Présentation / Actualités Recherche Tableaux de bord Approche nationale FAQ Glossaire Liens Contactez-nous

Base de données BASOL sur les sites et sols pollués
(ou potentiellement pollués) appelant
une action des pouvoirs publics, à titre préventif ou curatif

Région : Auvergne-Rhône-Alpes
Département : 01
Site BASOL numéro : 01.0057
Situation technique du site : Site traité avec restrictions d'usages, travaux réalisés, restrictions d'usages ou servitudes imposées ou en cours Site traité avec restrictions d'usages, travaux réalisés, restrictions d'usages ou servitudes imposées ou en cours
Date de publication de la fiche : 16/02/2015
Auteur de la qualification : DREAL UD 01

Localisation et identification du site
Nom usuel du site : VILL'RECUPERATION quartier de la gare

Localisation  :
Commune : Villereversure
Arrondissement :
Code postal : - Code INSEE : 01447 (1 195 habitants)
Adresse :
Lieu-dit :
Agence de l'eau correspondante : Rhône - Méditerranée - Corse
Code géographique de l'unité urbaine : 01000 : (210 972 habitants)


Géoréférencement :

Référentiel Coordonnée X Coordonnée Y Précision Précision (autre)
LAMBERT93 884853 6568809 Autre centre parcelle AB 212

Référentiel Coordonnée X Coordonnée Y Précision Précision (autre)
LAMBERT II ETENDU 836194 2137231 Autre centre parcelle AB 212

Parcelles cadastrales :

Cadastre Section cadastrale N° de parcelle Précision parcellaire Source documentaire Observations
Nom Arrondissement Date
Villereversure 04/12/2012 AB 212 Parcellaire parfait actuel cadastre.gouv.fr Seule une partie de la parcelle est concernée.

Plan(s) cartographique(s) :

Responsable(s) actuel(s) du site : EXPLOITANT (si ICPE ancienne dont l'exploitant existe encore ou ICPE en activité)

Nom : SAS VILL'RECUPERATION
   il s'agit DU DERNIER EXPLOITANT

Qualité du responsable :
PERSONNE MORALE PRIVEE


Propriétaire(s) du site :

Nom Qualité Coordonnées
RFF PERSONNE MORALE PRIVEE


Caractérisation du site à la date du 13/01/2015

Description du site :
La société VILL'RECUPERATION a exploité à Villereversure, dans le quartier de la gare, une installation de stockage et de récupération de déchets de métaux, de résidus métalliques, d'objets en métal et de carcasses de véhicules hors d'usage, sur un terrain propriété de la SNCF.

Le site occupe un tènement d’une emprise de l’ordre de 6000 m², située sur une partie de la parcelle cadastrale n° 212 section AB. Les Réseaux Ferrés de France (RFF) sont actuellement propriétaire du tènement.

L’activité exercée par la société Vill’Récupération sur son site d’exploitation à Villereversure relevait du régime de l’autorisation au titre des Installations Classées pour la Protection de l’Environnement (ancienne rubrique n°286 : stockage et activités de récupération de déchets de métaux). A ce titre, elle a été autorisée par Arrêté Préfectoral en date du 16 mars 1989.
Le périmètre de l’ICPE n’est pas clairement défini. D’une surface de l’ordre de 6000 m², il occupe une partie de la parcelle n°212 section AB (mais limites est et ouest du site ne correspondant pas à une limite parcellaire).

Le site a abrité depuis 1979 des activités de récupération et de stockage de déchets métalliques. Initialement réduite, l’activité s’est peu à peu développée. Les produits collectés et entreposés sur le site étaient notamment : câbles d’acier, pièces métallique, matériels et machines, copeaux d’usinage, etc.

Des véhicules usagés ont également pu être entreposés ponctuellement sur le site. Le site comportait deux bâtiments (construits au fur et à mesure de l’exploitation) :
- un bâtiment de faible dimension et en mauvais état (pas d’affectation connue),
- un bâtiment comportant des bureaux, vestiaires, sanitaires et un atelier d’entretien et de stockage de métaux. Une fosse de vidange des camions était également présente au sein de l’atelier.

