Présentation / Actualités Recherche Tableaux de bord Approche nationale FAQ Glossaire Liens Contactez-nous

Base de données BASOL sur les sites et sols pollués
(ou potentiellement pollués) appelant
une action des pouvoirs publics, à titre préventif ou curatif

Région : Nouvelle-Aquitaine
Département : 33
Site BASOL numéro : 33.0118
Situation technique du site : Site en cours de traitement, objectifs de réhabilitation et choix techniques définis ou en cours de mise en oeuvre Site en cours de traitement, objectifs de réhabilitation et choix techniques définis ou en cours de mise en oeuvre
Date de publication de la fiche : 19/04/2016
Auteur de la qualification : DREAL UT Gironde - Bordeaux/Cellule Risques Accidentels

Localisation et identification du site
Nom usuel du site : Akzo Nobel

Localisation  :
Commune : Ambès
Arrondissement :
Code postal : - Code INSEE : 33004 (2 931 habitants)
Adresse : 51 Route du Bec, 33710 Ambès
Lieu-dit :
Agence de l'eau correspondante : Adour-Garonne
Code géographique de l'unité urbaine : 33105 : Ambès (2 931 habitants)


Géoréférencement :

Référentiel Coordonnée X Coordonnée Y Précision Précision (autre)
LAMBERT93 416583 6443967 Adresse (numéro)

Référentiel Coordonnée X Coordonnée Y Précision Précision (autre)
LAMBERT II ETENDU 368558 2008343 Adresse (numéro)

Parcelles cadastrales :

Cadastre Section cadastrale N° de parcelle Précision parcellaire Source documentaire Observations
Nom Arrondissement Date
Ambès 09/10/2012 AA 14 Parcellaire parfait actuel cadastre.gouv.fr

Plan(s) cartographique(s) :

Responsable(s) actuel(s) du site : EXPLOITANT (si ICPE ancienne dont l'exploitant existe encore ou ICPE en activité)

Nom : Akzo Nobel Pulp and Performance Chemicals sas
   il s'agit DU DERNIER EXPLOITANT

Qualité du responsable :
PERSONNE MORALE PRIVEE


Propriétaire(s) du site :

Nom Qualité Coordonnées
EKA CHIMIE PERSONNE MORALE PRIVEE ZI du Bec d'Ambès
33810 Ambès


Caractérisation du site à la date du 30/12/2014

Description du site :
Usine de fabrication de produits chimiques, principalement destinés à l'industrie papetière, exploitée par la société EKA CHIMIE sur la commune d'Ambès (33).

L'établissement comporte trois unités de fabrication :
- l'unité dite C92 produisant du chlorate de sodium par électrolyse à partir de chlorure de sodium (60.000 t/an),
- l'unité dite SIZE fabricant des produits de collage à base de colophane et de dimère de cétène,
- l'unité KENORES produisant des résines de polyamideamine-épichlorhydrine standard et des résines déchlorées, permettant l'augmentation de la résistance du papier mouillé (filtres, sachets de thé, etc.).

L'exploitation de ces unités est réglementée au titre des installations classées par deux arrêtés préfectoraux :
- du 06 novembre 1991 modifié le 23 décembre 1997 pour l’unité C92,
- du 11 avril 2001 portant sur les unités SIZE et KENORES.

EKA CHIMIE a été construite sur une partie des terrains de l'ancienne raffinerie ELF qui a cessé son activité en 1987 (voir fiche BASOL n° 33.0004)

 

Description qualitative :
1 - DIAGNOSTIC
En 1998, l'apparition d'hydrocarbures dans les eaux superficielles dans le secteur de la société EKA CHIMIE montrent que les travaux sommaires réalisés à l'époque de la cessation d'activité de la raffinerie et de la remise en état des lieux, n'ont probablement pas été suffisants pour supprimer les sources de pollution.
Par ailleurs, la migration de la pollution, son ampleur et son impact n'ont pas été étudiés.

Depuis 2007, et l'approche nationale de gestion des sites et sols pollués, des outils méthodologiques permettent d'aider à la réalisation de ces évaluations et à mettre en place les mesures de gestion adaptées. Le phénomène observé en 1998 mérite d'être vérifié dans l'espace et le temps. Il constitue un fait nouveau qu'il convient d'appréhender selon la méthodologie ci-dessus. Si le phénomène perdure, il sera nécessaire de compléter les informations disponibles sur ce site par la réalisation d'un diagnostic approfondi.


