Présentation / Actualités Recherche Tableaux de bord Approche nationale FAQ Glossaire Liens Contactez-nous

Base de données BASOL sur les sites et sols pollués
(ou potentiellement pollués) appelant
une action des pouvoirs publics, à titre préventif ou curatif

Région : Nouvelle-Aquitaine
Département : 33
Site BASOL numéro : 33.0018
Situation technique du site : Site en cours de traitement, objectifs de réhabilitation et choix techniques définis ou en cours de mise en oeuvre Site en cours de traitement, objectifs de réhabilitation et choix techniques définis ou en cours de mise en oeuvre
Date de publication de la fiche : 20/02/2016
Auteur de la qualification : DREAL UT Gironde - Bordeaux/Cellule Risques Chroniques

Localisation et identification du site
Nom usuel du site : SABENA TECHNICS BOD

Localisation  :
Commune : Mérignac
Arrondissement :
Code postal : - Code INSEE : 33281 (66 002 habitants)
Adresse : 19, rue Marcel Issartier CS 50008 33693 MERIGNAC CEDEX
Lieu-dit :
Agence de l'eau correspondante : Adour-Garonne
Code géographique de l'unité urbaine : 33701 : Bordeaux (831 788 habitants)


Géoréférencement :

Référentiel Coordonnée X Coordonnée Y Précision Précision (autre)
LAMBERT93

Référentiel Coordonnée X Coordonnée Y Précision Précision (autre)
LAMBERT II ETENDU 361295 1985753 Commune (centre)

Parcelles cadastrales :

Cadastre Section cadastrale N° de parcelle Précision parcellaire Source documentaire Observations
Nom Arrondissement Date
Mérignac 02/09/2014 ER 36 Parcellaire parfait actuel Date cadastre à vérifier
Mérignac 02/09/2014 ER 107 Parcellaire parfait actuel Date cadastre à vérifier
Mérignac 02/09/2014 ER 108 Parcellaire parfait actuel Date cadastre à vérifier
Mérignac 02/09/2014 ER 109 Parcellaire parfait actuel Date cadastre à vérifier
Mérignac 02/09/2014 ER 110 Parcellaire parfait actuel Date cadastre à vérifier
Mérignac 02/09/2014 ER 111 Parcellaire parfait actuel Date cadastre à vérifier
Mérignac 02/09/2014 ER 112 Parcellaire parfait actuel Date cadastre à vérifier
Mérignac 02/09/2014 ER 113 Parcellaire parfait actuel Date cadastre à vérifier
Mérignac 02/09/2014 ER 115 Parcellaire parfait actuel Date cadastre à vérifier
Mérignac 02/09/2014 ER 116 Parcellaire parfait actuel Date cadastre à vérifier

Plan(s) cartographique(s) :

Aucun plan n'a été transféré pour le moment.

Responsable(s) actuel(s) du site : EXPLOITANT (si ICPE ancienne dont l'exploitant existe encore ou ICPE en activité)

Nom : SABENA TECHNICS BOD
   il s'agit DU DERNIER EXPLOITANT

Qualité du responsable :
PERSONNE MORALE PRIVEE


Propriétaire(s) du site :

Nom Qualité Coordonnées
EADS SOGERMA- SOGEBAIL - SUD OUEST BAIL PERSONNE MORALE PRIVEE


Caractérisation du site à la date du 19/02/2016

Description du site :
Établissement de maintenance aéronautique, support d'exploitation d'avions, hélicoptères, engins aéronautiques, aménagements de cabines d'avions civils exploité par la Société Girondine de d'Entretien et de Réparation de Matériel Aéronautique (SOGERMA) depuis 1957 à Mérignac en bordure de l'aéroport.

SOGERMA est une filiale de EADS. SOGERMA devient en 2003 EADS SOGERMA SERVICES puis change d'exploitant le 08/12/2008 au profit de SABENA TECHNICS BOD.

Les installations sont autorisées par l'arrêté préfectoral du 26/06/2003 et complété par l'arrêté du 23/01/2009 relatif à la détention de sources scellées de tritium.