En extérieur, le site se présentait sous forme d’une plate-forme non étanchée.
A noter que les activités ou produits suivants, ont été susceptibles d’impacter l’environnement :
- les batteries d’accumulateurs, récupérées dans une benne ;
- les huiles usagées ainsi que des huiles de vidange (issues d’opérations d’entretien des camions réalisées dans l’atelier sur site), stockées dans des fûts de 200 litres entreposés à l’intérieur de l’atelier, sans rétention ; ces huiles étaient reprises par une société extérieure ;
- une station service pour les engins de l’entreprise, comportant une cuve de 4 m3 de gasoil, une cuve de 0,5 m3 de fioul domestique (cuves aériennes, sans rétention, situées dans ou à proximité de l’atelier d’entretien), ainsi qu’un poste de distribution de carburant.

Le 23 octobre 2003, la société VILL'RECUPERATION a déclaré la cessation d'activité du site à compter du 15 novembre 2003 et a fait réaliser une étude des sols transmise le 28 octobre 2004.

 

Description qualitative :
Plusieurs sources potentielles de pollutions ont été identifiées :
- les environs de la cuve de gazole ;
- l'emplacement de stockage des fûts d'huile ;
- l'emplacement de stockage des batteries ;
- les zones de stockage des ferrailles.

L'étude de sol met en évidence des teneurs en concentration supérieure aux seuils (VDSS - Valeur de Définition de Source-Sol) :
- en hydrocarbures dans 4 des 16 sondages sur lesquels ce paramètre a été recherché ;
- en PCB dans 5 sondages sur 7 ;
- en plomb dans 7 sondages sur 13 ;
- en chrome dans 2 sondages sur 12 ;
- en cuivre dans 2 sondages sur 13 ;
- en baryum et en zinc dans 1 sondage sur 12 ;
- en cadmium dans 1 sondage sur 13.

Eaux superficielles : l'étude indique uniquement qu'il n'y pas de voie de transfert vers le Suran qui s'écoule à 250 m du site.

Eaux souterraines : un seul prélèvement a été réalisé à partir du puits situé sur le terrain de l'usine voisine. L'analyse n'a pas montré de pollution des eaux.

Au vu de ces éléments, la réalisation d'un diagnostic approfondi avec évaluation détaillée des risques (EDR) a été imposée à la société VILL'RECUPERATION, par arrêté préfectoral du 4 mai 2005.

Une surveillance des eaux souterraines au droit du site a également été imposée. Les teneurs des eaux en PCB, en hydrocarbures totaux, en BTEX (benzène, toluène, ethylbenzène, xylène), en HAP ainsi qu'en plomb, cuivre, chrome, baryum et cadmium devaient être mesurées.
Afin de vérifier l'absence de transfert de pollution vers le Suran, des prélèvements et analyses de sédiments en amont et en aval du site ont été imposés.

Le rapport du diagnostic approfondi et les propositions pour l'EDR ont été remis le 4 juillet 2006. Les résultats des investigations ont confirmé la pollution des sols par des PCB et des métaux (notamment du plomb et du chrome). Des teneurs importantes en hydrocarbures aromatiques polycycliques (benzo(a)anthracène, benzo(a)pyrène et indeno(123-cd)pyrène) ont également été mises en évidence.

Les puits présents dans l'environnement du site ont été recensés. Les seuls ouvrages encore utilisés sont :
- le puits de captage de l'usine BICAHT, situé à 40 m du site (usage industriel),
- deux puits à usage agricole situés à 700 m et 1 km du site.

4 piézomètres ont été forés sur le site en janvier 2006, jusqu'à 15 m de profondeur.
Le sous-sol du site est constitué de couches argileuses d'une épaisseur de 3 m à 4,5 m surmontant des niveaux calcaires.

Les forages montrent la présence d'eau dans la couche calcaire à des profondeurs de 3 à 4 m dans les piézomètres Pz2 et Pz10 et à une profondeur de 10 m dans le Pz3. Cette dernière mesure est cohérente avec les observations effectuées dans le puits voisin ou l'eau est détectée à 10 m. On observe donc une variabilité importante du niveau piézométrique qui confirme l'hétérogénéité des conditions d'écoulements au sein des calcaires. Les mesures ne permettent pas de déterminer clairement un sens d'écoulement, ce qui rend impossible le positionnement relatif (amont/aval) des piézomètres en place.