2 - SURVEILLANCE DES EAUX SOUTERRAINES
Ce site est soumis à l’application de l’article 65 a) de l’arrêté ministériel du 2 février 1998 modifié relatif à la surveillance des eaux souterraines par référence à la rubrique 1131 (fabrication, emploi ou stockage de substances et préparations toxiques, dès lors que ces produits sont liquides ou solides) de la nomenclature des Installations Classées pour la Protection de l'Environnement.

Les arrêtés préfectoraux du 23 décembre 1997 et du 11 avril 2001 prescrivent la surveillance périodique des eaux souterraines selon les modalités suivantes :
- la mise en place de 3 piézomètres,
- pour une fréquence semestrielle des campagnes d'analyses,
- pour le paramètres épichlorydrine,
- avec le relevé du niveau piézométrique de la nappe à chaque campagne.

Les résultats de la surveillance des eaux souterraines sont donnés page 6 "Surveillance du site et restrictions d'usage".
Jusqu'en 2011, les campagnes n'ont pas révélé d'anomalies, autres que la pollution historique en hydrocarbures.

En mars 2011, trois nouveaux piézomètres (Pz4, Pz5 et Pz6) ont été réalisés à proximité immédiate des anciens piézomètres. Ces derniers présentaient un comblement chronique et ont été rebouchés.


3 - POLLUTION DE LA NAPPE PAR LE CHLORATE DE SODIUM
Lors de la campagne de surveillance semestrielle des eaux souterraines de juin 2012, il a été constaté la présence anormale de chlorate de sodium au droit du piézomètres PZ3 situé à l'aval hydraulique. La concentration mesurée en chlorate de sodium était en effet d'environ 2000 mg/l.
Cette information a été porté à la connaissance de l'Inspection des Installations Classées (IIC) par courrier de la société EKA CHIMIE en date du 5 juillet 2012. Elle était accompagnée d'un programme d'investigation couvrant la période de juillet à novembre 2012 pour :
- déterminer la source à l'origine de la pollution observé dans la nappe : le piézomètre PZ3 étant situé à l'aval immédiat des zones des silos de chlorate de sodium d'une part, et de lavage des contenants (camions citerne, wagons citerne et wagons conteneurs) d'autre part, les dites zones ont été fortement suspectées d'emblée,
- engager les travaux de réfection des zones dégradées,
- mettre en œuvre un programme resserré de surveillance de la nappe.

Le 23 août 2012 la société EKA CHIMIE informe l'IIC que la pollution par le chlorate de sodium observée dans la nappe provient d'un défaut d'étanchéité de la rétention de l'aire de lavage et notamment du caniveau de collecte des eaux de lavage des contenants vers le puisard de reprise enterré près de l'unité de production. L'étanchéité du dit puisard a par ailleurs été vérifiée.

Le 27 août 2012 la société EKA CHIMIE attire l'attention de l'IIC sur la problématique liée à la présence historique d'hydrocarbures en fortes teneurs dans le sol et dans la nappe. La présence d'hydrocarbures dans la nappe influencera probablement le traitement à mettre en place pour traiter la pollution par le chlorate de sodium. Sur proposition de l'IIC du 30 août 2012, l'arrêté préfectoral du 5 septembre 2012, pris en urgence, prescrit immédiatement :
- la suspension du lavage des contenants sur l'aire dégradée tant que cette dernière n'est pas réparée,
- la surveillance renforcée progressive de la nappe,
- la mise en place d'une solution alternative de lavage.
- sous 3 mois : l'étude de caractérisation de l'extension de la pollution dans les sols et la nappe,
- sous 4 mois : la remise du plan de gestion (choix des solutions de traitement).

3-1- DIAGNOSTIC
Le diagnostic est remis le 11 janvier 2013.
Il fait état de l'extension du panache en chlorate au Nord en direction de la Garonne. Le stock principal de chlorates se trouve sous la zone de lavage.
La nappe des remblais, de hauteur limitée, n'est pas influencée par le marnage de la Garonne. Le flux débouchant en Garonne est estimé à quelques centaines de kg par mois, la concentration en Garonne a été évaluée à 1g/l environ. Compte tenu de la forte dilution, il n'est pas jugé pertinent d'effectuer des analyses en Garonne.
La dégradation biologique est freinée par les conditions aérobies présentes au niveau de la nappe. La présence de chrome VI est détectée sur le piézomètre PzB, ce piézomètre est très proche de l'atelier de fabrication. Sur certains piézomètres (PzN, PzJ), les analyses ont montré la persistance d'une pollution historique (ancienne raffinerie) en hydrocarbures dissous (pas de flottants). Il existe deux sources principales :
- la zone de lavage des wagons à proximité du poste de chargement (défaut d’étanchéité de l'aire de lavage au niveau des rails),
- l'atelier de fabrication (probablement défaut d’étanchéité des caniveaux de collecte et des puisards dont la réfection a été entreprise en 2008 et 2009).

