Présentation / Actualités Recherche Tableaux de bord Approche nationale FAQ Glossaire Liens Contactez-nous

Base de données BASOL sur les sites et sols pollués
(ou potentiellement pollués) appelant
une action des pouvoirs publics, à titre préventif ou curatif

Région : Nouvelle-Aquitaine
Département : 33
Site BASOL numéro : 33.0070
Situation technique du site : Site en cours de traitement, objectifs de réhabilitation et choix techniques définis ou en cours de mise en oeuvre Site en cours de traitement, objectifs de réhabilitation et choix techniques définis ou en cours de mise en oeuvre
Date de publication de la fiche : 21/02/2017
Auteur de la qualification : DREAL SPR - DRCSE

Localisation et identification du site
Nom usuel du site : Laboratoires REX

Localisation  :
Commune : Pessac
Arrondissement :
Code postal : - Code INSEE : 33318 (57 851 habitants)
Adresse : 106 Avenue de Noès
Lieu-dit :
Agence de l'eau correspondante : Adour-Garonne
Code géographique de l'unité urbaine : 33701 : Bordeaux (831 788 habitants)


Géoréférencement :

Référentiel Coordonnée X Coordonnée Y Précision Précision (autre)
LAMBERT93 411569 6419124 Adresse (numéro)

Référentiel Coordonnée X Coordonnée Y Précision Précision (autre)
LAMBERT II ETENDU 363745 1983436 Adresse (rue)

Parcelles cadastrales :

Cadastre Section cadastrale N° de parcelle Précision parcellaire Source documentaire Observations
Nom Arrondissement Date
Pessac 01/07/2016 KD 79 Parcellaire parfait actuel cadastre.gouv.fr

Plan(s) cartographique(s) :

Responsable(s) actuel(s) du site : EXPLOITANT (si ICPE ancienne dont l'exploitant existe encore ou ICPE en activité)
plan-cartographique-33.0070--1.pdf : plan de situation
plan-cartographique-33.0070--3.pdf : plan parcellaire

Nom : Laboratoires REX
   il s'agit DU DERNIER EXPLOITANT

Qualité du responsable :
PERSONNE MORALE PRIVEE


Propriétaire(s) du site :

Nom Qualité Coordonnées


Caractérisation du site à la date du 11/01/2017

Description du site :
Ancienne usine de fabrication de peintures routières exploitée par la société LABORATOIRES REX avenue de Noes 33 Pessac. Le site se situe dans une zone pavillonaire.

L'exploitation des Laboratoires REX a démarré en 1954. A l'origine l'activité consistait en l'achat de peintures, conditionnement et ventes des produits. Vers 1960, cette installation a commencé la fabrication des résines pour l'utilisation dans les peintures. En 1966, un deuxième bâtiment a été construit sur la partie avant du domaine, afin de pouvoir stocker les peintures avant expédition.

Depuis cette date ce site a développé la fabrication de peintures routières jusqu'à atteindre une capacité de production annuelle de 2000 tonnes. Cette installation relevait de la législation des installations classées pour la protection de l'environnement sous le régime de la déclaration pour laquelle elle a reçu récépissés des 19 septembre 1991 et 30 mars 1995.

Les terrains ont été vendus à un artisan ébéniste en 2000.

 

Description qualitative :
1 - MISE EN SECURITE :
En octobre 1994, la présence de Toluène est décelée dans le puits d'un voisin du site REX située en amont hydraulique. En urgence, 3000 litres de produit surnageant et d'eau sont pompés dans ce puits et incinérés par la SIAP à Bassens.

L'origine est une fuite sur la tuyauterie de remplissage de la citerne de Toluène du site REX. Le Toluène a migré dans le sol pour atteindre la nappe vers 3m de profondeur. Ce produit, plus léger que l'eau, flotte sur le toit de la nappe et se propage à l'aval hydraulique où se situe le puits du riverain ci-dessus.

L'arrêté préfectoral du 22/11/1994 prescrit les travaux d'excavation et de remplacement des 4 cuves et des tuyauteries. Les terres autour des cuves sont excavées et évacuées à la SIAP 33 Bassens.