Au droit du site, le tassement de l'horizon de surface lié aux activités industrielles, la présence d'éléments grossiers (remblais) et la faible conductivité hydraulique verticale des niveaux argileux favorisent le confinement en surface des eaux d'infiltration. Par ailleurs, l'épaisseur de la couche argileuse contribue à limiter la migration de ces eaux vers le niveau inférieur (calcaire).
Les analyses réalisées sur les prélèvements d'eau montrent :
- la présence d'hydrocarbures (19 à 1000 µg/l), de PCB (1,6 µg/l pour l'arochlor 1260), de plomb (184 µg/l), de traces d'arsenic (36,7 µg/l, qui peut être expliquée par une teneur naturelle élevée mise en évidence dans les sols (64 mg/kg)),
- l'absence de HAP et de BTEX.
Il est à noter que l'analyse des eaux prélevées dans le puits de l'usine Bichat ne montre aucune teneur supérieure aux valeurs de constat d'impact.

Les analyses de l'eau et des sédiments du Suran ne montrent pas d'impact du site sur les eaux de surface.


Un arrêté préfectoral du 22 juin 2007 a donc imposé à la société VILL'RECUPERATION :
- la réalisation de travaux de dépollution (sauf s'il est démontré que l'utilisation des meilleures technologies disponibles ne permettrait pas de supprimer les sources de pollution dans des conditions économiquement acceptables. Dans ce cas des mesures des mesures de confinement devront être proposées.)
- la réalisation de contrôles complémentaires, en dehors du site, pour déterminer si des populations sont susceptibles d'être exposées à des sols contaminés au plomb.
-la surveillance semestrielle des eaux souterraines afin de vérifier que la pollution ne migre pas vers l'extérieur du site.

RFF a déjà réalisé des travaux importants sur le site dans le cadre du réaménagement de la ligne Bourg-Bellegarde et souhaitait engager un processus de phyto-restauration sur son terrain. La société Phytorestore était chargée de faire des propositions de mise en œuvre sur les différents sites sur les régions. Elle souhaitait disposer de données actualisées sur l'état de la pollution du sol. La réalisation de nouveaux prélèvements de sol a donc été programmée le 7 juin 2011.
Une visite d'inspection a eu lieu le 07/06/2011. Cette visite a permis de vérifier la bonne implantation des sondages de sols et de rappeler à RFF la prescription relative à la transmission du plan de gestion.
Au vu des résultats, compte tenu des teneurs élevées mises en évidence dans les sols, notamment en PCB, la DREAL a demandé à RFF d'excaver les points chauds de pollution. En mars 2012, RFF a indiqué avoir abandonné la phytoremédiation qui ne semblait pas en mesure d'assurer le traitement de la pollution.

RFF proposait d'élaborer un PGS et une évaluation des risques sanitaires, tout en admettant que les points chauds devaient être traités hors site. La PGS a été transmis le 23/07/2012, complété suite aux demandes DREAL le 05/10/2012.

La gestion de la pollution est proposée comme suit :

- Sur les sols
La première mesure de gestion proposée pour les sols est l’élimination des points de pollution concentrée (« hots spots »). En effet, il convient dans le cadre de la reconversion du site de purger les terrains présentant de très fortes teneurs en polluants, et ce quel que soit l’usage envisagé. Les différentes options de traitement de ces terrains seront évaluées via la réalisation d’un bilan coûts – avantages. Une fois ces terrains traités, la possibilité de laisser en place le reste des sols du site sera vérifiée via la réalisation d’une analyse des risques résiduels, réalisée de manière prospective sur la base des éléments connus du projet futur envisagé sur le site.

- Sur les eaux souterraines
En regard du contexte hydrogéologique (pas de nappe proprement dite), de la vulnérabilité de ce milieu (pas d’usage recensé à proximité), de l’état actuel des eaux souterraines (présence de polluants en traces, globalement en teneurs inférieures aux valeurs réglementaires et valeur guides) et des travaux envisagés contribuant à l’amélioration de la qualité de ce milieu (imperméabilisations de surface + enlèvement des points de pollution concentrée), il est envisagé en tant que mesure de gestion sur les eaux souterraines la poursuite de la surveillance. Suivant une fréquence soutenue pendant et juste après les travaux, cette surveillance sera allégée au-delà.