 

Description qualitative :
1- DEPOLLUTION ET REHABILITATION DES LAGUNES
Dès le début de l'exploitation du site de Mérignac, les effluents résiduaires traités du traitement de surface ont été déversés dans une lagune située au nord de l'établissement. Le plan d'eau de cette lagune, délimité par des levées de terre de 1,20 m au dessus du sol naturel, s'étendait sur 5.000 m² environ. La présence de cadmium dans les boues de cette lagune et des sols environnants est constatée en 1989.
L'arrêté préfectoral du 11/12/1989 met la SOGERMA en demeure de procéder au curage et au nettoyage des lagunes de décantation des eaux résiduaires traitées, à l'étude et la délimitation des zones polluées autour de la lagune, le suivi piézométrique de la nappe et l'isolement de la rivière « La Jalle » par la mise en place de buses. Le Préfet donne acte des travaux de réhabilitation le 10/03/1993. La surveillance des eaux de surface prend fin le 30/06/1993 sur constat de l'absence d'impact. Les boues de curage, temporairement stockées dans un bassin étanche dans l'attente d'une solution de traitement sont finalement évacuées et éliminées en 1996.

2 - FUITE D'EMULSEURS
Le lundi 19/09/2011, l'exploitant constate que les deux cuves de stockage d'émulseurs de 15 et 18 m3 sont vides. L'origine en est de la rupture d'une canalisation au niveau d'une vanne de barrage. Le jeudi 22/09/2011, la fuite et maîtrisée et travaux d'excavation des terres souillées sont exécutés.
Les 70 m3 terres excavées ont été entreposées dans l'attente d'un traitement adapté. La phase liquide pompée dans les tranchées (estimée à 9 m3 de produit au moment des premières constatations) a été stockée puis éliminée dans une installation prévue et autorisée à cet effet.
Les analyses des prélèvements en fond et bords de fouille montrent que les travaux de dépollution ont été correctement dimensionnés. Un contrôle de la qualité des eaux souterraines en aval de la zone impactée est réalisée via le piézomètre PZ4.

Dans son rapport d'incident, l'exploitant précise « aucun effet sur les personnes (internes ou tiers) n'a été détecté. Le produit ne présente pas de dangerosité spécifique pour les personnes ».
La présence d'une canalisation d'eau potable dans la zone impactée soulève la question d'un potentiel impact de l'eau de distribution. Cette canalisation est en fonte, l'exploitant avance qu'il y a peu de risque de perméation du produit émulseur vers l'intérieur de la canalisation.

3 - POLLUTION PAR LES COMPOSES ORGANIQUES VOLATILS (COHV)
Le 09/12/2009, Les premières campagnes de surveillances de qualité des eaux souterraines du 09/12/2009 mettent en évidence la pollution de la nappe par le trichloréthylène.
Cette pollution touche la nappe superficielle d’eaux souterraines au droit du site, mais également au droit du site voisin EADS SOGERMA.
Au vu des éléments fournis par les différents bureaux d’études, il s’agit d’une pollution historique liée à l’utilisation de trichloréthylène (TCE) à l’époque où les 2 sites SABENA et EADS SOGERMA n’en formaient qu’un, sous le nom de SOGERMA avant 2006. L'origine enserait l’ex-installation de traitement de surfaces de SOGERMA (atelier A2), arrêtée et transférée en 1983 sur son emplacement actuel (atelier A11 de SABENA).
Les résultats des investigations portant à la fois sur les milieux « sol », « gaz du sol » et « eaux souterraines », semblent montrer l’apparition d’une source de pollution de TCE aux emplacements de 2 coudes de l’ancienne canalisation enterrée d’évacuation des effluents aqueux de l’ex-installation de traitements de surfaces.
A noter que cette canalisation a été vidée et rebouchée en partie, à la suite de l’arrêt de l’installation. En outre, celle-ci est recouverte aujourd’hui au droit du 1er coude, par une dalle bétonnée construite ultérieurement.
Le bureau d’études GALTIER explique le transfert de pollution de COHV de la source identifiée vers les eaux souterraines, dans le sens d’écoulement des eaux souterraines. Selon lui, la zone non saturée (milieu « sol ») ne semble pas ou peu impactée par la pollution, mais il n’exclut pas la possibilité de présence sous la canalisation enterrée. Celle-ci étant placée sous une épaisse couche de béton armé et considérant le faible impact mesuré dans le milieu « sol », il n’envisage pas de travaux d’excavation à cet endroit. Il justifie également le peu d’impact sur le milieu « sol », par le positionnement de la canalisation enterrée en toit de nappe des eaux souterraines (niveau statique mesuré à 2,59 m de profondeur en août 2012, et à 1,75 m en décembre 2009).
Il évalue un panache de pollution de COHV dans les eaux souterraines, qui s’étend depuis la source jusqu’à l’aval immédiat du site, au niveau de 2 piézomètres installés hors site et en limite de propriété des premières habitations (Pz11 et Pz12). Les résultats d’analyses sur les eaux souterraines montrent le processus de dégradation naturelle en cours du TCE, de par la présence de produits de dégradation tels que le chlorure de vinyle sur chaque piézomètre prélevé, et ainsi confirment le caractère historique de cette pollution.
Les concentrations maximales rencontrées en TCE dans les eaux souterraines se situent au Pz3 (4 600 µg/l) placé au plus près de la source de pollution.