2 - DIAGNOSTIC
L'Arrêté Préfectoral (AP) du 22/11/94 prescrit le diagnostic du site concluant à la nécessité de dépolluer les sols et la nappe.

L'AP du 30/07/99 prescrit le diagnostic approfondi et l'évaluation détaillée des risques. L'étude montre que le risque est acceptable pour 1 teneur en Toluène de 1,2 mg/l, hors site et en particulier chez le propriétaire du puits privé qui peut utiliser l'eau de la nappe pour arroser son jardin, à l'exclusion de tout autre usage alimentaire.

2001 : pollution dans un 2ème puits privatif, le bureau d'études fait l'hypothèse d'1 poche de toluène, piégée dès l'origine, mobilisée par la montée de la nappe due aux fortes précipitations du printemps.

L'AP du 14/12/01 prescrit 1 complément d'études pour connaître l'origine, l'extension et le risque et renforce la surveillance de la nappe. L'étude complémentaire de juil. 02 confirme l'hypothèse ci-dessus.

Depuis 2000, persistance de fortes teneurs, le modèle de transfert des polluants expose l'hypothèse d'1 relarguage du Toluène au niveau des fondations du bâtiment lors des battements de nappe.

2003, réapparition de la pollution hors site, la modélisation et les reconnaissances de juil. 04 et juin 05 montrent la présence d'1 poche de pollution sous le bâtiment dont les fondations assurent 1 sorte de confinement.

3 - TRAVAUX
La dépollution de la nappe par stripping, puis par voie biologique et enfin par venting et sparging, entreprise pendant 5 ans, stoppe la progression de la pollution et diminue la teneur en Toluène.

Arrêt du système de dépollution en 1999 suivant conclusions du diagnostic approfondi et de l'évaluation détaillée des risques ci-dessus. Quantités de Toluène récupérées estimées à 5 200 kg en fév. 1997 et 14 000 kg en nov. 2000.

L'AP du 01/03/06 prescrit le traitement de la source sous le bâtiment par "venting" des sols et biodégradation de la nappe, mis en place le 23/06/06.

Après 1 an de fonctionnement, la quantité de Toluène extraite du sol par venting est d'environ 1 252 kg. Celle liée au biotraitement de la nappe est difficilement quantifiable du fait de la présence de Toluène dans les sols de la zone de battement.

Face au constat de recrudescence de l'impact à l'aval, est décidé le 25/09/07 de :
- contrôler les résultats du venting sur les sols par réalisation de prélèvements (validation de l'objectif de 75 mg/kg),
- renforcer la micro-diffusion d’oxygène en cœur de panache,
- créer 1 barrière de biodégradation sur le panache diffusant vers la propriété de M. Raimbault, par installation de micro-diffuseurs d’oxygène en 3 points.

La campagne d'analyses de la nappe de nov. 2008 montre l'efficacité du traitement mis en place depuis 2006.

La campagne du 14/01/09 et le bilan annuel dressé le 20/03/09 confirment cette efficacité et montrent qu'après 30 mois de traitement, la quantité de Toluène dans la nappe a diminué de près 85%.

Il est décidé de poursuivre le traitement pendant 1 an minimum avec 1 nombre de points de diffusion de l'Oxygène réduit à 7 et de poursuivre la surveillance piézo prescrite par AP du 14/12/01.

Le procès-verbal de récolement de l'inspection du 17/07/2013 fait état des constats suivants :
- les campagnes d'analyses de 2009 à décembre 2011 confirment la remontée des concentrations en Toluène aussi bien sur le site qu'à l'aval dans le puits de la maison Raimbault,
- sur le site, on dépasse de plus de 2 fois la valeur d'objectif de l'Evaluation détaillée des risques pour l'usage de type industriel ou artisanal,
- en limite de propriété, à l'aval hydraulique, on dépasse très largement l'objectif défini pour un usage résidentiel, sans toutefois, pour le moment, atteindre la maison Raimbault,
- la campagne de surveillance des eaux souterraines qui restait à mener en 2012, selon les engagements pris, n'a pas été réalisée,
- les éléments de justification d'arrêt du traitement à l'oxygène  dans le rapport ICF  du 27 octobre 2010, relatif au traitement des sols et de la nappe, n'ont pas été validés par l'inspection des installations classées,
-la plupart des piézomètres installés sur le site sont détériorés ou non mis en sécurité.