3-2- MISE EN SÉCURITÉ
Les travaux de la zone de lavage ont été exécutés du 29 août 2012 à fin septembre 2012 démolition des bétons non adhérents, dégagement des aciers apparents, brossage, coffrage, traitements des fissures à la pâte époxy.
Un revêtement d'étanchéité a été mis en place dans les caniveaux de la zone silos.
L'aire de lavage n'est plus utilisée car l'installation fonctionne désormais uniquement avec des wagons dédiés ne nécessitant pas de rinçage. Les citernes non dédiées arrivent « propres » sur le site. Sinon, après contrôle, elles sont refusées.

3-3- PLAN DE GESTION
La présence de plusieurs polluants rend le choix des techniques à appliquer plus difficile. Le traitement des chlorates, notamment dans un contexte où d'autres polluants sont présents, ne bénéficie pas d'un retour d'expérience important. La voie biologique serait néanmoins envisageable, sous la forme de tranchées ensemencées par des micro-organismes adaptés à ce type de substrat. Un couplage avec des techniques dédiées aux autres polluants (Chrome VI, hydrocarbures) est également envisageable. Compte tenu de ces éléments non appréhendés à la date de signature de l'arrêté préfectoral, un délai pour la remise des éléments est accordé à l'exploitant.

En ce qui concerne la zone source, la réfection de la zone de lavage ne permet plus l'excavation des terres, car elle jouxte le poste de chargement voisin utilisé quotidiennement pour les wagons et les camions. Plusieurs solutions sont envisageables : lessivage de la zone, collecte et traitement des effluents, confinement en vue d'un traitement ultérieur, traitement de la nappe seule.

Le plan de gestion proposé par ANTEA en avril 2013 comporte :
- la réduction par voie biologique (injection de produits organiques) permettant de traiter les chlorates et réduire le chrome VI en chrome III (moins mobile).
- la réduction chimique au besoin,
- le confinement de la nappe dans un second temps et après une période d’observation.

L'origine de la source Chrome VI dans l'atelier est à rechercher et à supprimer.

A plus long terme, le traitement des hydrocarbures sur l'ensemble du site devra être également envisagé.

Le démarrage du traitement biologique par un produit organique végétal ne pose pas de problème. En revanche la réduction chimique devra faire l'objet d'un suivi particulier, notamment pour ce qui concerne les produits de dégradation.

Le bilan du pilote mis en œuvre a été fait par Antéa et ORTEC le 27/11/14, l’objectif de ce pilote étant de définir un dimensionnement adapté du traitement de la nappe des remblais à l’échelle du site.

Lors des premiers mois du suivi, le pilote a confirmé les possibilités de biodégradation des chlorates. Toutefois, lors des derniers prélèvements, le monitoring semble mettre en évidence un changement des conditions de milieu (le milieu redevient aérobie) et un arrêt de la biodégradation des chlorates par réduction. Une des explications à l’arrêt potentiel observé serait lié à la présence de métabolites (chlorites, O2). Bien que le fournisseur ne croit pas à la consommation totale du produit injecté, une injection de produits supplémentaires sera évaluée. Par ailleurs, on a noté une légère reprise de la dégradation lors du dernier prélèvement réalisé en Août 2014. De ce fait et afin de confirmer ce dernier point, un nouveau prélèvement a été réalisé le 10/12/14. Le résultat des analyses devrait être connu durant la première semaine de janvier et une restitution du rapport final est programmée semaine 3.


Description du site

Origine de l'action des pouvoirs publics : AUTRE
ARTICLE 65 DE L'ARRETE DU 2 FEVRIER 1998

Date de la découverte : 05/07/2012


Origine de la découverte :

Recherche historique Travaux
Transactions Dépôt de bilan
cessation d'activité, partielle ou totale Information spontanée
Demande de l'administration Analyse captage AEP ou puits ou eaux superficielles
Pollution accidentelle Autre : Présence de chlorate de sodium en fortes concentrations dans la nappe.