Une analyse des risques résiduels (ARR) qualifiée de « prospective » (dans le sens où elle simule une exposition théorique des futurs usagers à des polluants et qu’il conviendra, post aménagement, de vérifier si les hypothèses prises dans cette étude sont effectivement vérifiées) a été réalisée.
Compte-tenu de la situation du site, enclavé entre la voie ferrée et l'usine voisine, le seul usage envisageable est son aménagement en voie de circulation pour permettre un deuxième accès à l'usine. C'est cette option qui est retenue dans le dossier, sachant que l'usine souhaite acquérir ce terrain.
L'analyse des risques résiduels qui a été réalisée avec une teneur résiduelle de 50 mg/Kg de PCB et une imperméabilisation du site conclut à une absence de risques sanitaires.Compte-tenu des impacts constatés, les cibles exposées sont les futurs usagers de la voirie à savoir les chauffeurs des véhicules entrant et sortant du site et les piétons. Le site devant être clôturé, les piétons seront uniquement représentés par les employés du site (adultes).

Le projet de reconversion est compatible en termes de risques sanitaires avec l’état de qualité des milieux.


L’inspection a fait part de ses observations concernant ce plan de gestion par courrier du 4 février 2013 au Directeur de RFF, puis lors d'une réunion qui s’est tenue le 5 avril 2013.

L’addendum au plan de gestion daté du 4 octobre 2012 propose l'excavation de :
- la zone rouge située à proximité du sondage S62, fortement contaminée par des HAP. La profondeur de l’excavation est estimée à 1 m, le seuil de dépollution à atteindre en fond et flancs de fouille est fixé à 50 mg/kg en HAP. Cette zone sera agrandie afin de couvrir également le sondage S6 où des teneurs importantes en hydrocarbures (6000 mg/kg) et en plomb (10 000 mg/kg) ont été mises en évidence. Le seuil de dépollution à atteindre sera de 500 mg/kg pour les hydrocarbures et de 1000 mg/kg pour le plomb,
- la zone rouge située à proximité des sondages S52, Sc3 et Sc9, fortement contaminée par des PCB. La profondeur moyenne de l’excavation est estimée à 2 m, le seuil de dépollution à atteindre en fond et flancs de fouille est fixé à 50 mg/kg en PCB,
- les zones orange et verte mentionnées dans l’addendum. Ces zones sont plus faiblement contaminées en PCB , mais également impactées par des hydrocarbures et du plomb. La profondeur moyenne de l’excavation sera de 0,5 m, le seuil de dépollution à atteindre en fond et flancs de fouille est fixé à 500 mg/kg pour les hydrocarbures et à 1000 mg/kg pour le plomb. Pour les PCB, les travaux viseront à s'approcher le plus possible d'un seuil de 1 mg/kg.

A l’issue des travaux, compte tenu des concentrations en polluants qui resteront en place, une couverture de l’ensemble des sols devra être réalisée afin de supprimer toute voie de transfert vers les futurs usagers du site. Cette imperméabilisation devra être réalisée par RFF ou par l’acquéreur du terrain, dans un délai raisonnable, n’excédant pas 1 an après la fin des travaux de dépollution.

Enfin, afin de conserver la mémoire des pollutions résiduelles, un dossier de servitudes devra être transmis.

La réalisation des travaux a été prescrite, à la société Vill’récupération en tant qu’ancien exploitant, par arrêté préfectoral du 6 novembre 2013.

Après la réalisation d’un relevé topographique initial du site en novembre 2013, des sondages complémentaires ont été réalisés en janvier 2014. Ils ont permis de mieux déterminer l’extension des zones polluées et de définir le maillage des travaux à réaliser.
Les travaux de dépollution ont été réalisés entre février et avril 2014. Les résultats obtenus ont été présentés à la DREAL le 19 mai 2014. A l’issue de cette présentation, il a été demandé à RFF de réaliser des excavations complémentaires afin d’atteindre, en fond de fouille, les seuils de dépollution fixés pour les PCB et les hydrocarbures.
Ces travaux complémentaires ont été réalisées en juin et juillet 2014.
Le rapport de fin de travaux a été transmis à l’inspection le 26 novembre 2014.