Les conclusions sont les suivantes :
- les travaux de dépollution de la nappe entrepris de 2006 à 2010 ne semblent pas suffisants pour stopper la progression de l'impact à l'aval hydraulique,
- l'arrêt du traitement de la nappe par voie biologique en juillet 2010 n'est pas justifié et n'a pas reçu l'aval de l'Inspection des Installations Classées,
- l'arrêt de la surveillance périodique des eaux souterraines en décembre 2011 n'est pas justifié et et n'a pas reçu l'aval de l'Inspection des Installations Classées,
- des mesures complémentaires de gestion sont à mettre en œuvre pour traiter la source de pollution et la nappe,
- l'état et la viabilité des piézomètres doivent être vérifiés afin, soit de les conserver et les mettre en sécurité, soit de les boucher dans les règles de l'art.

L'inspection propose de prescrire les mesures suivantes :
- mettre en place tous moyens adaptés permettant de supprimer le transfert de la pollution par le Toluène vers l'aval hydraulique et de traiter la source de pollution et la nappe,
- remettre les piézomètres en état et les mettre en sécurité, sinon les boucher dans les règles de l'art,
- reprendre la surveillance périodique des eaux souterraines selon les recommandations du rapport ICF Environnement susvisé.

Le bureau d'études ICF Environnement, missionné par l'ancien exploitant a mené des investigations en février 2014 :
Réalisation de 5 piézomètres du 05 au 07 février 2014 et prélèvements sur l’ensemble des ouvrages le 10 février 2014 qui permettent de mettre en évidence les éléments suivants :
- Concernant la qualité des sols, l’absence de teneur notable en toluène dans l’ensemble des échantillons analysés
- Concernant la qualité des eaux souterraines :
. la présence de teneurs importantes en toluène au droit du Sud du bâtiment « Atelier du Home » (partie atelier et auvent de stockage), associées à des odeurs fortes de toluène et une coloration noirâtre des eaux souterraines,
. la présence de teneurs importantes en toluène au droit du bâtiment « Atelier du Home » et autour de ce dernier. Ces teneurs sont susceptibles d’être mesurées hors site, et notamment à l’Ouest du site.
. ces teneurs significatives sont à mettre en relation avec le niveau très haut de la nappe d’eaux souterraines qui entraine une mobilisation de la pollution confinée en temps normal dans la zone non saturée sous le bâtiment « Ateliers du Home ».
Les teneurs mesurées lors de cette étude dépassent les teneurs maximales définies par l'Arrêté Préfectoral du 1er/03/2006.
Le bureau d'études recommande de mettre en oeuvre la reprise d’une dépollution (venting et biodégradation) adaptée à la nouvelle configuration du site (présence d’un réseau de drainage de la nappe à proximité Ouest). Il recommande également de mettre en oeuvre une surveillance de la qualité des eaux souterraines par le
biais de prélèvements semestriels en périodes de hautes eaux et basses eaux au sein des piézomètres existants et d’assurer la conservation en l’état de ces ouvrages, d’appliquer des mesures d’hygiène et de sécurité adaptées pour la protection des travailleurs devant intervenir dans le cadre d’éventuelles excavations dans les zones reconnues impactées.

L'arrêté préfectoral du 11 avril 2014 prescrit dans le délai de 3 mois :
- la remise en état des piézomètres,
- la mise en place de piézomètres supplémentaires pour définir de façon précise l'éventuelle zone de fuite et l'extension de la pollution sur site et hors du site,
- la proposition d'un programme de traitement de la nappe et des sols au besoin
- la surveillance périodique de la nappe pour suivre l'efficacité de la dépollution

Le démarrage du traitement est prescrit dans le délai de 6 mois.