 

Types de pollution :

Dépôt de déchets Dépôt aérien
Dépôt enterré Dépôt de produits divers
Sol pollué Nappe polluée
Pollution non caractérisée

 

Origine de la pollution ou des déchets ou des produits :

Origine accidentelle
Pollution due au fonctionnement de l'installation
Liquidation ou cessation d'activité
Dépôt sauvage de déchets
Autre


Année vraisemblable des faits : 2012



Situation technique du site
Evénement Prescrit à la date du Etat du site Date de réalisation
Diagnostic du site  05/09/2012  Site en cours de traitement, objectifs de réhabilitation et choix techniques définis ou en cours de mise en oeuvre  11/01/2013 

doc-depollution-33.0118--1.pdf : Arrêté du 05/09/2012 : mise en sécurité, diagnostic déf. mesures gestion
doc-depollution-33.0118--2.pdf : diagnostic sosl et nappe, ANTEA décembre 2012
doc-depollution-33.0118--3.pdf : plan de gestion ANTEA avril 2013
doc-depollution-33.0118--4.pdf : révision plan de gestion + essai pilote ANTEA octobre 2015


Rapports sur la dépollution du site :


Caractérisation de l'impact

Déchets identifiés (s'il s'agit d'un dépôt de déchets) :

Déchets non dangereux
Déchets dangereux
Déchets inertes

Produits identifiés (s'il s'agit d'un dépôt de produits) :

Ammonium Arsenic (As)
Baryum (Ba) BTEX (Benzène, Toluène, Ethyl-benzène et Xylènes)
Cadmium (Cd) Chlorures
Chrome (Cr) Cobalt (Co)
Cuivre (Cu) Cyanures
H.A.P. Hydrocarbures
Mercure (Hg) Molybdène (Mo)
Nickel (Ni) PCB-PCT
Pesticides Substances radioactives
Plomb (Pb) Sélénium (Se)
Solvants halogénés Solvants non halogénés
Sulfates TCE (Trichloroéthylène)
Zinc (Zn)
Autres :

Polluants présents dans les sols :

Ammonium Arsenic (As)
Baryum (Ba) BTEX
Cadmium (Cd) Chlorures
Chrome (Cr) Cobalt (Co)
Cuivre (Cu) Cyanures
H.A.P. Hydrocarbures
Mercure (Hg) Molybdène (Mo)
Nickel (Ni) PCB-PCT
Pesticides Plomb (Pb)
Sélénium (Se) Solvants halogénés
Solvants non halogénés Substances radioactives
Sulfates TCE
Zinc (Zn)
Autre(s) polluant(s) présent(s) dans les sols :
Chlorate de sodium

Polluants présents dans les nappes :

Aluminium (Al) Ammonium
Arsenic (As) Baryum (Ba)
BTEX Cadmium (Cd)
Chlorures Chrome (Cr)
Cobalt (Co) Cuivre (Cu)
Cyanures Fer (Fe)
H.A.P. Hydrocarbures
Mercure (Hg) Molybdène (Mo)
Nickel (Ni) PCB-PCT
Pesticides Plomb (Pb)
Sélénium (Se) Solvants halogénés
Solvants non halogénés Substances radioactives
Sulfates TCE
Zinc (Zn)
Autre(s) polluant(s) présent(s) dans les nappes :
Chlorate de sodium.

Polluants présents dans les sols ou les nappes :

Ammonium Arsenic (As)
Baryum (Ba) BTEX (Benzène, Toluène, Ethyl-benzène et Xylènes)
Cadmium (Cd) Chlorures
Chrome (Cr) Cobalt (Co)
Cuivre (Cu) Cyanures
H.A.P. Hydrocarbures
Mercure (Hg) Molybdène (Mo)
Nickel (Ni) PCB-PCT
Pesticides Plomb (Pb)
Sélénium (Se) Solvants halogénés
Solvants non halogénés Sulfates
TCE (Trichloroéthylène) Zinc (Zn)
Autres :

Risques immédiats :

Produits inflammables
Produits explosifs
Produits toxiques
Produits incompatibles
Risque inondation
Risque inondation
Fuites et écoulements
Accessibilité au site

Importance du dépôt ou de la zone polluée :

Tonnage (tonne) :
Volume (m3) :
Surface (ha) :

Informations complémentaires :
Pollution historique par les hydrocarbures.