Alors que le plan de gestion initial prévoyait l’excavation d’environ 1100 tonnes de matériaux, ce sont au final 3000 tonnes (1334 m3) de terres polluées qui ont été extraites et stockées provisoirement sur le site par lots homogènes. Après analyses, elles ont été évacuées vers trois différents sites de traitement, en fonction de leur concentration en PCB :
- 1648 tonnes de terres présentant une concentration en PCB inférieure à 50 mg/kg ont été expédiées vers le biocentre exploité par la société Biogénie à Chateau-Gaillard (01),
- 1257 tonnes de terres avec une concentration en PCB supérieure à 50 mg/kg mais inférieure à 1500 mg/kg ont été envoyées vers les installations de la société ATM aux Pays-Bas, pour y être traitées par désorption thermique,
- 96 tonnes de terres présentant une contamination en PCB supérieure à 1500 mg/kg ont été incinérées par la société TREDI à St-Vulbas.

Le fond de l’excavation présente un aspect très propre à l’issue des travaux. Il est constitué d’argiles compactes jusqu’à une dizaine de mètres de profondeur.
En ce qui concerne les PCB, l’objectif de dépollution (50 mg/kg) a été atteint. 17 points de contrôle présentent une teneur inférieure à 1 mg/kg, et seuls deux points présentent des teneurs plus importantes (14 et 22 mg/kg). Pour les hydrocarbures, l’objectif (500 mg/kg) a été globalement atteint. Seuls 3 points de contrôle sur 19 présentent un dépassement du seuil avec des teneurs de 610, 700 et 950 mg/kg. En ce qui concerne le plomb, l’objectif fixé (concentration inférieure à 1000 mg/kg) a été atteint (concentration maximale résiduelle de 510 mg/kg, 16 points sur 19 présentant une teneur inférieure à 130 mg/kg).

Les flancs de l’excavation montrent la présence de plusieurs couches de remblais divers. Après les travaux, les constats suivants sont réalisés :
1 - Au Nord du site :
L’excavation a été limitée par la présence de la voie ferrée. Les analyses des flancs de fouille ont mis en évidence des teneurs résiduelles en PCB variant de 0,07 à 19 mg/kg. Des teneurs ponctuelles en hydrocarbures (2000 mg/kg) et en plomb (12 000 mg/kg) subsistent également.
Dans ce secteur, situé en zone « verte » du plan de gestion, les objectifs mentionnés dans l’arrêté préfectoral du 6 novembre 2013 (500 mg/kg pour les hydrocarbures et 1000 mg/kg pour le plomb, s’approcher de 1 mg/kg pour les PCB) n’ont pas été atteints. La présence de la voie ferrée et des aménagements qui y sont liés n’ont pas permis d’aller plus loin dans les opérations de dépollution.
2 - Au Sud du site :
L’excavation a été arrêtée en limite de propriété, à proximité immédiate des zones de stockage de l’usine de transformation de matières plastiques voisine. Des teneurs résiduelles en PCB variant de 0,2 à 23 mg/kg ont été mesurées. Des concentrations ponctuelles en hydrocarbures (valeur maximale de 7700 mg/kg) et en plomb (3700 mg/kg pour l’un des échantillons) subsistent également après les travaux.
Dans ce secteur, les zones les plus impactées en PCB (14, 16 et 23 mg/kg) sont situées en zone « rouge » du plan de gestion. Les objectifs mentionnés dans l’arrêté préfectoral (50 mg/kg pour les PCB) sont respectés. Les objectifs fixés pour les hydrocarbures et le plomb n’ont pas été atteints. Les travaux ont cependant été menés jusqu’en limite de propriété. La présence de la zone de stockage de l’usine voisine n’a pas permis d’aller plus loin dans les opérations de dépollution.
3 – À l’Est du site :
Les objectifs de dépollution en PCB (teneurs résiduelles mesurées de 6 et 9,9 mg/kg), en hydrocarbures (1100 mg/kg) et plomb (2100 mg/kg) ne sont pas atteints. La présence des installations électriques (transformateur) de la SNCF ne permet pas d’aller plus loin dans les opérations de dépollution.
4 – À l’Ouest du site :
Dans cette zone, les teneurs mesurées en PCB (1,8 mg/ kg), en hydrocarbures (890 mg/kg) et en plomb (1200 mg/kg) sont proches des objectifs fixés par l’arrêté préfectoral.