Les sociétés SABENA et EADS SOGERMA ont confirmé leur engagement formalisé par courrier conjoint du 25 novembre 2013, de faire réaliser un plan de gestion. Ils informent l’inspection des installations classées de leur choix final de retenir le traitement suivant : bioremédiation (il s’agit d’une technique d’atténuation naturelle dynamisée in situ par ajout de composés spécifiques dans les sols ou les eaux souterraines afin de créer les conditions favorables à l’activité des microorganismes responsables de la biodégradation des contaminants).

Le plan de gestion intégrant le bilan coût/avantages a été remis à l’inspection des installations classées par courrier du 31 mars 2014. Le bureau d’études GALTIER explique le choix de la technique de traitement par son caractère non invasif (sans dérangement pour l’activité du site), par sa fiabilité, par son traitement au cœur de la source et par son intérêt économique.
Une phase de test pilote est prévue pour une durée de 6 mois, afin d’évaluer la faisabilité du traitement à l’échelle du site et le dimensionnement. Elle a débuté en février 2014.

L’inspection des installations classées ne voit pas d’objection particulière à retenir cette technique sous réserve d’une bonne caractérisation de la source et du panache de COHV, et d’une bonne compréhension des conditions chimiques favorables à l’atténuation naturelle.

L’exploitant décrit la phase de test qui se limitera autour du Pz3, avec 4 points de suivi mensuel pendant 6 mois. Elle insiste sur la faible cinétique de dégradation et le caractère localisé du test.

L’inspection des installations des installations classées demande qu’une surveillance appropriée en phase test soit réalisée afin, d’une part d’évaluer la faisabilité de l’atténuation naturelle, et d’autre part, de mesurer l’impact sur les eaux souterraines et de s’assurer de l’absence de transfert hors site (les concentrations en polluants non présents initialement dans les eaux souterraines mais pouvant éventuellement être mobilisés : sous-produits de dégradation, métaux …).

Enfin, SABENA a lancé une expertise hydrogéologique par ANTEA, afin d’évaluer les relations possibles entre la nappe superficielle (polluée par les COHV) et la nappe semi-profonde (captée par les 3 forages actuels du site). Cette étude remise en février 2014, conclut à la faible probabilité d’un transfert vertical du Miocène vers l’Oligocène. Pour lever ce doute, l’inspection des installations classées demande de contrôler la qualité de l’eau prélevée en nappe semi-profonde sur les COHV.

4 - TRAVAUX
Sur proposition de l'inspection du 16 mai 2014, l’arrêté du 02/09/2014 prescrit la suppression du transfert des COHV dans la nappe hors site, le traitement de la pollution sur site et la poursuite du suivi de la qualité des eaux souterraines au moyen d’un réseau piézométrique adapté, et des eaux de surface du ruisseau Le Magudas : surveillance a minima trimestrielle en période de traitement de la pollution, puis semestrielle.
Le rapport de traitement de la nappe est remis le 31/12/2014.
Le 28/01/2016, l'inspection constate que le bilan de ces essais présenté par OGD, montre des résultats concluants de la technique in-situ par déchloration réductive du TCE (en phase dissoute dans la nappe / absence de phase pur). En effet, le traitement s’avère bien avancé au bout de 6 mois au vu des taux d’abattement mesurés sur le TCE (entre 87 et 99%) sur les 4 points suivis, et de l’apparition d’éthène en fin de test, témoignant de l’aboutissement du processus de dégradation du TCE et de ses produits de dégradation.