Le traitement des sols par venting dans 10 puits est en cours depuis le 16/19/2014.
Le traitement des eaux souterraines par biostimulation à l'Oxygène est en cours dans 10 puits depuis le 17/12/2014.
Les résultats au mois d'avril 2015 sont :
- diminution des concentrations de Toluène dans les gaz du sol faisant passer le traitement dans sa phase diffusionnelle. La charge extraite est stabilisée à des niveaux moyens à faibles.

Le niveau de la nappe sature les terrains impactés dans la zone source, les hausses de concentrations sont ainsi observées.
En revanche, en limite de propriété Est, à l'aval du panache, l'impact est observé uniquement sous forme de traces : 0,55 et 0,85 mg/l de Toluène.

Le suivi des mois de juin et juillet 2015 montre que :
- le venting a permis de diminuer les concentrations en Toluène dans le sol. Le traitement est entrée dans sa phase diffusionnelle (phase d'évacuation précédemment).
L'arrêt volontaire de 3 semaines a eu un effet rebond (augmentation des concentrations) sur 3 puits.
Les concentrations dans la nappe ont augmenté du fait du fonctionnement anormal du réseau de distribution d'oxygène et d'arrêt volontaire du venting.
Le niveau de la nappe a fortement baissé depuis mars 2015, facilitant la collecte des polluants dans la zone de rabattement.

Le suivi de la période août - octobre 2015 montre que :
- Le venting des sols et le traitement de la nappe par injection d’oxygène depuis octobre 2014, ont permis de diminuer les concentrations en Toluène dans les milieux, certes, mais avec toutefois des fluctuations périodiques. La zone source sous le bâtiment est semble-t-il toujours active.
- les concentrations en Toluène dans la nappe à l’aval hydraulique fluctuent également, mais avec des concentrations notables persistantes, notamment au point A05 où l’on observe des valeurs de 1,4 à 36 mg/l.
Il serait bon de vérifier cet impact sur site en A08 et en PFREX, et au besoin hors site dans la mesure où les points de surveillance seraient toujours opérationnels ( pour m"moire, sur le plan environnemental, la valeur seuil nationale par défaut fixée par la circulaire du 23/10/2002 relative à l’application de l’arrêté du 17 décembre 2008 établissant les critères d’évaluation et les modalités de détermination de l’état des eaux souterraines et des tendances significatives et durables de dégradation de l’état chimique des eaux souterraines est de 0,7 mg/l)
- les objectifs de l’arrêté préfectoral du 11 avril 2014 ne sont pas atteints au bout de une année de traitement (suppression de la source sur site, suppression du transfert de la pollution hors site).

Le 11/12/2015, l'inspection demande à l'ancien exploitant d’étudier, avec ICF Environnement, une solution complémentaire au traitement actuel, par exemple par la mise en place d’un pompage, avec réinjection éventuelle à l’amont, faisant « barrière hydraulique ».

Le rapport de suivi de février 2016, un impact fort en limite Est est observé (41 mg/l de Toluène). L'exploitant informe l'inspection de la mis en place d'un traitement complémentaire de la nappe par la technique du "sparging", installé en février et démarré le 02/03/2016. La justification du choix de cette technique est à démontrer.

Le rapport de suivi de juin 2016 montre que, au bout de 3 mois, le de traitement de la nappe par venting/sparging, oxydation est efficace. Aucun impact significatif n'est observé dans la nappe en limite aval du site.

Le rapport d'août 2016 montre que le traitement est efficace et que les concentrations en Toluène sont en nette diminution (9,6 mg/l contre 158 mg/l en moyenne sur les 4 derniers mois).

Le rapport d'octobre 2016 montre que des pic apparaissent en étés 2015 et 2016, lié aux basses eaux.
Les concentrations en toluène continent leur baisse, 3,7 mg/ et 9,7 mg/l à l'aval, après une hausse par les pics ci-dessus (10 et 22 mg/l).

Le rapport de novembre 2016 montre que l’apparition de teneurs significatives en limite aval observée lors des derniers suivis s’est confirmée au mois de novembre avec une forte remontée (29 et 27 mg/l). Cette tendance peut être liée au niveau piézométrique saisonnier compris entre 31,5 et 32 m NGF, qui semble provoquer une plus forte mobilisation du toluène en nappe.

