoigne d’un impact dans le sol.
- l’absence de détection d’HAP, COHV et de BTEX sur l’ensemble des échantillons analysés
Ces investigations sur les sols ont permis d’estimer la géométrie de la pollution en pesticides, ainsi qu’un volume de terres impactées par ces polluants d’environ 900 m3.

pour les eaux souterraines :
- une teneur en pesticides sur PZ1 (propiconazole : concentration de 16,5 µg/l – tébuconazole : concentration de 1,3 µg/l) ;
- la détection de COHV (trichlorométhane) sur PZ3 et le forage agricole ;
- l’absence de détection pour les autres paramètres recherchés (HCT, BTEX) sur l’ensemble des points de prélèvement.

Suite aux constats analytiques, il apparaît que :
- les pesticides ont impacté les sols de la surface jusqu’au toit de la nappe (environ 10 m de profondeur) contaminant ainsi les eaux souterraines ;
- la contamination en hydrocarbures lourds de fraction C20 à C28 relevée dans le bâtiment principal I (sondage F15) semblerait peu étendue en l’absence de détection de ce paramètre dans la nappe (PZ1), en aval de cette zone (cf. toutefois DEM 1) ;
- concernant les COHV détectés sur PZ3 et le forage agricole, cette contamination ne serait pas imputable aux activités exercées sur site, puisque ces 2 points de mesure sont en position amont/latérale par rapport aux installations du site.
Le « dossier d’arrêt d’activité » avance que ces résultats permettent de consolider la migration de la pollution en pesticides des sols vers la nappe (au-delà des limites de propriété), selon le sens d’écoulement de la nappe en direction Ouest / Sud-Ouest.
L'estimation de l’étendue de la pollution en pesticides dans les eaux souterraines semblerait indiquer que les points voisins soient situés en dehors du dehors du panache de pollution.

Suite à la visite d'inspection du 07/04/2014 et de l'analyse des données environnementales disponibles, l'inspection envisage de proposer au Préfet la prescrire à la CEM DIP la proposition de mesures de gestion pour assurer la mis en sécurité du site, supprimer et/ou maîtriser les sources de pollution et les impacts sur la nappe.


2 - SURVEILLANCE DES EAUX SOUTERRAINES
Ce site est soumis à l’application de l’article 65 a) de l’arrêté ministériel du 2 février 1998 modifié relatif à la surveillance des eaux souterraines par référence à la rubrique 2415 (traitement du bois) de la nomenclature des Installations Classées pour la Protection de l'Environnement.

Par arrêté du 2 avril 2003, les prescriptions concernant la surveillance des eaux souterraines sont les suivantes :
- mise en place de 2 piézomètres
- les paramètres à analyser sont représentatifs des activités et des produits utilisés sur le site
- le niveau piézométrique de la nappe est relevé à chaque campagne
- la fréquence des campagnes d'analyses est semestrielle.

Le suivi de la qualité des eaux souterraines au droit de l'établissement est assuré.
Depuis le second semestre 2006 (hormis l’année 2007), une surveillance (2 fois par an) est effectuée au droit des 3 piézomètres, du forage agricole mentionné dans le point 6 du présent rapport.
Depuis mars 2010, l’exploitant fait réaliser des campagnes de mesurage au droit d’un puits situé chez un de ses voisins situé à l'aval Sud-Ouest du site par rapport à l'écoulement de la nappe.
Les paramètres suivants sont analysés : hydrocarbures totaux, cyperméthrine, IPBC, propiconazole et tébuconazole, sur tous les ouvrages ci-dessus répertoriés. Les résultats sont fournis dans le tableau annexé au présent rapport.


Au cours de la campagne d'analyse du 29 avril 2008, l'eau du forage agricole voisin a été analysée mais le nivellement des piézomètres non réalisé. Les analyses continuent à montrer une incidence notable sur l'eau de la nappe en PZ1 : 36 microgrammes/l de Propiconazole et 5,6 microgrammes/l de Tébuconazole.

Au cours de la campagne d'analyse du 15 septembre 2008, le nivellement des piézomètres a été réalisé: la nappe s'écoule vers l'Ouest, vers le PZ1. Les analyses continuent à montrer une incidence notable sur l'eau de la nappe en PZ1 : 18,2 microgrammes/l de Propiconazole et 1,8 microgrammes/l de Tébuconazole. Aucune détection sur les autres piézomètres et le forage agricole voisin.