Ainsi, début 2015, un traitement à l’échelle du site a été dimensionné par OGD, prenant en compte l’objectif de qualité à atteindre défini par l’arrêté préfectoral.

6 périodes de prélèvements et de monitoring sont menées en mars, avril, juin, juillet, septembre et octobre 2015 à la suite des injections de biostimulants effectuées au niveau de Pz3 (zone source) et de Pz10 (aval immédiat du site), en mars 2015 (environ 10 t de produits injectés dans la nappe) sur site SABENA et en juillet 2015 sur site STELIA.

Le suivi des concentrations en composés chlorés (PCE, TCE, DCE et CV) et en Ethène, servent d’indicateurs de l’état d’avancement de la dégradation de la pollution en produits chlorés dans la nappe.
Le processus de bioremédiation entraîne une réduction des accepteurs d’électrons, avec pour effet d’augmenter les concentrations en Fe II et manganèse et de diminuer les concentrations en sulfates et nitrates : ces paramètres servent également d’indicateurs.
Le suivi des paramètres physico-chimiques (pH, potentiel d’oxydo-réduction, oxygène dissous, quantité de Carbone Organique Total) sont également des indicateurs quant à la qualité du milieu pour le développement des bactéries déchloratrices.


5 - SURVEILLANCE DES EAUX SOUTERRAINES
Ce site est soumis à l’application de l’article 65-a. de l’arrêté ministériel du 02/02/1998 modifié relatif à la surveillance des eaux souterraines par référence à la rubrique 1111 (Emploi ou stockage des substances et préparations très toxique) de la nomenclature des Installations Classées. La surveillance s'effectue semestriellement par trois piézomètres sur les paramètres : métaux totaux, CN- et HCTX.

Suite à l'inspection du 09/04/2009, l'arrêté préfectoral du 09/09/2009 met l'exploitant en demeure de mettre en place la surveillance de la nappe. Le programme est présenté par l'exploitant le 10/07/2009 pour une campagne à réaliser fin août 2009.

Le 09/12/2009, l'exploitant transmet les résultats de la campagne de juin 2009 révélant la présence de Trichloréthylène (9,7 mg/l) et ses dérivés dans la nappe. Le 11/12/2009, la DRIRE demande une campagne supplémentaire ainsi que la carte piézométrique du site avant la fin de l'année 2009.

L'arrêté du 02/09/2014 renforce la surveillance de la nappe :
- mise en place d'un réseau piézométrique adapté : nombre, localisation,
- intégration des 3 forages captant l’Oligocène dans ce réseau,
- prélèvements trimestriels,
- paramètres :
· les chloroéthènes : tétrachloroéthylène, trichloréthylène, 1,1-dichloroéthylène, cis-1,2-dichloroéthylène, trans-1,2-dichloroéthylène, chlorure de vinyle,
· les chloroéthanes : hexachloroéthane, pentachloroéthane, 1,1,1,2-tétrachloroéthane, 1,1,1-trichloroéthane, 1,1,2-trichloroéthane, 1,1-dichloroéthane, 1,2-dichloroéthane,
· les chlorométhanes : tétrachlorométhane, trichlorométhane, dichlorométhane, chlorométhane.
· les hydrocarbures totaux,
· les métaux
- niveau des piézomètres relevé à chaque campagne.

L’ensemble des résultats de 2015 montre des conditions favorables du milieu pour la dégradation des composés chlorés, et révèle un taux d’abattement important. Au bout de 6 mois, le traitement s’avère efficace, en particulier à proximité des zones d’injection. Pour exemple, Pz3 présente un taux d’abattement de 96 % du TCE (passage de 1 200 µg/l à 53 µg/l) et Pz10, un taux de 99 % (passage de 430 µg/l à 3,4 µg/l). L’apparition d’éthène sur certains piézomètres démontre que le processus de dégradation complète est en cours.
La prochaine campagne de prélèvements se déroule en février 2016 puis tous les trimestres conformément à l’article 8.3.2.3 de l’arrêté préfectoral du 2 septembre 2014, dans le but de suivre l’évolution de la dépollution.


6- SURVEILLANCE DES EAUX DE SURFACE
L'arrêté du 02/09/2014 presxcrit la surveillance trimestrielle du Magudas en 2 points :
· M1 Magudas amont,
· M2 Magudas aval.