4 - PERTURBATION DU TRAITEMENT DE LA NAPPE
Lors de la campagne du 17/10/07, la Mairie de Pessac informe la DRIRE d'1 plainte de riverains relative au pompage de la nappe sur 1 chantier de construction voisin.

L'organisme réalisant le traitement de la nappe confirme que ce pompage modifie le sens d'écoulement de la nappe et perturbe le contrôle d'efficacité du traitement à l'aval.

Les puits "usine" et Raimbault ne sont ainsi plus représentatifs de l'aval. Le risque existe par ailleurs que le pompage récupère le Toluène et le déverse dans le réseau pluvial.

Le 26/05/08, le Maire de Pessac demande au chantier de suspendre ce pompage. Le 30/06/08, la DRIRE confirme qu'il doit être définitivement interdit.

Par arrêté municipal du 05/08/08, le Maire de Pessac met en demeure la société INVESTIMMO en cause, de cesser immédiatement le pompage qui, par ailleurs n'a pas été déclaré au titre de la police de l'eau.

Le 10/05/10, la Lyonnaise des Eaux informe la DREAL du maintien du pompage dont l'eau s'évacue dans l'avaloir situé au 98 av de Noès.

5 - SURVEILLANCE DES EAUX SOUTERRAINES

Nappe sous le site non exploitable du fait, notamment, de la présence de fer naturel et d'1 qualité microbiologique médiocre.

L'AP du 28/06/2000, puis celui du 14/12/20101, prescrit la surveillance périodique des eaux souterraines.

Voir la synthèse des résultats p6.


6 - RESTRICTION D'USAGE
Restrictions d'usage du site prescrites par arrêté municipal du 28/06/00.

Au vu de la teneur en Benzène dans le puits de M. RAIMBAULT, toute utilisation de l'eau de la nappe est suspendue.


Description du site

Origine de l'action des pouvoirs publics : AUTRE

Date de la découverte : 15/10/1994


Origine de la découverte :

Recherche historique Travaux
Transactions Dépôt de bilan
cessation d'activité, partielle ou totale Information spontanée
Demande de l'administration Analyse captage AEP ou puits ou eaux superficielles
Pollution accidentelle Autre :

 

Types de pollution :

Dépôt de déchets Dépôt aérien
Dépôt enterré Dépôt de produits divers
Sol pollué Nappe polluée
Pollution non caractérisée

 

Origine de la pollution ou des déchets ou des produits :

Origine accidentelle
Pollution due au fonctionnement de l'installation
Liquidation ou cessation d'activité
Dépôt sauvage de déchets
Autre


Année vraisemblable des faits : 1994
Activité : Fabrication de peintures
Code activité ICPE : D42


Situation technique du site
Evénement Prescrit à la date du Etat du site Date de réalisation
Mise en sécurité du site  15/10/1994  Site à connaissance sommaire, diagnostic éventuellement nécessaire  31/12/1995 
Diagnostic initial  22/11/1994  Site nécessitant des investigations supplémentaires  15/06/1999 
Evaluation détaillée des risques (EDR)  30/07/1999  Site traité avec surveillance, travaux réalisés, surveillance imposée par AP ou en cours (projet d'AP présenté au CODERST)  31/12/1999 
Surveillance du site  28/06/2000  Site traité avec surveillance, travaux réalisés, surveillance imposée par AP ou en cours (projet d'AP présenté au CODERST)  28/06/2000 
Diagnostic approfondi  14/12/2001  Site traité avec surveillance, travaux réalisés, surveillance imposée par AP ou en cours (projet d'AP présenté au CODERST)  31/03/2002 
Travaux de traitement  01/03/2006  Site traité avec surveillance, travaux réalisés, surveillance imposée par AP ou en cours (projet d'AP présenté au CODERST)  04/12/2006 
Travaux de traitement  05/05/2014  Site en cours de traitement, objectifs de réhabilitation et choix techniques définis ou en cours de mise en oeuvre  24/04/2015 