Au cours de la campagne d'analyse du 17 mars 2009 (hautes eaux), les analyses continuent à montrer une incidence notable sur l'eau de la nappe en PZ1 : 20,2 microgrammes/l de Propiconazole et 7,2 microgrammes/l de Tébuconazole. Aucune détection sur les autres piézomètres et le forage agricole voisin.

Au cours de la campagne d'analyse du 29 septembre 2009 (basses eaux), les analyses continuent à montrer une incidence notable sur l'eau de la nappe en PZ1 : 28 microgrammes/l de Propiconazole et 8,1 microgrammes/l de Tébuconazole. Le propiconazole est détecté sur les 2 autres piézomètres ( 0,22 microgrammes/l sur PZ2 et 0,08 sur le piézomètre amont PZ3. Aucune détection sur le forage agricole voisin.

L'impact pérenne sur la nappe nécessite l'actualisation du diagnostic de 2005 pour en connaître l'origine.

La campagne de mars 2011 montre une contamination pérenne par le propiconazole (...µg/l) et le tébuconazole (...µg/l) en PZ1. Les teneurs observées sont toujours supérieures aux limites de qualité pour la production d'eau destinée à la consommation humaine (eaux brutes) mais ont toutefois diminué par rapport à septembre 2010.
La concentration en propiconazole en PZ2 est également supérieure à la limite de qualité de l'eau destinée à la consommation humaine.
Pour la 1ere fois des traces de HCTX sont detectées en PZ2 et PZ3.
La Cyperméthrine et l'IPBC n'ont pas été détectés lors de cette campagne.
L'évolution des concentrations des divers pesticides sur PZ1 et PZ2 (fluctuation) laisse supposer que la diffusion est relativement continue. Les teneurs semblent varier en fonction de la hauteur de la nappe.

Il faut rappeler que l'activité traitement du bois est arrêté depuis 2008. L'impact pérenne sur la nappe nécessite l'actualisation du diagnostic de 2005 pour en connaître l'origine et engager les éventuelles solutions de rémédiation.

La campagne de septembre 2011 montre une contamination pérenne par le propiconazole (...µg/l) et le tébuconazole (...µg/l) en PZ1. Les teneurs observées sont toujours supérieures aux limites de qualité pour la production d'eau destinée à la consommation humaine (eaux brutes) avec une augmentation par rapport à 2010. Toutefois les teneurs en pesticides sur le puits voisin restent inférieurs aux limites de qualité susvisées.L'évolution des concentrations des divers pesticides sur PZ1 et PZ2 (fluctuation) laisse supposer que la diffusion est relativement continue. Les teneurs semblent varier en fonction de la hauteur de la nappe.

En conclusion de la surveillance des eaux souterraines :
Depuis septembre 2006 :
- il est à noter l’absence de détection de cyperméthrine (sauf en septembre 2011, où il a été décelé de la cyperméthrine au droit de PZ1) et d’IPBC sur tous les ouvrages ;
- il est à retenir qu’une contamination en propiconazole et en tébuconazole subsiste, principalement sur le piézomètre PZ1 (aval - implanté à l’Ouest du site) avec une très forte croissance pour le propiconazole, constatée sur les analyses de la campagne de septembre 2013 (concentration de 240 µg/l - il est à noter qu’en référence à l’arrêté ministériel du 11 janvier 2007 relatif aux limites et références de qualité des eaux brutes et des eaux destinées à la consommation humaine mentionnées aux articles R. 1321-2, R. 1321-3, R. 1321-7 et R. 1321-38 du code de la santé publique, la valeur limite de qualité pour cette substance est donnée à 0,1 µg/l).
Sur le piézomètre PZ2, il est à noter les valeurs suivantes (> 0,1 µg/l) :
. propiconazole (en µg/ l) : 1,03 (2006/2) ; 0,22 (2009/2) ; 0,58 (2010/2) ; 0,42 (2011/1) ; 0,34 (2013/1) ; forte croissance pendant la campagne de septembre 2013 = 23 ; 4,8 (2014/1) ;
. tébuconazole (en µg/ l) : 0,3 (2006/2) ; 0,22 (2010/1) ;
- aucune teneur en propiconazole (sauf en septembre 2006, où il a été décelé du propiconazole dans le forage agricole), ni en tébuconazole n'a été décelée sur les autres ouvrages : PZ3, forage agricole et puits voisin.
3 - USAGE FUTUR - CESSION
Les éléments suivants :
- un passé industriel conséquent ;
- la présence d’une pollution de sol et de la nappe phréatique par les substances actives de produits de traitement de bois ;
- un voisinage industriel important ;
- la présence en sous-location sur le site d’une entreprise de fabrication de fermettes (Société ARBA 40) ;
conduisent l'exploitant à proposer le maintien d’un usage industriel.