Environnement du site

Zone d'implantation :
Habitat : DENSE
Industrie : LOURDE
Zone : AGRICOLE

 

 

Hydrogéologie du site  :

Absence de nappe.

Présence d'une nappe.

Utilisation de la nappe :
Aucune utilisation connue
A.E.P.
Puits privés
Agriculture, industries agroalimentaires
Autres industries
Autre :

 

 

Utilisation actuelle du site :

Site industriel en activité.

  L'activité exercée est à l'origine de la pollution
  L'activité exercée n'est pas à l'origine de la pollution

Site industriel en friche.

Site ancien réutilisé

 

 

Impacts constatés :
Captage AEP arrêté (aduction d'eau potable)
Teneurs anormales dans les eaux superficielles et/ou dans les sédiments
Teneurs anormales dans les eaux souterraines
Teneurs anormales dans les végétaux destinés à la consommation humaine ou animale
Plaintes concernant les odeurs
Teneurs anormales dans les animaux destinés à la consommation humaine
Teneurs anormales dans les sols
Santé
Sans
Inconnu
Pas d'impact constaté après dépollution




Surveillance du site

Milieu surveillé  :
Eaux superficielles, fréquence (n/an) :
Eaux souterraines, fréquence (n/an) : 2

 

Etat de la surveillance :
Absence de surveillance justifiée
Raison :

Surveillance différée en raison de procédure en cours
Raison :

Début de la surveillance : 23/12/1997
Arrêt effectif de la surveillance :

Résultat de la surveillance à la date du 15/06/2012  :  3 LA SITUATION SE DEGRADE

Résultat de la surveillance, autre : Aucune trace d'épichlorhydrine n'a été observée lors des campagnes de 2001 et 2012. La campagne de juin 2012, montre la présence anormale de chlorate de sodium (2000 mg/l) au droit d'un des trois piézomètres implantées sur le piézomètre PZ3 situé à l'aval hydraulique des installations de fabrication de chlorate de soude. Le nouveau prélèvement réalisé dans la foulée confirme ce résultat. La campagne d'octobre 2012 sur les 3 piézomètres prélevés (Pz4, Pz5 et Pz6) ne montrent aucune trace d'épichlorhydrue. Néanmoins, l'eau de la nappe bien qu'étant claire, présente des traces graisseuses et des odeurs d'hydrocarbures.


Restrictions d'usage et mesures d'urbanisme

Restriction d'usage sur :
L'utilisation du sol (urbanisme)
L'utilisation du sous-sol (fouille)
L'utilisation de la nappe
L'utilisation des eaux superficielles
La culture de produits agricoles



Mesures d'urbanisme réalisées :
Servitude d'utilité publique (SUP)
Date de l'arrêté préfectoral :

Porter à connaissance risques, article L121-2 du code de l'urbanisme
Date du document actant le porter à connaissance risques L121-2 code de l'urbanisme :

Restriction d'usage entre deux parties (RUP)
Date du document actant la RUP :

Restriction d'usage conventionnelle au profit de l'Etat (RUCPE)
Date du document actant la RUCPE :

Projet d'intérêt général (PIG)
Date de l'arrêté préfectoral :

Inscription au plan local d'urbanisme (PLU)

Acquisition amiable par l'exploitant

Arrêté municipal limitant la consommation de l'eau des puits proche du site


Informations complémentaires :


Traitement effectué

Mise en sécurité du site
  Interdiction d'accès
  Gardiennage
  Evacuation de produits ou de déchets
  Pompage de rabattement ou de récupération
  Reconditionnement des produits ou des déchets
 Autre : Arrêt de l'installation de lavage des citernes.

 

Traitement des déchets ou des produits hors site ou sur le site
  Stockage déchets dangereux
  Stockage déchets non dangereux
  Confinement sur site
  Physico-chimique
  Traitement thermique
 Autre :

 

Traitement des terres polluées
  Stockage déchets dangereux
  Stockage déchets non dangereux
  Traitement biologique
  Traitement thermique
  Excavation des terres
  Lessivage des terres
  Confinement
  Stabilisation
  Ventilation forcée
  Dégradation naturelle
 Autre :

 

Traitement des eaux
Rabattement de nappe
Drainage
Traitement :
Air stripping
Vapour stripping
Filtration
Physico-chimique
Biologique
Oxydation (ozonation...)
Autre :

Imprimer la fiche Pour tout commentaire Contactez-nous