Les travaux qui ont été réalisés ont permis d’abaisser significativement le niveau de la pollution des sols. En fond de fouille, les objectifs de dépollution ont été atteints. En bordure de l’excavation, les installations existantes (voie ferrée, site industriel voisin, …) n’ont pas permis d’atteindre complètement les objectifs.
Les teneurs résiduelles sont cependant inférieures à celles utilisées pour l’analyse des risques résiduels. Les conclusions de cette analyse (pas de risque sanitaire inacceptable) restent donc valables.

Il reste cependant encore à réaliser la couverture imperméable des sols, afin de supprimer toute possibilité de contact entre les futurs usagers du site et les polluants résiduels. Cette imperméabilisation permettra également de réduire tout risque de contamination des eaux souterraines.

Enfin, quel que soit l’usage futur, compte tenu des concentrations résiduelles en polluants qui restent en place, des servitudes d’utilité publique doivent être mises en place afin de garder la mémoire de la pollution et de garantir qu’un éventuel changement d’usage soit précédé des études et travaux nécessaires pour prévenir une exposition dangereuse.

Ces deux prescriptions qui doivent encore être mises en œuvre ont été rappelées à l'ancien exploitant et à RFF.

»


Description du site

Origine de l'action des pouvoirs publics : AUTRE

Date de la découverte : 05/11/2004


Origine de la découverte :

Recherche historique Travaux
Transactions Dépôt de bilan
cessation d'activité, partielle ou totale Information spontanée
Demande de l'administration Analyse captage AEP ou puits ou eaux superficielles
Pollution accidentelle Autre :

 

Types de pollution :

Dépôt de déchets Dépôt aérien
Dépôt enterré Dépôt de produits divers
Sol pollué Nappe polluée
Pollution non caractérisée

 

Origine de la pollution ou des déchets ou des produits :

Origine accidentelle
Pollution due au fonctionnement de l'installation
Liquidation ou cessation d'activité
Dépôt sauvage de déchets
Autre



Activité : Récupération non ferreux
Code activité ICPE : K51


Situation technique du site
Evénement Prescrit à la date du Etat du site Date de réalisation
Evaluation simplifiée des risques (ESR)    Site mis à l'étude, diagnostic prescrit par arrêté préfectoral  28/10/2004 
Diagnostic initial    Site mis à l'étude, diagnostic prescrit par arrêté préfectoral  28/10/2004 
Evaluation détaillée des risques (EDR)  04/05/2005  Site nécessitant des investigations supplémentaires  05/05/2005 
Travaux de traitement  22/06/2007  Site en cours de traitement, objectifs de réhabilitation et choix techniques définis ou en cours de mise en oeuvre   
Plan de gestion  22/06/2007  Site en cours de traitement, objectifs de réhabilitation et choix techniques définis ou en cours de mise en oeuvre  15/06/2012 
Travaux de traitement  06/11/2013  Site traité avec restrictions d'usages, travaux réalisés, restrictions d'usages ou servitudes imposées ou en cours  01/08/2014 



Rapports sur la dépollution du site : Aucun document n'a été transféré pour le moment.


Caractérisation de l'impact

Déchets identifiés (s'il s'agit d'un dépôt de déchets) :

Déchets non dangereux
Déchets dangereux
Déchets inertes

Produits identifiés (s'il s'agit d'un dépôt de produits) :

Ammonium Arsenic (As)
Baryum (Ba) BTEX (Benzène, Toluène, Ethyl-benzène et Xylènes)
Cadmium (Cd) Chlorures
Chrome (Cr) Cobalt (Co)
Cuivre (Cu) Cyanures
H.A.P. Hydrocarbures
Mercure (Hg) Molybdène (Mo)
Nickel (Ni) PCB-PCT
Pesticides Substances radioactives
Plomb (Pb) Sélénium (Se)
Solvants halogénés Solvants non halogénés
Sulfates TCE (Trichloroéthylène)
Zinc (Zn)
Autres :