L'exploitant dvra toutefois lancer auprès du Maire de la commune de Lesperon et aux propriétaires (Point P, ....) des terrains, la procédure de définition de l'usage en application de l’article R.512-39-2 du code de l’environnement.


Description du site

Origine de l'action des pouvoirs publics : ARTICLE 65 DE L'ARRETE DU 2 FEVRIER 1998


Origine de la découverte :

Recherche historique Travaux
Transactions Dépôt de bilan
cessation d'activité, partielle ou totale Information spontanée
Demande de l'administration Analyse captage AEP ou puits ou eaux superficielles
Pollution accidentelle Autre :

 

Types de pollution :

Dépôt de déchets Dépôt aérien
Dépôt enterré Dépôt de produits divers
Sol pollué Nappe polluée
Pollution non caractérisée

 

Origine de la pollution ou des déchets ou des produits :

Origine accidentelle
Pollution due au fonctionnement de l'installation
Liquidation ou cessation d'activité
Dépôt sauvage de déchets
Autre






Situation technique du site
Evénement Prescrit à la date du Etat du site Date de réalisation
Evaluation simplifiée des risques (ESR)  02/04/2003  Site sous surveillance après diagnostic, pas de travaux complets de réhabilitation dans l'immédiat  31/12/2005 
Surveillance du site  02/04/2003  Site sous surveillance après diagnostic, pas de travaux complets de réhabilitation dans l'immédiat  31/12/2005 
Plan de gestion  03/06/2014  Site en cours de traitement, objectifs de réhabilitation et choix techniques définis ou en cours de mise en oeuvre  31/12/2014 

AP mesures de gestion en cours.

Rapports sur la dépollution du site :


Caractérisation de l'impact

Déchets identifiés (s'il s'agit d'un dépôt de déchets) :

Déchets non dangereux
Déchets dangereux
Déchets inertes

Produits identifiés (s'il s'agit d'un dépôt de produits) :

Ammonium Arsenic (As)
Baryum (Ba) BTEX (Benzène, Toluène, Ethyl-benzène et Xylènes)
Cadmium (Cd) Chlorures
Chrome (Cr) Cobalt (Co)
Cuivre (Cu) Cyanures
H.A.P. Hydrocarbures
Mercure (Hg) Molybdène (Mo)
Nickel (Ni) PCB-PCT
Pesticides Substances radioactives
Plomb (Pb) Sélénium (Se)
Solvants halogénés Solvants non halogénés
Sulfates TCE (Trichloroéthylène)
Zinc (Zn)
Autres :

Polluants présents dans les sols :

Ammonium Arsenic (As)
Baryum (Ba) BTEX
Cadmium (Cd) Chlorures
Chrome (Cr) Cobalt (Co)
Cuivre (Cu) Cyanures
H.A.P. Hydrocarbures
Mercure (Hg) Molybdène (Mo)
Nickel (Ni) PCB-PCT
Pesticides Plomb (Pb)
Sélénium (Se) Solvants halogénés
Solvants non halogénés Substances radioactives
Sulfates TCE
Zinc (Zn)
Autre(s) polluant(s) présent(s) dans les sols :
Aucun

Polluants présents dans les nappes :

Aluminium (Al) Ammonium
Arsenic (As) Baryum (Ba)
BTEX Cadmium (Cd)
Chlorures Chrome (Cr)
Cobalt (Co) Cuivre (Cu)
Cyanures Fer (Fe)
H.A.P. Hydrocarbures
Mercure (Hg) Molybdène (Mo)
Nickel (Ni) PCB-PCT
Pesticides Plomb (Pb)
Sélénium (Se) Solvants halogénés
Solvants non halogénés Substances radioactives
Sulfates TCE
Zinc (Zn)
Autre(s) polluant(s) présent(s) dans les nappes :
Aucun

Polluants présents dans les sols ou les nappes :