doc-depollution-33.0070--2.pdf : ESR, IFC Environnement, Octobre 1998
doc-depollution-33.0070--3.pdf : Surveillance des Eaux, IFC Environnement, 28/05/2008
doc-depollution-33.0070--9.pdf : arrêté municipal du 17/07/2000 restrictions usages eau de la nappe
doc-depollution-33.0070--4.pdf : Rapport fin de travaux, IFC Environnement, 27/10/2010
doc-depollution-33.0070--10.pdf :PV de récolement partiel du 17/07/2013
doc-depollution-33.0070--8.pdf : Planche photos visite 17/07/2013
doc-depollution-33.0070--5.pdf : Remise en état d’ouvrages, pose de piézomètres complémentaires et
diagnostic de la contamination résiduelle en toluène du sous-sol, ICF Environnement, 26/03/2014
doc-depollution-33.0070--6.pdf : AP de travaux du 11/04/2014
doc-depollution-33.0070--11.pdf : Rapport de suivi des Travaux, IFC Environnement, décembre 2016


Rapports sur la dépollution du site :


Caractérisation de l'impact

Déchets identifiés (s'il s'agit d'un dépôt de déchets) :

Déchets non dangereux
Déchets dangereux
Déchets inertes

Produits identifiés (s'il s'agit d'un dépôt de produits) :

Ammonium Arsenic (As)
Baryum (Ba) BTEX (Benzène, Toluène, Ethyl-benzène et Xylènes)
Cadmium (Cd) Chlorures
Chrome (Cr) Cobalt (Co)
Cuivre (Cu) Cyanures
H.A.P. Hydrocarbures
Mercure (Hg) Molybdène (Mo)
Nickel (Ni) PCB-PCT
Pesticides Substances radioactives
Plomb (Pb) Sélénium (Se)
Solvants halogénés Solvants non halogénés
Sulfates TCE (Trichloroéthylène)
Zinc (Zn)
Autres :

Polluants présents dans les sols :

Ammonium Arsenic (As)
Baryum (Ba) BTEX
Cadmium (Cd) Chlorures
Chrome (Cr) Cobalt (Co)
Cuivre (Cu) Cyanures
H.A.P. Hydrocarbures
Mercure (Hg) Molybdène (Mo)
Nickel (Ni) PCB-PCT
Pesticides Plomb (Pb)
Sélénium (Se) Solvants halogénés
Solvants non halogénés Substances radioactives
Sulfates TCE
Zinc (Zn)
Autre(s) polluant(s) présent(s) dans les sols :
Toluène

Polluants présents dans les nappes :

Aluminium (Al) Ammonium
Arsenic (As) Baryum (Ba)
BTEX Cadmium (Cd)
Chlorures Chrome (Cr)
Cobalt (Co) Cuivre (Cu)
Cyanures Fer (Fe)
H.A.P. Hydrocarbures
Mercure (Hg) Molybdène (Mo)
Nickel (Ni) PCB-PCT
Pesticides Plomb (Pb)
Sélénium (Se) Solvants halogénés
Solvants non halogénés Substances radioactives
Sulfates TCE
Zinc (Zn)
Autre(s) polluant(s) présent(s) dans les nappes :
Aucun

Polluants présents dans les sols ou les nappes :

Ammonium Arsenic (As)
Baryum (Ba) BTEX (Benzène, Toluène, Ethyl-benzène et Xylènes)
Cadmium (Cd) Chlorures
Chrome (Cr) Cobalt (Co)
Cuivre (Cu) Cyanures
H.A.P. Hydrocarbures
Mercure (Hg) Molybdène (Mo)
Nickel (Ni) PCB-PCT
Pesticides Plomb (Pb)
Sélénium (Se) Solvants halogénés
Solvants non halogénés Sulfates
TCE (Trichloroéthylène) Zinc (Zn)
Autres :

Risques immédiats :

Produits inflammables
Produits explosifs
Produits toxiques
Produits incompatibles
Risque inondation
Risque inondation
Fuites et écoulements
Accessibilité au site

Importance du dépôt ou de la zone polluée :

Tonnage (tonne) : 0
Volume (m3) : 0
Surface (ha) : 0

Informations complémentaires :
Aucune

Environnement du site

Zone d'implantation :
Habitat : DENSE

 

 

Hydrogéologie du site  :

Absence de nappe.