Polluants présents dans les sols :

Ammonium Arsenic (As)
Baryum (Ba) BTEX
Cadmium (Cd) Chlorures
Chrome (Cr) Cobalt (Co)
Cuivre (Cu) Cyanures
H.A.P. Hydrocarbures
Mercure (Hg) Molybdène (Mo)
Nickel (Ni) PCB-PCT
Pesticides Plomb (Pb)
Sélénium (Se) Solvants halogénés
Solvants non halogénés Substances radioactives
Sulfates TCE
Zinc (Zn)
Autre(s) polluant(s) présent(s) dans les sols :
Aucun

Polluants présents dans les nappes :

Aluminium (Al) Ammonium
Arsenic (As) Baryum (Ba)
BTEX Cadmium (Cd)
Chlorures Chrome (Cr)
Cobalt (Co) Cuivre (Cu)
Cyanures Fer (Fe)
H.A.P. Hydrocarbures
Mercure (Hg) Molybdène (Mo)
Nickel (Ni) PCB-PCT
Pesticides Plomb (Pb)
Sélénium (Se) Solvants halogénés
Solvants non halogénés Substances radioactives
Sulfates TCE
Zinc (Zn)
Autre(s) polluant(s) présent(s) dans les nappes :
Aucun

Polluants présents dans les sols ou les nappes :

Ammonium Arsenic (As)
Baryum (Ba) BTEX (Benzène, Toluène, Ethyl-benzène et Xylènes)
Cadmium (Cd) Chlorures
Chrome (Cr) Cobalt (Co)
Cuivre (Cu) Cyanures
H.A.P. Hydrocarbures
Mercure (Hg) Molybdène (Mo)
Nickel (Ni) PCB-PCT
Pesticides Plomb (Pb)
Sélénium (Se) Solvants halogénés
Solvants non halogénés Sulfates
TCE (Trichloroéthylène) Zinc (Zn)
Autres :

Risques immédiats :

Produits inflammables
Produits explosifs
Produits toxiques
Produits incompatibles
Risque inondation
Risque inondation
Fuites et écoulements
Accessibilité au site

Importance du dépôt ou de la zone polluée :

Tonnage (tonne) : 0
Volume (m3) : 0
Surface (ha) : 0.6

Informations complémentaires :
Aucune

Environnement du site

Zone d'implantation :
Habitat : DENSE
Industrie : LOURDE

 

 

Hydrogéologie du site  :

Absence de nappe.

Présence d'une nappe.

Utilisation de la nappe :
Aucune utilisation connue
A.E.P.
Puits privés
Agriculture, industries agroalimentaires
Autres industries
Autre : industrielle

 

 

Utilisation actuelle du site :

Site industriel en activité.

Site industriel en friche.

Site ancien réutilisé

 

 

Impacts constatés :
Captage AEP arrêté (aduction d'eau potable)
Teneurs anormales dans les eaux superficielles et/ou dans les sédiments
Teneurs anormales dans les eaux souterraines
Teneurs anormales dans les végétaux destinés à la consommation humaine ou animale
Plaintes concernant les odeurs
Teneurs anormales dans les animaux destinés à la consommation humaine
Teneurs anormales dans les sols
Santé
Sans
Inconnu
Pas d'impact constaté après dépollution




Surveillance du site

Milieu surveillé  :
Eaux superficielles, fréquence (n/an) :
Eaux souterraines, fréquence (n/an) : 2

 

Etat de la surveillance :
Absence de surveillance justifiée
Raison :

Surveillance différée en raison de procédure en cours
Raison :

Début de la surveillance : 19/01/2006
Arrêt effectif de la surveillance :

Résultat de la surveillance à la date du 01/01/2014  :  2 LA SITUATION S'AMELIORE