Description du site

Origine de l'action des pouvoirs publics : AUTRE
ARTICLE 65 DE L'ARRETE DU 2 FEVRIER 1998

Date de la découverte : 07/11/1990


Origine de la découverte :

Recherche historique Travaux
Transactions Dépôt de bilan
cessation d'activité, partielle ou totale Information spontanée
Demande de l'administration Analyse captage AEP ou puits ou eaux superficielles
Pollution accidentelle Autre :

 

Types de pollution :

Dépôt de déchets Dépôt aérien
Dépôt enterré Dépôt de produits divers
Sol pollué Nappe polluée
Pollution non caractérisée

 

Origine de la pollution ou des déchets ou des produits :

Origine accidentelle
Pollution due au fonctionnement de l'installation
Liquidation ou cessation d'activité
Dépôt sauvage de déchets
Autre


Année vraisemblable des faits : 1990
Activité : Traitement de surface
Code activité ICPE : H13


Situation technique du site
Evénement Prescrit à la date du Etat du site Date de réalisation
Travaux de traitement  11/12/1989  Site traité avec surveillance, travaux réalisés, surveillance imposée par AP ou en cours (projet d'AP présenté au CODERST)  24/10/1996 
Mise en sécurité du site  11/12/1989  Site traité avec restrictions d'usages, travaux réalisés, restrictions d'usages ou servitudes imposées ou en cours   
Travaux de traitement  02/09/2014  Site en cours de traitement, objectifs de réhabilitation et choix techniques définis ou en cours de mise en oeuvre  06/01/2015 

doc-depollution-33.0018--1.pdf : arrêté préfectoral du 02/09/2014 prescriptions complémentaires d'autorisation du site, voir chapitre 8.3 relatif à la dépollution de la nappe.

Rapports sur la dépollution du site :


Caractérisation de l'impact

Déchets identifiés (s'il s'agit d'un dépôt de déchets) :

Déchets non dangereux
Déchets dangereux
Déchets inertes

Produits identifiés (s'il s'agit d'un dépôt de produits) :

Ammonium Arsenic (As)
Baryum (Ba) BTEX (Benzène, Toluène, Ethyl-benzène et Xylènes)
Cadmium (Cd) Chlorures
Chrome (Cr) Cobalt (Co)
Cuivre (Cu) Cyanures
H.A.P. Hydrocarbures
Mercure (Hg) Molybdène (Mo)
Nickel (Ni) PCB-PCT
Pesticides Substances radioactives
Plomb (Pb) Sélénium (Se)
Solvants halogénés Solvants non halogénés
Sulfates TCE (Trichloroéthylène)
Zinc (Zn)
Autres :

Polluants présents dans les sols :

Ammonium Arsenic (As)
Baryum (Ba) BTEX
Cadmium (Cd) Chlorures
Chrome (Cr) Cobalt (Co)
Cuivre (Cu) Cyanures
H.A.P. Hydrocarbures
Mercure (Hg) Molybdène (Mo)
Nickel (Ni) PCB-PCT
Pesticides Plomb (Pb)
Sélénium (Se) Solvants halogénés
Solvants non halogénés Substances radioactives
Sulfates TCE
Zinc (Zn)
Autre(s) polluant(s) présent(s) dans les sols :
Aucun

Polluants présents dans les nappes :

Aluminium (Al) Ammonium
Arsenic (As) Baryum (Ba)
BTEX Cadmium (Cd)
Chlorures Chrome (Cr)
Cobalt (Co) Cuivre (Cu)
Cyanures Fer (Fe)
H.A.P. Hydrocarbures
Mercure (Hg) Molybdène (Mo)
Nickel (Ni) PCB-PCT
Pesticides Plomb (Pb)
Sélénium (Se) Solvants halogénés
Solvants non halogénés Substances radioactives
Sulfates TCE
Zinc (Zn)
Autre(s) polluant(s) présent(s) dans les nappes :
Aucun

Polluants présents dans les sols ou les nappes :