Présence d'une nappe.

Utilisation de la nappe :
Aucune utilisation connue
A.E.P.
Puits privés
Agriculture, industries agroalimentaires
Autres industries
Autre : Puits particuliers

 

 

Utilisation actuelle du site :

Site industriel en activité.

  L'activité exercée est à l'origine de la pollution
  L'activité exercée n'est pas à l'origine de la pollution

Site industriel en friche.

Site ancien réutilisé

 

 

Impacts constatés :
Captage AEP arrêté (aduction d'eau potable)
Teneurs anormales dans les eaux superficielles et/ou dans les sédiments
Teneurs anormales dans les eaux souterraines
Teneurs anormales dans les végétaux destinés à la consommation humaine ou animale
Plaintes concernant les odeurs
Teneurs anormales dans les animaux destinés à la consommation humaine
Teneurs anormales dans les sols
Santé
Sans
Inconnu
Pas d'impact constaté après dépollution




Surveillance du site

Milieu surveillé  :
Eaux superficielles, fréquence (n/an) :
Eaux souterraines, fréquence (n/an) : 2
Autre : 2 piézos et 2 puits

 

Etat de la surveillance :
Absence de surveillance justifiée
Raison :

Surveillance différée en raison de procédure en cours
Raison :

Début de la surveillance : 14/12/2001
Arrêt effectif de la surveillance :

Résultat de la surveillance à la date du 16/12/2016  :  1 LA SITUATION RESTE STABLE

Résultat de la surveillance, autre : Campagne de déc. 01 : faible variation de la teneur en Toluène qui reste bien inférieure à celle admissible. La pollution observée en juin 01 dans 1 puits situé plus en aval, a disparu. Les fortes teneurs enregistrées à cette époque sont liées, semble-t-il, à la mobilisation d'1 poche de Toluène en rétention par la montée de la nappe à la suite de l'épisode très pluvieux connu de oct. 2000 à avr. 2001. Campagne de juin 03 : réapparition de la pollution hors du site. Campagne du 11/05/06 : teneurs en BTEX du même ordre de grandeur que les précédentes, depuis 2003. Elles sont très inférieures à la VCI usage sensible pour les xylènes et l'Ethylbenzène, légèrement supérieures pour le Benzène et nettement supérieures pour le Toluène. Pas d'impact hors site sauf pour le benzène avec 1 augmentation observée sur le puits privatif. Campagne du 18/04/07 : confirme la tendance et montre une forte augmentation de la teneur en Toluène, 20 fois supérieure à celle mesurée en mai 06 et correspondant au double de l'objectif fixé par l'évaluation des risques. Campagne du 17/10/07 : - forte teneur Toluène au coeur de la zone contaminée, - teneurs en deça du seuil d'impact sanitaire hors site, - trace de Benzène dans le puits privé à l'aval. Campagne du 17/10/07 : confirme la tendance et constate que les teneurs en Toluène sont inférieures sur site et hors site aux valeurs fixées par l'EDR. Campagne de nov. 2008 en basses eaux : diminution globale des teneurs en BTEX qui sont très inférieures aux valeurs de référence pour l'eau potable. Seule la valeur du Benzène est stable et supérieure à la valeur de référence (1µg/l). Le pompage sauvage de la nappe à l'amont du site met le puits de M. RAIMBAULT en aval hydraulique latéral. Campagne du 14/01/09 : - baisse des teneurs en amont et en aval hydraulique, - nette diminution des teneurs au coeur de la source, voisine de l'objectif fixé, - rétrécissement de la géométrie de la pollution au Point P10. Campagne du 8/12/09 : - teneurs en toluène en-deçà des seuils d'impact sanitaire "sur site" et "hors site" - augmentation des teneurs en toluène en limite de site et hors site, - diminution de la teneur en toluène au droit de la source. Campagne du 26/04/10: - teneurs en toluène en-deçà des seuils d'impact sanitaire "sur site" et "hors site" - teneurs en BTEX inférieures aux seuils de quantification analytique hors site, - augmentation des teneurs en BTEX au niveau de la source, plus particulièrement en toluène, - baisse des teneurs en toluène en limite de site. La campagne du 09 décembre 2010 montre que : - les concentrations en Touène au coeur de la zone contaminée (39mg/l) sont inférieures au seuil fixée par l'EDR (48mg/l), observées depuis 2008, - ces concentrations en limite de site (4,33mg/l) sont supérieures à la valeur EDR (1,2mg/l), - les concentrations dans le puits de M. Raimbaud (0,182mg/l)(sont inférieures à ce seuil. On note toutefois une augmentation régulière des concentrations depuis 2008. La camapagne du 24/04/2015 montre que le Toluène est présent sous forme de traces :55 et et 85 µg/l. La campagne d'octobre 2015 montre une situation dégradé avec des concentrations en Toluène en limite aval du site de 1,4 à 36 mg/l. Campagne du 07/04/2016 : - nette baisse en Toluène au coeur de la source sauf en A04, - aucun impact en limite Est (amont), - forte chute des concentrations en imite ouest (aval), aucun impact significatif observé. Campagne du 27/06/2016 : - absence d'impact en limites Est et Ouest du site, - concentrations en Toluène en baisse dans la source. Campagne du 22/11/2016 : - forte remontée des concentrations en limite aval : 29 et 27 mg/l, - confirmation de la baisse des concentrations en Toluène dans la source. Campagne du 16/12/2016 : - la remontée des concentrations en Toluène à l'aval s confirme : 42 et 19 mg/l