Ammonium Arsenic (As)
Baryum (Ba) BTEX (Benzène, Toluène, Ethyl-benzène et Xylènes)
Cadmium (Cd) Chlorures
Chrome (Cr) Cobalt (Co)
Cuivre (Cu) Cyanures
H.A.P. Hydrocarbures
Mercure (Hg) Molybdène (Mo)
Nickel (Ni) PCB-PCT
Pesticides Plomb (Pb)
Sélénium (Se) Solvants halogénés
Solvants non halogénés Sulfates
TCE (Trichloroéthylène) Zinc (Zn)
Autres :

Risques immédiats :

Produits inflammables
Produits explosifs
Produits toxiques
Produits incompatibles
Risque inondation
Risque inondation
Fuites et écoulements
Accessibilité au site

Importance du dépôt ou de la zone polluée :

Tonnage (tonne) :
Volume (m3) :
Surface (ha) :

Informations complémentaires :
Aucune

Environnement du site

Zone d'implantation :

 

 

Hydrogéologie du site  :

Absence de nappe.

Présence d'une nappe.

Utilisation de la nappe :
Aucune utilisation connue
A.E.P.
Puits privés
Agriculture, industries agroalimentaires
Autres industries
Autre :

 

 

Utilisation actuelle du site :

Site industriel en activité.

  L'activité exercée est à l'origine de la pollution
  L'activité exercée n'est pas à l'origine de la pollution

Site industriel en friche.

Site ancien réutilisé

 

 

Impacts constatés :
Captage AEP arrêté (aduction d'eau potable)
Teneurs anormales dans les eaux superficielles et/ou dans les sédiments
Teneurs anormales dans les eaux souterraines
Teneurs anormales dans les végétaux destinés à la consommation humaine ou animale
Plaintes concernant les odeurs
Teneurs anormales dans les animaux destinés à la consommation humaine
Teneurs anormales dans les sols
Santé
Sans
Inconnu
Pas d'impact constaté après dépollution




Surveillance du site

Milieu surveillé  :
Eaux superficielles, fréquence (n/an) :
Eaux souterraines, fréquence (n/an) : 2

 

Etat de la surveillance :
Absence de surveillance justifiée
Raison :

Surveillance différée en raison de procédure en cours
Raison :

Début de la surveillance : 02/04/2003
Arrêt effectif de la surveillance :

Résultat de la surveillance à la date du 15/03/2011  :  1 LA SITUATION RESTE STABLE

Résultat de la surveillance, autre :


Restrictions d'usage et mesures d'urbanisme

Restriction d'usage sur :
L'utilisation du sol (urbanisme)
L'utilisation du sous-sol (fouille)
L'utilisation de la nappe
L'utilisation des eaux superficielles
La culture de produits agricoles



Mesures d'urbanisme réalisées :
Servitude d'utilité publique (SUP)
Date de l'arrêté préfectoral :

Porter à connaissance risques, article L121-2 du code de l'urbanisme
Date du document actant le porter à connaissance risques L121-2 code de l'urbanisme :

Restriction d'usage entre deux parties (RUP)
Date du document actant la RUP :

Restriction d'usage conventionnelle au profit de l'Etat (RUCPE)
Date du document actant la RUCPE :

Projet d'intérêt général (PIG)
Date de l'arrêté préfectoral :

Inscription au plan local d'urbanisme (PLU)

Acquisition amiable par l'exploitant

Arrêté municipal limitant la consommation de l'eau des puits proche du site


Informations complémentaires :


Traitement effectué

Mise en sécurité du site
  Interdiction d'accès
  Gardiennage
  Evacuation de produits ou de déchets
  Pompage de rabattement ou de récupération
  Reconditionnement des produits ou des déchets
 Autre :

 

Traitement des déchets ou des produits hors site ou sur le site
  Stockage déchets dangereux
  Stockage déchets non dangereux
  Confinement sur site
  Physico-chimique
  Traitement thermique
 Autre :

 

Traitement des terres polluées
  Stockage déchets dangereux
  Stockage déchets non dangereux
  Traitement biologique
  Traitement thermique
  Excavation des terres
  Lessivage des terres
  Confinement
  Stabilisation
  Ventilation forcée
  Dégradation naturelle
 Autre :

 

Traitement des eaux
Rabattement de nappe
Drainage
Traitement :
Air stripping
Vapour stripping
Filtration
Physico-chimique
Biologique
Oxydation (ozonation...)
Autre :

Imprimer la fiche Pour tout commentaire Contactez-nous