Ammonium Arsenic (As)
Baryum (Ba) BTEX (Benzène, Toluène, Ethyl-benzène et Xylènes)
Cadmium (Cd) Chlorures
Chrome (Cr) Cobalt (Co)
Cuivre (Cu) Cyanures
H.A.P. Hydrocarbures
Mercure (Hg) Molybdène (Mo)
Nickel (Ni) PCB-PCT
Pesticides Plomb (Pb)
Sélénium (Se) Solvants halogénés
Solvants non halogénés Sulfates
TCE (Trichloroéthylène) Zinc (Zn)
Autres : Al

Risques immédiats :

Produits inflammables
Produits explosifs
Produits toxiques
Produits incompatibles
Risque inondation
Risque inondation
Fuites et écoulements
Accessibilité au site

Importance du dépôt ou de la zone polluée :

Tonnage (tonne) : 0
Volume (m3) : 0
Surface (ha) : 0

Informations complémentaires :
Aucune

Environnement du site

Zone d'implantation :
Industrie : LOURDE

 

 

Hydrogéologie du site  :

Absence de nappe.

Présence d'une nappe.

Utilisation de la nappe :
Aucune utilisation connue
A.E.P.
Puits privés
Agriculture, industries agroalimentaires
Autres industries
Autre :

 

 

Utilisation actuelle du site :

Site industriel en activité.

  L'activité exercée est à l'origine de la pollution
  L'activité exercée n'est pas à l'origine de la pollution

Site industriel en friche.

Site ancien réutilisé

 

 

Impacts constatés :
Captage AEP arrêté (aduction d'eau potable)
Teneurs anormales dans les eaux superficielles et/ou dans les sédiments
Teneurs anormales dans les eaux souterraines
Teneurs anormales dans les végétaux destinés à la consommation humaine ou animale
Plaintes concernant les odeurs
Teneurs anormales dans les animaux destinés à la consommation humaine
Teneurs anormales dans les sols
Santé
Sans
Inconnu
Pas d'impact constaté après dépollution




Surveillance du site

Milieu surveillé  :
Eaux superficielles, fréquence (n/an) : 2
Eaux souterraines, fréquence (n/an) : 2

 

Etat de la surveillance :
Absence de surveillance justifiée
Raison :

Surveillance différée en raison de procédure en cours
Raison :

Début de la surveillance : 09/09/2009
Arrêt effectif de la surveillance :

Résultat de la surveillance à la date du 15/10/2015  :  2 LA SITUATION S'AMELIORE

Résultat de la surveillance, autre :


Restrictions d'usage et mesures d'urbanisme

Restriction d'usage sur :
L'utilisation du sol (urbanisme)
L'utilisation du sous-sol (fouille)
L'utilisation de la nappe
L'utilisation des eaux superficielles
La culture de produits agricoles



Mesures d'urbanisme réalisées :
Servitude d'utilité publique (SUP)
Date de l'arrêté préfectoral :

Porter à connaissance risques, article L121-2 du code de l'urbanisme
Date du document actant le porter à connaissance risques L121-2 code de l'urbanisme :

Restriction d'usage entre deux parties (RUP)
Date du document actant la RUP :

Restriction d'usage conventionnelle au profit de l'Etat (RUCPE)
Date du document actant la RUCPE :

Projet d'intérêt général (PIG)
Date de l'arrêté préfectoral :

Inscription au plan local d'urbanisme (PLU)

Acquisition amiable par l'exploitant

Arrêté municipal limitant la consommation de l'eau des puits proche du site


Informations complémentaires :


Traitement effectué

Mise en sécurité du site
  Interdiction d'accès
  Gardiennage
  Evacuation de produits ou de déchets
  Pompage de rabattement ou de récupération
  Reconditionnement des produits ou des déchets
 Autre :

 

Traitement des déchets ou des produits hors site ou sur le site
  Stockage déchets dangereux
  Stockage déchets non dangereux
  Confinement sur site
  Physico-chimique
  Traitement thermique
 Autre :

 

Traitement des terres polluées
  Stockage déchets dangereux
  Stockage déchets non dangereux
  Traitement biologique
  Traitement thermique
  Excavation des terres
  Lessivage des terres
  Confinement
  Stabilisation
  Ventilation forcée
  Dégradation naturelle
 Autre :

 

Traitement des eaux
Rabattement de nappe
Drainage
Traitement :
Air stripping
Vapour stripping
Filtration
Physico-chimique
Biologique
Oxydation (ozonation...)
Autre :

Imprimer la fiche Pour tout commentaire Contactez-nous