Restrictions d'usage et mesures d'urbanisme

Restriction d'usage sur :
L'utilisation du sol (urbanisme)
L'utilisation du sous-sol (fouille)
L'utilisation de la nappe
L'utilisation des eaux superficielles
La culture de produits agricoles

Un changement d'usage est envisagé sur ce site :
Zone résidentielle
Zone agricole
Zone naturelle
Espaces verts accueillant du public
Équipements sportifs
Commerce, artisanat
Parking
École
Autres établissements recevant du public
Si autre :


Mesures d'urbanisme réalisées :
Servitude d'utilité publique (SUP)
Date de l'arrêté préfectoral :

Porter à connaissance risques, article L121-2 du code de l'urbanisme
Date du document actant le porter à connaissance risques L121-2 code de l'urbanisme :

Restriction d'usage entre deux parties (RUP)
Date du document actant la RUP :

Restriction d'usage conventionnelle au profit de l'Etat (RUCPE)
Date du document actant la RUCPE :

Projet d'intérêt général (PIG)
Date de l'arrêté préfectoral :

Inscription au plan local d'urbanisme (PLU)

Acquisition amiable par l'exploitant

Arrêté municipal limitant la consommation de l'eau des puits proche du site
Document : arrete-prefectoral-conso-eau-puits-33.0070.pdf


Informations complémentaires :


Traitement effectué

Mise en sécurité du site
  Interdiction d'accès
  Gardiennage
  Evacuation de produits ou de déchets
  Pompage de rabattement ou de récupération
  Reconditionnement des produits ou des déchets
 Autre :

 

Traitement des déchets ou des produits hors site ou sur le site
  Stockage déchets dangereux
  Stockage déchets non dangereux
  Confinement sur site
  Physico-chimique
  Traitement thermique
 Autre :

 

Traitement des terres polluées
  Stockage déchets dangereux
  Stockage déchets non dangereux
  Traitement biologique
  Traitement thermique
  Excavation des terres
  Lessivage des terres
  Confinement
  Stabilisation
  Ventilation forcée
  Dégradation naturelle
 Autre :

 

Traitement des eaux
Rabattement de nappe
Drainage
Traitement : SUR SITE
Air stripping
Vapour stripping
Filtration
Physico-chimique
Biologique
Oxydation (ozonation...)
Autre : Injection d'oxygène.

Imprimer la fiche Pour tout commentaire Contactez-nous