Résultat de la surveillance, autre : Les campagnes réalisées sont les suivantes : 18/01/2006, 06/06/2006, 12/10/2006, 07/12/2006, 31/05/2007, 19/11/2007, 01/07/2008, 10/09/2008, 30/07/2009, 30/09/2009, 23/03/2012, 02/09/2010, 21/07/2011, 30/11/2011, 15/02/2012, 08/11/2012, 6/2013, 12/2013, 6/2014, 12/2014 La surveillance des eaux souterraines est encadrée par l’arrêté préfectoral du 22 mai 2007 (AP qui a modifié celui du 4 mai 2005). La fréquence est semestrielle et le suivi porte sur la recherche des paramètres suivants : HCT, HAP, PCB, Cr, Cu, Ba, Pb, Cd. La concentration en HCT a égalé une fois la valeur seuil de 1 mg/L (au droit de PZ2 le 18/01/2006). Le seuil n’est plus jamais dépassé depuis. Des PCB sont régulièrement détectés sur tous les piézomètres : arochlor 1260, PCB 101, PCB 138, PCB 153, PCB 180. Lors de la campagne du 15/02/2012, ils sont détectés uniquement au droit de PZ3. Lors de la campagne du 08/11/2012, aucun PCB n’est détecté. Des HAP sont régulièrement quantifiés : fluoranthène, naphtalène, pyrène, chrysène, anthracène, acénaphtène, phénanthrène, benzo(a)anthracène, benzo(b)fluoranthène, benzo(k)fluoranthène, benzo(a)pyrène, benzo(ghi)pérylène, indéno(123-cd)pyrène. La somme des 4 HAP a dépassé la valeur seuil de 0,1 µg/L en juillet 2008 au droit de PZ2 (0,231 µg/L) et en septembre 2008 au droit de PZ10 (0,116 µg/L). Le baryum est quantifié systématiquement dans les eaux souterraines, mais à des concentrations inférieures à la valeur seuil de 700 µg/l. Le plomb a vu sa concentration dépasser la valeur seuil de 10 µg/L en janvier 2006 (max de 184 µg/L au droit de PZ3) et juillet 2008 (88 µg/L au droit de PZ2). Depuis il n’est plus détecté. Au cours de toutes les campagnes, il a été confirmé le caractère aléatoire des circulations d’eaux souterraines. Le renouvellement d’eau dans les piézomètres est très difficile. De plus la destruction de 2 piézomètres ne permet donc pas d’effectuer des comparaisons amont/aval entre les piézomètres restants.


Restrictions d'usage et mesures d'urbanisme

Restriction d'usage sur :
L'utilisation du sol (urbanisme)
L'utilisation du sous-sol (fouille)
L'utilisation de la nappe
L'utilisation des eaux superficielles
La culture de produits agricoles



Mesures d'urbanisme réalisées :
Servitude d'utilité publique (SUP)
Date de l'arrêté préfectoral :

Porter à connaissance risques, article L121-2 du code de l'urbanisme
Date du document actant le porter à connaissance risques L121-2 code de l'urbanisme :

Restriction d'usage entre deux parties (RUP)
Date du document actant la RUP :

Restriction d'usage conventionnelle au profit de l'Etat (RUCPE)
Date du document actant la RUCPE :

Projet d'intérêt général (PIG)
Date de l'arrêté préfectoral :

Inscription au plan local d'urbanisme (PLU)

Acquisition amiable par l'exploitant

Arrêté municipal limitant la consommation de l'eau des puits proche du site


Informations complémentaires :


Traitement effectué

Mise en sécurité du site
  Interdiction d'accès
  Gardiennage
  Evacuation de produits ou de déchets
  Pompage de rabattement ou de récupération
  Reconditionnement des produits ou des déchets
 Autre :

 

Traitement des déchets ou des produits hors site ou sur le site
  Stockage déchets dangereux
  Stockage déchets non dangereux
  Confinement sur site
  Physico-chimique
  Traitement thermique
 Autre :

 

Traitement des terres polluées
  Stockage déchets dangereux
  Stockage déchets non dangereux
  Traitement biologique
  Traitement thermique
  Excavation des terres
  Lessivage des terres
  Confinement
  Stabilisation
  Ventilation forcée
  Dégradation naturelle
 Autre : 3000 tonnes de terres excavées et traitées soit en biocentre (1648 t), soit par désorption thermique (1257 t), soit par incinération (96 t).

 

Traitement des eaux
Rabattement de nappe
Drainage
Traitement :
Air stripping
Vapour stripping
Filtration
Physico-chimique
Biologique
Oxydation (ozonation...)
Autre :

Imprimer la fiche Pour tout commentaire Contactez-nous